Ont collaboré à ce numéro

 ABDOU DIAW
 Amadou Lamine Sall
 COMEVA
 Mamadou Ndione
 Mission du Sénégal

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Une Africaine à la tête de l’OMC, et après ?

Publié le, 24 mars 2021 par ABDOU DIAW

Fin du suspense ! L’ancienne ministre nigériane des Finances, Dr Ngozi Okonjo-Iweala, 66 ans, a été nommée, avant-hier, Directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (Omc). Sa désignation met fin à un long feuilleton empreint de tractations et de manœuvres suite à la démission anticipée du Brésilien Roberto Azevêdo qui a pris la décision de rendre le tablier à un an de la fin de son mandat. La période qui a précédé la nomination de l’ancienne Directrice générale de la Banque mondiale a cristallisé les attentions et suscité des fantasmes en Afrique. Avec huit candidats, dont trois Africains sur la ligne de départ, Ngozi Okonjo Iweala a bénéficié du retrait de la course de la Ministre sud-coréenne du Commerce Yoo Myung-hee. Le boulevard pour le fauteuil de la Direction générale était largement ouvert à la Nigériane.
Le choix porté sur cette tête bien faite au sommet de l’Omc constitue une belle victoire pour la diplomatie économique africaine. L’élan de solidarité en faveur de la candidature de l’ex-Dg de la Banque mondiale et l’espoir que celle-ci a suscité dans le continent appellent à quelques réflexions. C’est presque devenu une tradition. À l’approche d’une compétition à un poste de dimension mondiale (organismes onusiens et autres), on jubile et on exulte espérant voir un fils ou une fille du continent porté au pinacle. Quoi de plus normal ? L’image du continent ne s’en porterait que mieux. Cependant, avons-nous vraiment tiré les leçons des récentes nominations ?

Quoique n’étant qu’un descendant d’Africain, on se souvient de l’espoir suscité par l’élection de Barack Obama. Pourtant, celle-ci n’a rien changé au destin du continent. Les exemples foisonnent. L’on se rappelle également la brûlante sortie du Directeur général de l’Oms, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui, lors de l’apparition des premiers cas de la pandémie de Coronavirus, avait prédit le pire pour l'Afrique, avec ses lots de décès. Malgré qu’il soit à la tête de l’Oms, son continent, excepté quelques pays, peine encore à accéder aux premiers vaccins contre la Covid-19. L'Afrique semble être en marge de la course aux vaccins. Le seul espoir reste l’initiative Covax.