Ont collaboré à ce numéro

 ABDOU DIAW
 Amadou Lamine Sall
 COMEVA
 Mamadou Ndione
 Mission du Sénégal

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

" Vous n'aviez pas le droit " Par Amadou Lamine Sall

Publié le, 24 mars 2021 par Amadou Lamine Sall

(Dakar - Sénégal) - Depuis quelques jours notre pays fait l'objet de tensions sociales découlant d'une plainte pour viol à l'endroit d'un homme politique. Ces violences ont causé des dégâts matériels et des morts d'hommes sur toute l'étendue du territoire sénégalais allant même jusqu'à menacer l'économie qui est déjà impactée par la pandémie du Coronavirus.

Nous avons connu l'indépendance en 1960 mais ( ce fut quasiment) la constitution française qui fut reconduite, sans tenir compte de nos réalités socioculturelles. Les citoyens qui constituent le peuple souverain ont choisi la démocratie comme instrument pour gérer de manière globale le pays sous toutes les formes. Cette démocratie prône la séparation des pouvoirs à la lumière de la vision de Montesquieu. La finalité de cette séparation des pouvoirs, selon cet éminent penseur, se fonde sur l'axiome que le pouvoir arrête le pouvoir . Le pouvoir exécutif qui fait partie des trois compartiments de la démocratie est exercé par le Président de la République et son gouvernement. Malheureusement dans l'organigramme de l'exécutif, le ministère de la justice en constitue un maillon non négligeable . Dans ce ministère, le parquet qui appartient à l'autre compartiment de la démocratie à savoir le pouvoir judiciaire, est sous sa tutelle. Ce qui fut à notre avis l'erreur la plus fatale des premiers dirigeants du pays après l'indépendance. Dans la mesure où le procureur de la république, qui est par ailleurs le maître des poursuites, dépend du ministre de la justice. Ce qui pose même problème dans l'entendement parce que le ministre est dans le camp de l'exécutif alors que la justice constitue un pouvoir à part, entier et indépendant dans une démocratie. Ce qui me pousse à poser la question de savoir (est-ce qu'un pouvoir dans une démocratie peut avoir un ministre) ?
Est-il cohérent, normal dans une démocratie qu'il y ait un ministère de la justice avec son parquet y attaché, dépendant du pouvoir exécutif?
En notre sens, les Premières autorités de ce pays pouvaient se passer de cette dépendance du parquet par rapport au ministère de la justice qui est à l'origine de tous les problèmes politiques de notre nation. Ce qui est plus préoccupant c'est le  fait que tous les Présidents de la République qui se sont succédé l'ont laissé en l'état après l'avoir dénoncé avant leur accès au pouvoir.