Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La Cour pénale Internationale de la Haye (CPI) a émis, le 4 mars 2009, un mandat d’arrêt contre le Président soudanais Omar El BECHIR, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans le conflit du Darfour.

Les Organisations internationales de la Société civile africaine AIPD-GL et CIRAC, à l’instar de l’Union Africaine, de la Ligue des Etats Arabes, de l’Organisation de la Conférence Islamique, du Mouvement des Pays Non-Alignés et de plusieurs Organisations de défense des droits de l’homme, expriment leur vive indignation et leur réprobation face à cette décision inique et sélective.

‘Nino’ Vieira : Qui était l’homme ?

Publié le, 30 mars 2009 par

Justin Mendy Journaliste, Consultant en Communication Email : justin_mendy@yahoo.fr

S’il est un homme dont l’action sur le terrain a été des plus déterminantes dans la décolonisation portugaise sur tout le continent africain, c’est bien ‘Nino’ Vieira, de son vrai nom Joao Bernardo Vieira. Car, c’est de l’avancée intenable de la guerre de libération en territoire bissau-guinéen qu’est parti le coup d’Etat, qui a chassé à Lisbonne, le régime fasciste portugais et ouvert la voie à des négociations avec les combattants de toutes les colonies portugaises en Afrique.

Du déclenchement de la lutte armée par son parti, le Parti africain pour l’indépendance la Guinée et le Cap-Vert (Paigc), le 23 janvier 1963, à l’indépendance complète de la Guinée-Bissau, en septembre 1974, il fut l’un des chefs de guerre les plus efficaces et les plus respectés, tant par ses propres troupes et l’ensemble de ses camarades de parti que par les contingents militaires portugais d’occupation, du fait, aussi bien de ses hauts faits d’armes que de ses capacités de mobilisation populaire.