Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La Cour pénale Internationale de la Haye (CPI) a émis, le 4 mars 2009, un mandat d’arrêt contre le Président soudanais Omar El BECHIR, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans le conflit du Darfour.

Les Organisations internationales de la Société civile africaine AIPD-GL et CIRAC, à l’instar de l’Union Africaine, de la Ligue des Etats Arabes, de l’Organisation de la Conférence Islamique, du Mouvement des Pays Non-Alignés et de plusieurs Organisations de défense des droits de l’homme, expriment leur vive indignation et leur réprobation face à cette décision inique et sélective.

L’Action Internationale pour la Paix et le Développement dans la région des Grands Lacs (AIPD-GL) et le Comité International pour le Respect et l’Application de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CIRAC) condamnent le caractère ouvertement sélectif de la décision de la CPI et dénoncent une justice à deux vitesses, instrumentalisée par les grandes puissances mondiales sur base d’agendas politico-économiques et stratégiques.
Ces deux organisations interafricaines des droits de l’homme sont en effet étonnées de constater le silence assourdissant de la CPI face aux graves et nombreux crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés en toute impunité par certains Chefs d’Etat occidentaux en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique Latine et ailleurs, au mépris des normes les plus élémentaires des droits de l’homme.

L’AIPD-GL et le CIRAC sont convaincus que le mandat d’arrêt international lancé contre le Président Omar El Béchir ne contribuera ni à la résolution sereine de la crise du Darfour ni à l’instauration d’une paix durable au Soudan et en Afrique. Bien au contraire, il vient exacerber la tension et la méfiance au sein de la communauté internationale à un moment où le processus de paix au Darfour et autres négociations en cours à Doha, à Addis Abeba et ailleurs continuent de susciter une forte espérance.

L’acharnement inquiétant de la CPI contre l’Afrique n’a d’égale que le lourd silence observé par cette même institution internationale face aux violations massives des droits humains et aux crimes sans nom des Chefs d’Etat occidentaux et des grandes puissances, notamment en Irak, en Afghanistan, en Colombie, au Tchad, en République Démocratique du Congo (6 millions de morts depuis 1998), dans les Territoires arabes occupés par Israël, au Myanmar (Birmanie) et dans d’autres points chauds de la planète.

RECOMMANDATIONS
Au regard de ce qui précède, l’AIPD-GL et le CIRAC recommandent les actions urgentes suivantes :

A la Cour Pénale Internationale

D’annuler le mandat d’arrêt international émis contre le Président Omar El Bechir à cause de la politisation à outrance de la Cour Pénale Internationale et du manque d’impartialité du Conseil de Sécurité.

A l’Union Africaine

De poursuivre inlassablement ses efforts de médiation en cours en vue de trouver une solution panafricaine et durable à la crise politique, militaire et humanitaire du Darfour.

D’intervenir auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU pour lui demander de mettre un terme au mépris inacceptable et à la sélectivité des poursuites de la CPI contre l’Afrique et ses peuples.

De rendre attentif le Conseil de Sécurité aux conséquences éventuelles du maintien unilatéral par la CPI d’un mandat d’arrêt aussi controversé et largement contesté par de nombreux acteurs de la communauté internationale (Gouvernements et Société civile).

De tout mettre en œuvre pour faire échec aux tentatives et manœuvres visant à la partition et au démembrement du Soudan.

D’œuvrer en faveur de la pleine jouissance par le peuple soudanais de ses richesses naturelles tant convoitées.

A la Société Civile Africaine

D’œuvrer sans relâche en vue de trouver des solutions africaines et pertinentes à la crise du Darfour, sur la base des mécanismes africains traditionnels de résolution des conflits, dans l’esprit de la Charte de Kouroukan Fouga (Mandé, 1236).

De soutenir sans réserve l’approche non-conflictuelle préconisée par l’Union Africaine, la Ligue des Etats Arabes, le Mouvement des Pays Non-Alignés, l’Organisation de la Conférence Islamique et par plusieurs plateformes œuvrant pour une paix durable en Afrique et au Darfour.

De dénoncer vigoureusement le traitement ouvertement discriminatoire et néocolonial du mandat d’arrêt international émis contre le Président Omar EL BECHIR alors même que des auteurs notoires de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, notamment en Irak, en RDC et en Palestine continuent de jouir de l’impunité la plus totale.

De rester mobilisée contre toute dérive impérialiste visant à recoloniser l’Afrique et ses peuples et à maintenir ces derniers dans l’humiliation, la division et la dépendance chronique comme aux temps de la Traite Négrière Transatlantique.

De mettre à profit la Conférence d’examen de Durban qui va se tenir à Genève, en avril prochain, pour dénoncer et stigmatiser la politique des deux poids deux mesures érigée en doctrine d’action par les grandes puissances occidentales ainsi que le racisme et le mépris qui sous-tendent le mandat d’arrêt de la Cour Pénale Internationale (CPI) contre le Président Omar El BECHIR.

Le CIRAC et l’AIPD tiennent à exprimer leur solidarité avec le peuple frère du Soudan ainsi qu’avec tous les protagonistes de la crise du Darfour qui oeuvrent pour la restauration de la stabilité et de la paix au Soudan.

Fait à Genève, le 10 mars 2009

Pour l’AIPD-GL Pour le CIRAC

Maurice KATALA (Notre photo) MALUZA Wasiluadio Mavula

Coordinateur général Président