Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Le mariage forcé : un phénomène tabou !

Publié le, 11 décembre 2008 par

Par Chrystel DAYER

SION- (Envoyée spéciale)- La question du mariage forcé est alarmante. L’établissement du libre choix du partenaire, ce principe des droits de l’Homme n’est pas universellement respecté. La Suisse, ne fait pas exception* ! En effet, selon une étude parue en 2006 on estime le nombre de mariages forcés en Suisse à 17'000 victimes. Cependant, le nombre de cas reste difficile à recenser, et si la majorité des cas touche les femmes, les hommes ne sont pas épargnés.

Alors qu’en Suisse, l’institution du mariage est en perte de vitesse, le nombre de mariage diminuant et le nombre de divorce augmentant1, certaines cultures sacralisent toujours cet acte au point que des familles forcent leurs enfants à se marier. Contrairement à certains stéréotypes, le mariage forcé n’est pas un problème musulman. Basée sur l’honneur de la famille et sur des intérêts économiques, cette pratique n’est pas qu’une question religieuse et culturelle. Les personnes qui sont mariées sans leur consentement sont des victimes, et cette pratique viole les droits de l’Homme « le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux »2.