Ont collaboré à ce numéro

 CIO-Lausanne
 Fondation Merieux
 GHI
 Handicap Internation
 M. Adama DIENG
 M. Al Amine KEBE
 M. Jean P LACROIX
 M. Mankeur Ndiaye
 M. Zak Alfa Jallow
 Min., Alioune SARR
 OMS
 ONU
 Pdt MACKY SALL
 UEMOA
 UNISDIR

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com


ADAMA DIENG, SECRETAIRE GENERAL ADJOINT DE L’ONU SUR LES ROHINGYAS «On n’est pas loin d’un génocide contre les Musulmans».

Les violences extrêmes contre les Rohignyas considérées comme un nettoyage ethnique pourraientse transformer en génocide sirien n’est faitpour arrêterlabarbariedontsont victimeslesmusulmansdeMyanmar, la plus grande communauté apatride du monde. Adama Dieng salue les voix quise sont levées pour demander la protect

Monsieur Adama Dieng, vous êtes Secrétaire général adjoint des Nations unies et Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Que pouvez-vous nous dire sur le sort des Rohingyas au Myanmar ?

"Mon Bureau surveille la situation des Rohingyas au Myanmar depuis un certain nombre d'années, avec une préoccupation croissante. En Novembre 2016, j'attirais l'attention, une fois de plus sur la détérioration de la situation sécuritaire, humanitaire et des droits humains dans l'Etat du Nord Rakhine. C'était à la suite des attaques perpétrées en Octobre contre des postes frontaliers de sécurité.  La réponse de l'Armée avait été caractérisée par un usage excessif de la force et des violations graves de  droits de l'homme contre la population civile, en particulier la population musulmane Rohingya. Les rapports faisaient état d’allégationsd'exécutions extra judiciaires, tortures, viols et destruction de propriété, y compris de propriétés religieuses. J'avais alors demandé que ces allégations soient vérifiées de toute urgence. J'estimais que si elles étaient fondées, la vie de milliers de personnes serait en danger et que la réputation de Myanmar, de son nouveau gouvernement et de ses Forces armées pourrait être ternie dans cette affaire. La situation qui prévaut aujourd'hui semble être pire, entrainant un exode massif des populations Rohingya et le bilan des victimes ne cesse d'accroitre."