Ont collaboré à ce numéro

 CIO-Lausanne
 Fondation Merieux
 GHI
 Handicap Internation
 M. Adama DIENG
 M. Al Amine KEBE
 M. Jean P LACROIX
 M. Mankeur Ndiaye
 M. Zak Alfa Jallow
 Min., Alioune SARR
 OMS
 ONU
 Pdt MACKY SALL
 UEMOA
 UNISDIR

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

 

Le Sénégal a accepté de co parrainer avec la France la troisième conférence internationale de reconstitution des fonds du Partenariat Mondial pour l’Education qui cherche 3,1 milliards de dollars, sur la période 2018-2020.

NEW-YORK- (Envoyé spécial)- Le Président Macky Sall a annoncé, hier, aux Nations-Unies, la tenue, à Dakar, le 8 février prochain 2018, de la troisième conférence internationale de reconstitution des fonds du Partenariat Mondial pour l’Education. Une information reçue avec des applaudissements nourris en présence d’Emmanuel Macron co-parrain de cette conférence mondiale, de Mme Erna Solberg, Première Ministre de Norvège. Ce, à l’occasion de la réunion de haut niveau intitulée «  Investir dans l’avenir : une éducation pour tous », qui a eu lieu, à la Salle Ecosoc, en marge de la 72e Session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

 

« En reconnaissance de ses résultats depuis 14 ans, avec un investissement de 4,7 milliards de dollars en appui à l’éducation dans les pays en développement, le Partenariat mondial pour l’Éducation mérite d’être soutenu ; d’autant plus que c’est le seul fonds international entièrement dédié à l’éducation »,  justifie Macky Sall. Le cas particulier de l’éducation des filles a fait l’objet du plaidoyer du Chef de l’Etat sénégalais pour qui : «Éduquer une fille, c’est agir positivement sur la santé de la famille, sur l’éducation des générations futures et sur la maitrise de la croissance démographique ». Notons, en outre, qu’au Sénégal malgré les nombreux défis auxquels fait face le secteur de l’éducation,  pour l’année en cours, le budget national pour le secteur de l'éducation est de 602 918 670 840 FCFA, (environ 1100 millions de dollars), soit 25,48% du budget national. Ce ratio est  supérieur à la moyenne de 20% recommandée dans l'Objectif de Développement Durable n°4. Au delà des efforts du Sénégal, l’appui des partenaires, dont la France et le Partenariat mondial pour l’Éducation, qui soutiennent le financement de l’éducation au Sénégal  aide à la mise en œuvre du Programme d’Amélioration de la Qualité de l’Équité et de la Transparence, (PAQUET), qui s’étend sur la période 2013-2025. Le PAQUET est une composante essentielle de l’Axe II du Plan Sénégal Émergent qui porte sur le capital humain, la protection sociale et le développement durable.

Le financement de l’éducation, parce qu’il contribue à l’émergence d’une société instruite et productive, ne doit pas être considéré comme une charge sociale, mais  comme l’un des meilleurs investissements pour le futur, dira Macky Sall et de philosopher : « C’est une question à la fois grave et essentielle, parce qu’elle est à enjeux multiples ». Il en veut pour preuve que l’éducation détermine la qualité des ressources humaines qui portent le développement d’une Nation. Elle forge l’esprit et la conscience. Elle rend l’individu plus difficile à manipuler et moins vulnérable aux extrémismes de tous genres, a –t-il plaidé, avant d’ajouter pour mieux étayer sa thèse : « Si nous ne faisons rien pour qu’ils aillent à l’école, ces enfants tomberont dans les ténèbres de l’ignorance et de l’obscurantisme. Ils seront les proies faciles de toutes les tentations, compris le radicalisme et l’extrémisme violent ». « Il faut un nouvel élan solidaire en faveur de l’éducation. En offrant aux enfants la chance d’aller à l’école, nous repoussons les frontières de l’ignorance et de l’obscurantisme ». Prenant la parole avant son homologue sénégalais, Emmanuel Macron qui sera également à Dakar pour cette conférence mondiale qu’abrite Dakar, justifiera l’engagement de son pays et du Sénégal en proclamant : « Le Président Macky Sall et moi avons de grandes ambitions pour nos pays.»

EL HADJI GORGUI WADE NDOYE