Ont collaboré à ce numéro

 Amb. Bassirou SèNE
 DG OMC
 INTERPEACE
 M. Socé Fall
 M. Socé FALL -OMS
 OMS
 ONUG
 Présidence Sénégal

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La 68ème session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique ouverte, officiellement par le Président Macky Sall, le lundi 27 août, à Dakar, a les yeux rivés sur le Congo. C’est depuis Dakar, hier, que le Dr Tedros Adhanom, Directeur général de l’OMS a rendu compte au Conseil de sécurité de l’ONU réuni à New York de la situation d’Ebola au Congo et de l’urgente nécessité de la maîtriser au vu notamment de présence dans des lieux à accès difficiles et souvent proches d’autres pays de la sous région. Dans cet entretien exclusif, Le Médecin Colonel Ibrahima Socé Fall revient sur la stratégie payante de l’OMS avec le Gouvernement du Congo et les autres partenaires pour faire face à cette maladie qui sitôt déclarée vaincue le 24 juillet est réapparue. De même il explique la menace que constitue ce virus qui est devenu un vrai casse tête pour la communauté internationale qui a cependant bien appris sa leçon au vu des erreurs commises en 2014 ! Vaincre Ebola à l’intérieur du Congo, éviter sa dissémination dans le reste de l’Afrique et à travers la planète, voici l’enjeu !

Médecin Colonel Fall, quelle est la situation actuelle d’Ebola au Congo ?

A la date d’hier, mardi 27 août 2018, l’OMS a compté 72 décès liés à Ebola dont 44 confirmés et 28 probables. Les cas probables sont des décès survenus avant la confirmation de l’épidémie. 111 cas de personnes atteintes dont 83 confirmées et 28 probables. Aujourd’hui les difficultés sont énormes car certains cas sont dans des zones en conflits armés. 4130 personnes ont été vaccinées. L’OMS a déjà déployé 172 experts et nous travaillons avec une cinquantaine de partenaires dont Médecins sans frontières (MSF) et ALIMA (The Alliance for International Medical Action) pour les centres de traitement.

 

EBOLA: SOCE FALL, CE MEDECIN MILITAIRE SENEGALAIS AU COEUR DU COMBAT!

Publié le, 06 janvier 2019 par M. El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Dr Ibrahima Socé Fall a été formé comme médecin militaire à l’Ecole Militaire de Santé de Dakar (EMS) et a une expérience de plus de 25 ans dans la pratique médicale et de santé publique. Discret, techniquement compétent, mondialement respecté dans son domaine, c’est lui qui était, hier, à Dakar, auprès du Dr. Tedros Adhanom, Directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) quand ce dernier en pleine 68ème session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique, faisait son briefing au Conseil de sécurité des Nations Unies, à New York, qui prend très au sérieux la menace que constitue Ebola.

Photo: Nicole Matschoss

Bien qu'il s’agisse de la dixième épidémie d'Ebola dans le pays, c'est la première fois que la maladie touche une zone très peuplée et en situation de conflit intense, écrit l’OMS. L’organisation mondiale pour la santé très préoccupée par la situation demande d’accéder de manière sécurisée dans la région touchée. "L'OMS appelle à un accès sécurisé et libre de tous les acteurs impliqués dans la réponse à cette épidémie pour servir toutes les populations touchées", a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. "Tous les intervenants doivent pouvoir se déplacer librement et en toute sécurité dans les zones de conflit pour accomplir adéquatement leur mission afin de gérer cette épidémie. La population doit également avoir accès à des centres de traitement qui sont destinés à sauver les vies humaines et arrêter la propagation de la maladie. » a insisté le DG de l’OMS dans un communiqué.

 

Menace des groupes armés

Des groupes armés sont actifs dans la région représentant une menace à  la sécurité et un défi majeur pour les équipes de santé qui doivent être en contact permanent avec les communautés afin d’identifier activement des patients potentiels pour les surveiller deux fois par jour pendant trois semaines. Cette situation précaire peut également décourager les membres de la communauté de fréquenter les centres de traitement si nécessaire. 
 

tyle type="text/css"> p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; text-align: justify; font: 12.0px 'Trebuchet MS'; -webkit-text-stroke: #000000} span.s1 {font-kerning: none}