Ont collaboré à ce numéro

 Cotonou Bénin
 Fatou Ba Sangare
 Message des Jeunes
 NRJ AWARDS
 Pr Albert Tévéodjrè
 Pr Nicolas Agbohou
 symposium Cotonou

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye ·

Responsable Informatique
· Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com


Réuni à Cotonou du 16 au 20 novembre 2010 sur le thème : « L’Audace, unique défi pour une Afrique Nouvelle », le Symposium International sur le Cinquantenaire des Indépendances africaines a examiné tant sur le fond, la forme et le principe, l’épineuse question des Accords de Coopération entre les Etats Africains et le reste du monde.


Dans le souci légitime de répondre aux préoccupations exprimées de l’Opinion publique africaine quant à la nature et au contenu, à l’orientation et à l’image des Accords Coopération, et de réhabiliter ce registre fondamental du Développement futur de l’Afrique, le Symposium, après en avoir discuté de manière libre et démocratique, a jugé pertinent et raisonnable, rationnel et responsable, d’élaborer et de proposer les principes directeurs dont le respect devrait être à même d’inverser les tendances négatives et les pratiques dysfonctionnelles qui finissent d’altérer le sens et d’hypothéquer la pertinence des Accords de Coopération, occasionnant du même coup un malaise dommageable à la bonne entente entre l’Afrique et ses partenaires au Développement.

-1. Les Etats africains, tirant le bilan des Accords et des Pratiques de Coopération durant le demi-siècle écoulé, et pleinement conscient du fait que l’Afrique Nouvelle que nous appelons de tous nos vœux exige une approche nouvelle de la Coopération internationale, décident d’inscrire tant les Accords, les liens et les pratiques de Coopération à venir dans le cadre d’une Vision stratégique d’un Partenariat gagnant-gagnant en dehors duquel la Coopération entre le cheval et le cavalier que nous stigmatisons, menacerait l’Afrique entière d’entropie économique, culturelle, sociale et politique.

-2. Sous le rapport précédent, le Partenariat nouveau dont il est question, doit se situer dans le cadre des intérêts stratégiques bien compris du Développement de l’Afrique et des Etats africains, en alliance avec les Diasporas, tel que ces intérêts sont conçus, exprimés et formulés par les Africains eux-mêmes, au regard du bilan qu’ils tirent des attendus, de la méthode, des objectifs et des finalités des Accords de Coopération mis en œuvre entre 1960 et 2010.

-3. Afin de donner à cette Vision nouvelle de la Coopération et des Accords de Coopération, le Symposium engage les Etats africains, soutenus en cela par les Diasporas (6° Région), à placer toutes les négociations qui concernent l’Afrique comme continent et comme entité, dans le cadre et sous la responsabilité de l’Union Africaine, de manière à ce que l’Afrique parle désormais d’une seule voix.

-4. Dans le même ordre d’idées, le Symposium propose aux Etats africains, au cours même de leur quête pour les Etats-Unis d’Afrique, à priviliégier le MULTILATERALISME comme cadre de négociation ;
-5 Le Symposium, après en avoir discuté, rappelle aux Etats ce principe basique que tout Accord de Coopération devra tenir compte à l’avenir de la demande de chaque partie et de ses priorités, et non de la seule volonté des plus puissants, des plus nantis ou des plus outillés.

-6 En clair, les Accords de Coopération doivent être fondés sur la préservation des intérêts réciproques des parties clairement énoncés, en lieu et place des contrats unilatéraux abusifs ou léonins qui ont vicié l’esprit de toute Coopération véritable par le passé.

-7 Les Accords de Coopération sortiront de la Tutelle et seront exécutés sur la base des responsabilités partagées entre les parties au regard des clauses convenues ;
-8 Chaque Accord de Coopération doit intégrer la formation des ressources humaines et l’investissement dans le capital humain, dans un esprit d’échanges entre parties.

-9 Les Accords de Coopération conclus par les Etats africains comporteront une clause relative à la préservation de l’environnement ;
-10 Dans le processus d’élaboration des Accords de Coopération de l’Afrique Nouvelle, la Partie africaine intégrera les préoccupations du secteur privé, de la société civile, des associations africaines et des mouvement sociaux et citoyens, sans oublier les acteurs politiques et parapolitiques institutionnels, les autorités religieuses, coutumières, les Universités, l’Enseignement supérieur et la Recherche, les sociétés savantes, de même que les revendications et les suggestions des Diasporas, etc.


Recommandation/
Afin de mener à bien ce travail de formulation et de formalisation des principes directeurs de la Politique de Coopération de l’Afrique Nouvelle que nous voulons, le Symposium propose qu’un Groupe d’experts multidisciplinaires soit commis par l’Union Africaine, pour la mise en forme la plus appropriée des principes énoncés plus haut.