Ont collaboré à ce numéro

 BBC
 ESC Grenoble
 La Redaction
 M. Mamoussé DIAGNE
 Nations Unies

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Cheikh Anta Diop, Cheikh Tidiane Sy : 2 Cheikh, un 29 décembre !

Publié le, 29 décembre 2015 par EL Hadji Gorgui Wade NDOYE

Le Sénégal et l'Afrique se souviennent de leur savant, le grand antiquisant, le Pr Cheikh Anta Diop ( il aurait eu 92 ans), celui qui osa dans sa soutenance de thèse à La Sorbonne marquée par de brillants esprits de la Pensée unique, démolir Lévy Bruhl, dégager des narines les idées nauséeuses de Hume, fait voler les thèses racistes de Voltaire et mis en vol le terrible Hegel. Cependant, et je ne cesse de le répéter, et c'est ce que Cheikh Diop aurait aimé, aujourd'hui plus que jamais, le combat n'est pas un recroquevillement sur nous-mêmes! Il s'agira par l'acquisition des savoirs, et avec humilité, de donner aux Africains les moyens multiformes et notamment scientifiques pour traiter à égal avec le reste du monde. Et l'on ne peut être les héritiers de ceux qui ont donné naissance à la Civilisation humaine et être des cancres en sciences ! Et c'est là, entre autres, où la « Conscience historique » pour une culture du Développement prend tout son sens. Je voudrais alors, pour ma part, retenir de la pensée de Cheikh Anta Diop la promotion de paradigmes favorisants, présents dans la culture ou à inculquer. 

LE PAPE HOMME DE L'ANNEE 2015

Publié le, 27 décembre 2015 par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

 L'HOMME DE L'ANNEE pour Continent Premier.com

" Il faut être un homme de foi, de conviction, un respon- sable conscient de la portée de sa mission au service de l’humain pour oser, en bravant tous les avertissements des services secrets occidentaux, tous les préjugés sur une certaine Afrique, terre de guerres, de maladies et dans une ambiance d’un terrorisme international d’une rare violence, séjourner en missionnaire de la paix sur cette terre première. Et dire aux fidèles chrétiens comme musulmans : « Il faut accepter de pardonner et tendre la main à l'autre ». Le Pape Français l’a fait, avec courage, humilité, suivant en cela les traces de Jésus Christ, prophète de l’Amour et du Pardon auquel se réclament autant les Chrétiens que les Musulmans. Et ce n’est pas assez dit ! C’est en Afrique que le Pape François a ouvert dans sa bonté et dans sa grande générosité l'Année jubilaire de la miséricorde, une "Année sainte", qu’il a proclamée et en avance au cœur de l’Afrique". 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE. Directeur des publications.

Corruption : Massata Diack nie tout, selon la BBC

Publié le, 22 décembre 2015 par BBC

Massata, le fils de Lamine Diack, l'ancien président de l'IAAF inculpé pour corruption en France, a déclaré à la BBC qu'il rejette toutes les accusations.

"Il n'y a jamais eu d'extorsions de fonds sur les athletes. Je n'ai jamais rencontré aucun athlète, aucun agent, personne dans ce monde, à qui j'ai demandé un paiement. Je travaille avec les sponsors, avec les gouvernements, le comité olympique. Je rejette toutes ces allégations. Je n'ai jamais été impliqué dans un système de corruption ou d'extorsion de fonds des athlètes, je rejette totalement cela", a-t-il déclaré à la BBC. Selon le fils de Lamine Diack, ces accusations procèdent d'une volonté de salir le travail de son père.
 
"Soudainement, ils vont détruire tout ce qu'il a construit en 16 ans et durant les 39 ans qu'il a passé à l'IAAF. Je trouve cela triste et je ne reconnais pas certians actes et certaines déclarations. C'est une question de vie. Nous laissons tout entre les mains de Dieu", ajoute-t-il.
 
Massata Diack, fils de Lamine Diack, par ailleurs consultant à l'IAAF, n'est pas en état d'arrestation. "Je ne vais pas disparaître du Sénégal où je vis", précise-t-il. A ses yeux, si la justice fait son travail, les enquêteurs comprendront que Lamine Diack n'a rien fait, poursuit la BBC.
 
"S'ils veulent enquêter, ils sont libres de le faire au Sénégal. Ils ont les canaux pour envoyer des enquêteurs. Tout ce qu'ils ont comme accusations, je suis prêt à y répondre. Avant que Lamine Diack ne quitte ses fonctions, il n'y a aucun athlète russe accusé de dopage qui n'a pas été sanctionné", conclut-il.
 
Mi-novembre, le Sénégalais Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé.
 
Mardi, il a été de nouveau inculpé lundi en France pour corruption dans le scandale sur des cas de dopage étouffés moyennant finances.
 
SOURCE: BBC

Crimes environnementaux : quand la nature devient la cible du crime organisé.

Publié le, 14 décembre 2015 par Jean-François Fiorina

Par Jean-François Fiorina. Directeur Adjoint / Directeur ESC Grenoble chez Grenoble Ecole de Management

La préservation de l'environnement est au cœur des enjeux internationaux. Il ne concerne pas seulement la question climatique. Chaque jour sont perpétrés des "écocrimes" ou des "crimes environnementaux".

Un rapport du gouvernement américain de 2000 les définit comme une activité criminelle s'appliquant à l'une des activités suivantes : commerce d'animaux ou d'espèces en danger, pêche ou exploitation illégale des forêts, commerce des matières précieuses ou de matières nocives pour la couche d'ozone (CFC), pollution enfin par déchets et trafic de déchets (dont les déchets toxiques). Une somme de trafics illégaux qui n'est en rien anecdotique.

Dans leur série d'enquêtes pour Le Monde, titrée "Les prédateurs" (HD Ateliers Henry Dougier, octobre 2015), les journalistes Marie-Béatrice Baudet et Serge Michel alertent: "Ce saccage de la nature se révèle être une véritable machine à cash qui se classe aujourd'hui au 4e rang mondial des activités illicites après les stupéfiants, la contrefaçon et la traite des êtres humains". L'expansion de ces crimes révèle une "face noire" de la mondialisation qui menace, au-delà de l'environnement, la sécurité de communautés et de régions entières.

Les crimes environnementaux ne se confondent pas avec les dommages écologiques découlant d’un accident maritime ou d’une pollution industrielle, même en cas de négligence avérée des auteurs.

Alors que vient de s’achever à Genève (le 10 décembre) la 32ème Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, les conflits armés en cours à travers le monde continuent d'infliger l'horreur et la souffrance aux civils innocents dans les pays en proie aux conflits. Il est également regrettable que la souffrance soit perpétrée par ceux ayant pour principale obligation de respecter les règles relatives à la conduite des conflits armés, en particulier la protection des civils et le ciblage exclusif des objets d'utilité militaire. Les récents événements à Kunduz en Afghanistan, où des civils ont perdu la vie et un hôpital a été partiellement détruit, appellent nos efforts concertés pour s'assurer qu'en déclarant ou en menant des conflits armés, l'un de nos objectifs principaux soit de minimiser les pertes en vie humaine. En effet, ce qu’il s'est passé à Kunduz n'est pas un cas isolé. Au Yémen des attaques incessantes sur des structures médicales ont été dénoncées par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). En Syrie, des installations sanitaires ont aussi été attaquées par les Forces syriennes et alliées. Nous continuons de voir des développements similaires dans d’autres pays touchés par des conflits comme le Nigeria, la République centrafricaine, le Soudan du Sud, et ailleurs. Ce qu’il y a de commun à toutes ces régions est que les civils sont touchés de façon indiscriminée et dans la plupart des cas, ils paient de leur vie.