Ont collaboré à ce numéro

 El Hadji Gorgui Wade
 Jeune Afrique
 M.Mamadou KASSE
 M.Pascal Décaillet

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

· Canada:
   +1(514)806 80-86

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Une coalition européenne* de 34 organisations d’agriculteurs, de sélectionneurs ainsi que des ONG de 27 pays ont déposé récemment un recours devant l’Office européen des brevets, à Munich, contre un brevet sur le poivron accordé à Syngenta. Celui-ci permet à l’entreprise agrochimique bâloise de s’approprier une résistance aux insectes pourtant copiée d’un poivron sauvage. Par une action épicée, la coalition a dénoncé l’appropriation de la nature par des entreprises privées, lit-on dans un communiqué conjoint de la Déclaration de Berne et de SwissAid.     

Par Baudelaire Mieu - (Jeune Afrique)

Pour rattraper le retard en matière de financement du secteur, 24 millions d'hectares ont été mis à disposition d'investisseurs privés. Riz, café, hévéa, ils peuvent tout produire !

Pour assurer un développement équilibré et global du secteur agricole, le gouvernement a élaboré le Programme national d'investissement agricole (PNIA) pour la période 2012-2016. D'un coût estimé à 2 000 milliards de F CFA (environ 3 milliards d'euros), ce plan a pour ambition majeure de rattraper le retard accumulé ces dix dernières années en matière de financement.

Français, étonnez-nous ! Par Pascal Décaillet, Journaliste suisse .

Publié le, 22 mars 2014 par M.Pascal Décaillet

 

 

J’ai toujours été profondément francophile. L’Histoire de ce pays m’habite. Je vis avec elle, ai lu toutes les biographies possibles et imaginables de ses grands hommes. Oui, j’aime la France, sa politique, ses écrivains, et même de plus en plus, de Rameau à Debussy, ses musiciens. Au moment où ce pays va élire ses dizaines de milliers de maires et de conseillers municipaux, acte majeur de proximité, son état général n’est pas perçu comme bon par ses voisins. Saignée économique, délocalisations, chômage installé depuis des décennies, relation difficile à l’immigration. Amertume. Gueule de bois.

LE TEMPS DES RUPTURES ?

Publié le, 21 mars 2014 par M.Mamadou KASSE

Par Mamadou Kassé

Dakar-Sénégal - Traque des biens mal acquis ou traque aux biens mal acquis, mise en place de la CREI et de l’OFNAC, relance de la Haute cour de Justice, audit de la Fonction Publique et des maisons conventionnées, diminution des agences et fusion de celles s’occupant des jeunes en une seule, assurément le président Macky Sall a décidé de prendre le taureau par les cornes. L’ère de la rupture annoncée dans son programme yonou yokkuté est-elle déjà ouverte ? Les premières initiatives engagées en vue d’assainir les finances publiques et de faire repartir la machine administrative sur de nouvelles bases laissent croire que les lignes vont sérieusement bouger et avec elles beaucoup d’intérêts, d’avantages acquis et tout naturellement et de privilèges indus que ni la compétence, ni la proximité avec le pouvoir ne peut autoriser.