Ont collaboré à ce numéro

 Caribana Festival
 CETIM
 Club de la Presse
 DGVS
 FIDH
 Geneva International
 M.Mamadou KASSE
 Mme Pascale KRAMER
 Newzimbabwe.com
 Noé21
 OMPI
 Paleo Festival
 Sud Quotidien
 Swissinfo.ch
 Union Africaine
 UPAF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Génocide et génocides.

Publié le, 26 avril 2014 par MUTOMBO Kanyana

 

Plus que jamais, le mois d'avril résonne cette année des échos des hommages quasi-planétaires rendus aux victimes du génocide des Tutsi et du massacre des Hutu dits "modérés" au Rwanda. Il y a 20 ans en effet l'inconcévable arrivait, comme aboutissement logique de plus d'un siècle d'ensauvagement de l'Homme africain par une coloniale et très entreprenante "Mission civilisatrice". Une question identitaire en somme, centre d'intérêt privilégié de l'UPAF.

 

 

 

 

Car, comme le disait le très vénérable et regretté historien Burkinabè Joseph Ki-Zerbo, au contact avec des civilisations impériales (arabo-islamique et judéo-chrétienne), "(...) l'histoire des Nègres leur a été brutalement confisquée", et leur identité est devenue un "prêt-à-porter" fabriqué depuis l'extérieur par les officines de ces civilisations. On n'avait de valeur qu'engoncé dans le costume taillé sur mesure à Rome ou La Mecque, en plus des certifications obtenues à l'école du Maître colonial. Aujourd'hui, au Nord-Nigéria et en Centrafrique, c'est exaltés et fiers sous ce costume que des "chrétiens" trucident des "musulmans" et vice-versa.

 

En 1994, au Rwanda, c'est sanglés dans leurs nouveaux costumes de marques "Hutu" et "Tutsi", confectionnés par le colonisateur allemand d'abord, puis belge, que les élites Banyarwanda (nom de l'unique ethnie dont font partie les catégories sociales Hutu et Tutsi) se sont détournés de ce crédo de l'Ubuntu ancestral : "Je suis parce que tu es. Tu es, donc je suis". Des vecteurs puissants (école missionnaire chrétienne pendant la colonisation et, plus tard, Radio Mille Collines), vont alors se charger de les préparer à l'ensauvagement en les ancrant profondément dans une altérité conflictuelle avec leurs frères et soeurs. Les responsabilités ne sont toutefois pas que du seul côté colonial ou néocolonial. Une chose est l'idéologie, l'autre chose est le passage à l'acte.

 

Au-delà du cas emblématique du Rwanda, la commémoration des 20 ans de son génocide est une occasion d'aborder la question du génocide en Afrique sous différents aspects et en mettant en lumière le rôle de certains de ses acteurs majeurs. L'UPAF propose donc un cycle de conférences déclinées sous les thématiques suivantes qui ne sont pas exhaustives :

 

-  Génocide au Rwanda : Les racines historiques de la tragédie et les évolutions. Parallélisme avec le pays-frère jumeau Burundi

-  Au-delà du Rwanda (I), d'autres génocides historiques africains : Hérero en Namibie, Congo belge de Léopold II, etc.

-  Au-delà du Rwanda (II), peut-on parler de génocide dans l'Est-RDC ? Entre 6 et 8 millions de morts depuis 1996, dans l'indifférence générale et l'impunité

-  Acteurs majeurs au Rwanda, quels rôles ont joué, d'une part, la Suisse et, d'autre part, la France ou la Françafrique

 

Organislées à différentes dates, ces conférences sauront trouver, nous l'espérons vivement, un grand intérêt parmi vous.

 

Autre commémoration qui nous est chère : les 20 ans de la fin de l'Apartheid - avec aussi quelques rélents génocidaires (voir le Projet Coast) - et de la naissance d'une Afrique du Sud démocratique. Un homme incarne cette révolution : Mandela, décédé il y a peu. Nous avions annoncé un hommage critique. Voici le moment venu pour cette relecture en noir-blanc (au figuré) du bilan de carrière du vénérable disparu. Au mois de juin, nous y viendrons.

 

Toujours dans sa trajectoire identitaire, l'UPAF vous invite à retourner à l'école et à vous refamiliariser avec les mathématiques, telles que les Ancêtres les pratiquaient. Un mathématicien togolais, le professeur Kossivi Adjamagbo, viendra en effet nous montrer comment les Ancêtres, 20 000 ans avant notre ère, s'en sortaient avec des calculs complexes. Une preuve selon laquelle l'esprit mathématique s'est réalisé pour la première fois en Afrique, à l'Est de la RDC actuelle, grâce à une calculette mise au point alors, l'os d'Ishango. Un grand moment d'histoire avant tout.