Ont collaboré à ce numéro

 Black Movie Festival
 Boubacar Boris Diop
 Bouya Ndoye
 Bureau Tariq R
 Daniel Favre
 Dr Bakary SAMBE
 M. David GROSSMAN
 M. Pierre KARAMERA
 M. Vincent Sager
 Min Aminata Touré
 Mme Winnie COVO
 Noé 21
 OIF
 Opus One Genève
 Sénégal,Suisse,OIF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Pour sa première prise de paroles au Conseil des droits de l'Homme, la «Dame de Fer» du Sénégal, n'a pas manqué de défendre les droits des migrants internationaux notamment africains victimes de «préjugés et stéréotypes de toutes sortes qui alimentent le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée».

 GENEVE- Dans une déclaration lue hier au nom du Sénégal devant des ministres et ambassadeurs de différents pays, Aminata Touré, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, a réitéré l'engagement du Sénégal pour la promotion et l'application des droits humains. Insistant sur la protection de leurs droits, la ministre sénégalaise a martelé que «les migrants font face à de sérieuses atteintes à leur dignité. Les groupes vulnérables, y compris les femmes et les enfants, attendent toujours plus de protection et de respect de leurs droits fondamentaux à l'éducation et à la santé, pour ne citer que ceux-là». Dans cette forte plaidoirie, Aminata Touré a mis l'accent sur le drame que vivent des migrants avec son lot inconsolable de laissés pour compte dans des pays qui, le plus souvent, font des droits de l'Homme un cheval de bataille.

La cheffe de la délégation sénégalaise soutenue par l'équipe de l'ambassadeur Fodé Seck de la Mission du Sénégal à Genève a évoqué d'autres sujets qui méritent selon elle toute l'attention du Conseil des droits de l'Homme. Parmi les défis soulevés, les changements climatiques, les réseaux transfrontaliers de criminalité, les inégalités sociales ainsi que la corruption et son corollaire, l'enrichissement illicite. La Garde des Sceaux a réitéré les différents progrès de son pays en matière de promotion des droits des femmes, leur forte représentation à la nouvelle Assemblée nationale, la lutte contre l'excision, les droits des handicapés, la protection des handicapés et le respect des engagements internationaux du Sénégal qui s'est engagé, par exemple, à organiser le procès de Hissène Habré.

«En somme, il s'agira de traiter ces sujets de façon juste et équitable, en nous appuyant sur les principes d'universalité, d'impartialité, de non-sélectivité, de dialogue, de coopération et d'interdépendance des droits de l'homme, principes qui se trouvent au coeur de la Déclaration et du Programme d'Action de Vienne dont nous célébrons les 20 ans», oriente Madame Touré. Cette dernière d'asséner que «ces principes constituent des piliers essentiels de l'Examen périodique universel (Epu), ce mécanisme dynamique auquel tous les Etats des Nations unies doivent se soumettre, sans distinction aucune si nous voulons maintenir sa crédibilité et son intégrité». A ce titre le ministre de la Justice a informé le Conseil que le Sénégal se prépare à son passage, au titre du deuxième cycle, et renouvelle, par sa voix, sa coopération entière avec l'Epu et au-delà, avec les organes de traités et les procédures spéciales, qui, ensemble, contribuent à l'effort collectif de promotion et de protection des droits de l'homme, en application de leurs mandats respectifs.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye