Ont collaboré à ce numéro

 Dr Omar Mariko
 Juan Hernandez
 M. Ibrahima Faye
 Mamadou Kassé
 Mme Bineta DIOP
 Oif-Genève
 Pape Sadio Thiam
 Raddho
 Sogué Diarrisso

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

BARACK OBAMA : IL ÉTAIT LE MEILLEUR ET IL A GAGNE!

Publié le, 07 novembre 2012 par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

Four more years fo Obama ! 

Les populations d'Amérique ont démontré aujourd'hui plus que jamais que Oui, le Métissage est l'avenir du Monde. 

 Tant pis pour les racistes de tous bords ou autres fanatiques qui pensent parce qu'ils ont une relative avance matérielle sur d'autres que le monde doit se plier devant leurs genoux.
 
OUI le monde va changer.
 
Il n'y a pas d'avenir dans l'insolence et la bêtise qui ont défiguré le visage de l'Homme.
 
Ce que j'ai à dire à Obama c'est qu'il n'oublie pas cette jeunesse américaine qui l'a porté et qui a réédité son soutien à lui, fils d'Afrique, fils de l'Amérique, fils du monde !
 
Barack, surtout ne nous fais de guerre ! C'est un message fort de la jeunesse de l'Amérique.
 Barack, pour l'Afrique, merci du Discours, maintenant la jeunesse africaine décomplexée consciente politiquement et techniquement compétente veut des actes.
 
God Bless America and all the countries of the World. 
El Hadji Gorgui Wade Ndoye, 
 Journaliste accrédité aux Nations Unies à Genève, Directeur des publications du magazine panafricain en ligne 

www.ContinentPremier.Com

 

Photo: ContinentPremier.Com: ( Mme Bineta Diop entourée de l'Ambassadeur Fodé Seck du Sénégal auprès des Nations et de  Nicolas Niemtchinow, Ambassadeur de France auprès de l'ONU.

GENEVE - La Sénégalaise Bineta Diop, Présidente de Femmes africa solidarité (Fas), a reçu les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur, au nom du président de la République française, en reconnaissance de son engagement pour la protection, la promotion et la défense des droits des femmes africaines. Cette distinction lui a été remise à la résidence de l'Ambassadeur et représentant permanent de la France auprès de l'Office des Nations unies à Genève, Nicolas Niemtchinow, en présence de ses homologues du Sénégal Fodé Seck, des Etats-unis, Betty King, de l'Organisation internationale de la Francophonie, Ridha Bouabid, de Mme Zainab Hawa Bangura, représentante permanente du Secrétaire général de l'Onu sur les questions de violences sexuelles dans les pays en conflits et de nombreux représentants de la société civile africaine à Genève.

 Notes de lecture par Khadim Ndiaye

Un ouvrage qui fera incontestablement date et référence au Sénégal, voire en Afrique, est celui de Sogué Diarisso, Mémoires pour l’espoir, publié aux éditions L’Harmattan en juin 2012. L’auteur, économiste statisticien, est ancien directeur de la Direction de la Prévision et des études économiques, puis de la Prévision et de la Statistique du Sénégal. Il est présentement conseiller à la BCEAO. Il a donc été un acteur important au cœur des programmes économiques du Sénégal, très informé des relations avec les bailleurs de fonds. En plus de son expérience en tant qu’administrateur, l’auteur a aussi lu dans «le Grand livre du monde» par ses voyages aux quatre coins du globe.

Dialogue politique sur la Sécurité humaine au Mali et dans le Sahel.

Publié le, 12 octobre 2012 par Dr Ibrahima Guissé

 Cette communication restitue quelques grandes lignes d’une Mission effectuée avec la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) au Mali du 4 au 10 avril 2012.

Cette mission d’investigation, a permis divers contacts et échanges avec tous les acteurs concernés par la cirse, notamment les pouvoirs publics, les acteurs politiques, les organisations de la société civile, les organisations religieuses, les mouvements de femmes et de jeunes, les médiateurs de la CEDEAO et les institutions nationales de droits de l’homme. Le Mali n’est pas un cas isolé dans la sous région même s’il se distingue par ses spécificités géostratégiques et sa position entre l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne. Toute chose qui complexifie du reste la sécurité humaine dans cette région.

En guise de dialogue et de discussions, je vous propose quelques éléments de compréhension de la crise actuelle. A partir donc d’un bref état des lieux des causes de cette crise, nous pourrons voir ensemble comment envisager des perspectives de paix, qui doivent nécessairement passer selon nous, par le rétablissement de l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Mali. 

 …

Cet enfant terrible de Bafoulabé, dans la région de Kayes, médecin généraliste de carrière et syndicaliste, est un opposant qui ne porte pas de gants pour tirer à boulets rouges sur la France de François Hollande. Ce politicien de 63 ans, promu ministre alors qu’il était encore étudiant, évoque les origines de la crise malienne tout en situant les responsabilités des uns et des autres.

Il parle de carnage si la CEDEAO s’entête à intervenir militairement au Mali. Lisez plutôt l’exclusivité de l’entretien.

Jamais, il n'était arrivé dans l'Histoire de l'Organisation internationale de la Francophonie (Oif) qu'elle prenne une décision unanime de condamner le manque de respect des droits humains d'un de ses pays membres au sein du Conseil des droits de l'Homme qui siège à Genève. Avec le Mali, la douce injonction d'Abdou Diouf qui ne cache pas son souhait de débarrasser le Nord Mali de ses terroristes dits islamistes, les Francophones viennent de franchir un nouveau pas. 

RENDEZ A GALANDOU DIOUF CE QUI EST A GALANDOU DIOUF

Publié le, 07 octobre 2012 par Pr IBA DER THIAM

Il y a quelques semaines, Abou Abel THIAM, s’exprimant au nom du Chef de l’État, avait révélé que le Sénégal souhaitait abriter le prochain Sommet de la Francophonie en 2014, aux fins d’en profiter pour rendre hommage à son Secrétaire Général pour la qualité du travail qu'il a eu à accomplir au profit de la communauté internationale.

 

La récurrence des inondations à Dakar et sa banlieue depuis près d’une décennie est une question qui interpelle aujourd’hui tous les acteurs de la vie nationale, acteurs politiques comme acteurs économiques, sociaux et même culturels et sportifs. Elle met en évidence la lancinante question de la nécessaire synergie entre l’État du Sénégal et les collectivités locales affectées par ce phénomène. Le problème des inondations dans les villes comme Dakar, une presqu’île qui avoisine les trois millions d'habitants sur une superficie de 550 km2, pose la problématique de l'aménagement du territoire et, conséquemment, de l'aménagement urbain, mais aussi celle des établissements humains dont l'importance dans la qualité de vie et la contribution dans la gestion équilibrée de l'espace ne sont plus à démontrer.

 

Le gouvernement sénégalais envisage donc d'augmenter, entre octobre et décembre prochains, le prix de l’électricité pour certains consommateurs. C’est ce qu’a annoncé le ministre du Budget, qui assure toutefois que la hausse "ne concerne pas les ménages les plus démunis". « Ce sera une hausse modulée du prix de l’électricité qui va entrer en vigueur le dernier trimestre de l’année en cours et qui va concerner les ménages les plus nantis qui consomment plus d’électricité’’.

 

 

En effet, l’histoire de l’urbanisation des villes sénégalaise est un éternel casse-tête pour les autorités et Dakar en offre la parfaite illustration. C’est que l’urbanisation spontanée rend problématique toute politique viable d’installation d’infrastructures de qualité. On au Sénégal des infrastructures adhérentes et non des infrastructures consubstantielle à la formation des villes. Autrement dit, elles viennent s’ajouter et, par conséquent, s’ajuster à une morphologie compliquée et le plus souvent disharmonieuse des villes au lieu de leur être inhérentes.