Ont collaboré à ce numéro

 Abdelrahman DHIRAR
 Al-Hadj Adam YOUSSEF
 Amb. Fodé SECK
 Amb. Henri LOPES
 ASHA
 Les Créatives Onex
 M. Esteban ISNARDI
 Mme Laurie Turin,
 Paleo Festival
 PR IBA DER THIAM
 Pr Pape Amadou DIOP
 Roland Le Blévennec,
 Service Presse ONU
 Ville d'Onex

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

LA SALSA EN SUISSE : QUI DIT QUE LES HELVETES NE SAVENT PAS S'AMUSER?

Publié le, 23 août 2012 par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

 

  La salsa est plus développée en Helvétie qu'ailleurs en Europe, exception faite de quelques villes en Italie, en Espagne ou de Paris. A Genève, par exemple, la caractéristique d'une population éminemment cosmopolite avec notamment une forte présence des Hispaniques et des Latinos a favorisé l'émergence de la musique et de la danse salsa. Au pays de Calvin, on parle diplomatie, humanitaire mais aussi on sait prendre du plaisir avec la présence au moins de 194 cultures du monde entier ! La présence des organisations internationales et le statut de ville d'asile ont également beaucoup joué dans le développement de la salsa au pays de Calvin!

  

 

Un lieu mythique

 La Mecque Salsera, à Genève, à la fin des années 90 et au tout début du XXIème siècle était le "Sport's Palace" sis rue Michel-Servet, se souvient Esteban Isnardi qui a publié un livre autobiographique au détour d'un tour du monde en salsa (Le Monde autour de la Salsa -voir par ailleurs). Notre interlocuteur qui y a officié comme professeur de salsa, fouille dans ses souvenirs: « Si je ne m'abuse, l'endroit possédait le comptoir de bar le plus long d'Europe... C'est là que la salsa locale a pris racine. L'éclosion d'écoles qui s'est ensuivie répondait à une demande grandissante de la population, et ce que l'on annonçait comme un effet de mode a atteint un enviable rythme de croisière. De plus, les styles cubain et portoricain cohabitent en bonne intelligence alors que le premier était seul maître à bord au tout début et que le second a semblé, un temps, prendre le pas sur son précurseur.». Or il n'en fut rien. Il y a un public pour les deux.

D'autres danses apparaissent (notamment le West Coast Swing et la Kizomba) mais elles ne font pas vraiment de l'ombre à la salsa. «Ce ne sera du moins pas le cas dans le temps. La salsa s'appuie sur une culture trop forte pour être éphémère» analyse M. Isnardi.

Le milieu salsa

Si l’amour de la musique latine réunit des mélomanes et danseurs de tout horizon, force est de reconnaître que certaines attitudes ne favorisent pas la communion et la magie relationnelle dont est porteuse la salsa. Esteban Isnardi a un regard plutôt ambivalent de ce milieu. «Mon ambivalence a davantage à voir avec l'attitude de certains Salseros. La salsa est une danse de scène. Ce qui peut constituer une tentation pour les caractères faibles ayant tout à prouver ou manquant de reconnaissance et de confiance en soi, lesquels tombent vilement dans le "show off"».

Beaucoup deviennent des m'as-tu-vu et, pour tout dire, polluent la nature même des fêtes salsa, qui devraient être plus des occasions de rencontres et de convivialité, regrette le professionnel de la danse. C'est sans aucun doute le revers de la médaille. Et c'est, à son avis, l'un des grands dangers qui guettent la salsa, car le public nouveau venu n'est pas dupe: il n'aimera pas cela. «Au demeurant, si pour ma part j'ai mis un frein à mes sorties "salsa", c'est là qu'il faut surtout chercher le pourquoi.», martèle Esteban Isnardi.

L'engouement pour la salsa à Genève et en Suisse ne se dément pas. Des soirées sont mises sur pied un peu partout, Barrios Latino avec le Dj à succès El Pirata, BL, Bar les Grottes, Le Mad, Le Restaurant des Bations, Sous Moulins etc. S'y ajoute une ouverture saluée d'écoles tenues par des professionnels comme Salvatore avec son école Salseros De Hoy ( Pendant l'été cette école organise des soirées d'une grande affluence au Jardin anglais et à la Perle du Lac), Mo avec Salsa Geneva , Salsamas, K'Danse de Genève, Sabor Latino avec Carlos Cervantes, Salsa Virus, Ecole club Migros Genève, Salsa After Work de Dj Rafael ( voir Photo), pour ne citer que quelques lieux et écoles de danse salsa à Genève. Esteban Esnardi donne également des cours en plein air à l'enceinte de l'Université de Genève aux Bastions etc. Une grande soirée intitulée Passaporte regroupe des salseras et salseros qui accourent de toute la Suisse et de certains pays européens, une fois l'an, au Palladium qui ne peut plus contenir tout ce beau monde.

 

De nouveaux cours s'ouvrent, d'autres professeurs apparaissent, et le festival de Zurich reste l'un des plus grands rassemblements Salsa dans le monde, les meilleurs groupes mondiaux de salsa continuent à affluer en Suisse!

 

 

 

 

El Hadji Gorgui Wade Ndoye