Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

GENEVE- Dans le cadre de la célébration du 40ème anniversaire de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) créée en 1969, le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu, secrétaire général de l’organisation a présidé une série d’activités hier et avant-hier à Genève pour magnifier au cœur du siège européen des Nations Unies l’apport de l’OCI dans le dialogue des peuples et des cultures.

  Accompagné  de ses plus proches collaborateurs dont le Sénégalais Babacar Bâ, représentant permanent de l’OCI auprès de l'ONU, le Secrétaire Général de l’OCI  a signalé « l’importance de la place et du rôle de Genève sur la scène internationale » tout en saluant l’apport de l’organisation islamique dont le Chef de l’Etat du Sénégal assume la présidence en exercice « pour relever tous les défis qui interpellent la communauté internationale.»

La séquence genevoise du 40ème anniversaire de l’organisation de l’OCI est marquée à Genève par l’organisation d’une réception en l’honneur de la grande famille de la diplomatie internationale, par une visite de différentes organisations onusiennes et la tenue d’une conférence de presse vendredi matin.

Pourtant la visite de M. Ihsanoglu en Suisse tombe dans une période particulièrement défavorable pour l’Islam, les Musulmans et les étrangers qui y vivent. En effet, la campagne sur une initiative portant l’interdiction de la construction des minarets est lancée. Et comme à l’accoutumée, l’extrême droite, en occurrence l’Union Démocratique du Centre (UDC), habitué à gaver les populations d’affiches racistes et  xénophobes a encore récidivé en sortant des affiches anti-minarets qui suggèrent des missiles portés par des kamikazes voilés en noir, ces sombres musulmans prêts à anéantir la belle et blanche  Confédération Helvétique. Par ailleurs une autre publicité de l’UDC, cette fois ci, publiée par la Tribune de Genève, considère les travailleurs frontaliers français à de « la racaille.».

  Tous les Musulmans sont des frères

Mais si l’on condamne volontiers le racisme des Blancs contre les Noirs et toute forme de xénophobie, faudrait-il accepter que des musulmans parce qu’ils sont Noirs soient les proies faciles du racisme en Terre d’Islam ou qu’ils soient traités comme des esclaves par leurs frères de religion ? La réponse à notre question sonne comme un aveu de désolation et d’incompréhension : « Je condamne ce type de racisme car c’est inacceptable ». Faisant l’exégèse du verset que nous lui avons servi en arabe pour l’interpeller, Ekmeleddin Ihsanoglu, s’exprimant en anglais va plus loin: « L’Islam ne s’arrête pas uniquement à la fraternité des co-religionnaires, car il considère tous les êtres humains comme des Frères ». Pour lui, « le racisme anti-Noir en Terre d’ Islam est la résultante de traditions antéislamiques et ce racisme là n’existe pas dans tous les pays arabes musulmans ». M. Ihsanoglu a promis que le Conseil des droits humains islamique mis en place par l’OCI qui a  accepté tout dernièrement dans sa Charte adoptée à Dakar d’introduire le terme démocratie permettra d’ouvrir des enquêtes sérieuses sur les cas des émigrés dont certains noient de manière suspecte dans les côtes du Yémen et de la Libye etc,  sans qu’aucune enquête ne soit ouverte.

Comme le disait si bien le philosophe Sénégalais, Souleymane Bachir Diagne, enseignant à Columbia University : «L’Islam est victime des sociologies.». C’est dire que le Coran, le Livre Saint des Musulmans ne tolère pas l’exploitation de l’homme par l’homme ni le racisme sur toutes ses formes.

  El Hadji Gorgui Wade NDOYE