Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Blaise Lempen, directeur du Bureau de l’Agence Télégraphique Suisse (ATS) à l’ONU co-dirige avce Mme Abdel Nabi Hedayat de Kuna la Presse Emblème Campagne (PEC), une organisation de journalistes qui travaille pour la protection du personnel de la presse en zones de conflit. A la suite de la publication du rapport  de la PEC, notre collègue Blaise Lempen a bien voulu répondre à nos questions. 

Que vise la PEC en publiant un rapport sur les journalistes? 

La PEC cherche à renforcer la prise de conscience du problème de la protection des journalistes, à dénoncer les gouvernements fautifs (qui n'aiment pas cela), à  faire pression sur les Etats pour qu'ils respectent mieux la liberté de la presse et à faire progreser la discussion sur les moyens légaux d'améliorer le travail des medias dans les zones de conflit.  

N'êtes vous pas en train de concurrencer Reporters Sans Frontières?  

Nous avons des rôles complémentaires, comme Human Rights Watch et Amnesty Interantional. La PEC est spécialisée sur les zones de conflit (un peu comme le CICR), alors que RSF a une mission beaucoup plus large (comme Amnesty). Il n'y a aucune concurrence, mais au contraire complémentarité. Nous avons des réseaux différents et nos efforts se renforcent les uns les autres. 

Votre rapport ne fait pas de l'état de la situation de la presse ne Afrique de l'Ouest, Comment pensez-vous combler ce déficit?  

Nous mentionnons les journalistes tués. S'il n'y a pas de journalistes tués en Afrique de l'Ouest pednant cette période, c'est un moindre mal. Il y a des incidents et des menaces visant les journalistes presque tous les jours dans beaucoup de pays, mais c'est très difficile de les connaître et de les vérifier. D'où la décision de s'en tenir aux informations vérifiables concernant nos confrères assassinés. L'atteinte au droit à la vie est la plus grave qui soit et totalement inacceptable.  

Où en êtes-vous avec l'idée d'emblème pour la presse?  

Un emblème internationalement reconnu pour la presse et librement accepté par les journalistes est une idée qui se trouve dans noter projet de convention - parmi d'autres, comme l'idée de créer des corridors pour les médias, la nécessité de prévoir une commission d'enquête indépendante, d'indemniser les journalistes, de poursuivre les responsables des crimes commis contre les jorunalistes et d'attaques visant les médias - ce qui est très rarement le cas jusqu'ici. Notre projet de convention est disponible en trois langues sur notre site web: www.pressemblem.ch 

Propos recueillis par Gorgui NDOYE 

Résumé Rapport PEC, janvier- 2009 

L'année 2009 a très mal commencé, a déploré lundi la Presse Emblème Campagne (PEC), qui a recensé la mort de 14 journalistes dans l'exercice de leur métier en janvier. L'ONG demande à la communauté internationale de faire davantage pour faire respecter le travail des medias et des journalistes en mission dangereuse.

 
Quatorze journalistes ont été tués dans sept pays en exerçant leur métier depuis le 1er janvier, selon la Media ticking clock qui recense les victimes sur le site web de la PEC: www.pressemblem.ch. Le mois de janvier 2009 est ainsi le plus tragique depuis août 
2008, qui avait culminé avec un record de 15 journalistes tués. L'an dernier, 91 journalistes sont morts dans leurs fonctions, soit près de deux par semaine. 
 
Evénements de Gaza

 
Les événements de Gaza ont une nouvelle fois démontré la nécessité de discuter du problème de l'accès des medias aux zones de conflit.  
La PEC et le Pacte international pour la protection des journalistes (ICPJ) soulignent que le paragraphe 6, appelant notamment à l'ouverture de corridors pour les medias, de la 
résolution A/CDH/s-9/L.1/REV2 adoptée par le Conseil des droits de l'homme le 12 janvier est une bonne base.

Il est aussi important d'ajouter la question des dédommagements pour les victimes parmi les journalistes et pour les dégâts causés aux installations des medias et d'inclure la nécessité de traduire en justice les responsables de ces crimes.  
Les deux ONG demandent l'organisation d'un événement spécial dans le cadre du Conseil sur la protection des journalistes, suivi par la création d'un groupe de travail afin de discuter de principes directeurs améliorant les conditions de travail des medias dans des situations dangereuses.

Quatre journalistes ont été tués lors de l'offensive israélienne contre le Hamas à Gaza: Omar Silawi, Basil Ibrahim Faraj, Eyhab Al Wahidi, Ala Hammad Murtaja. En outre, la PEC condamne les attaques contre plusieurs installations de medias et par l’armée israélienne et déplore l'interdiction faite par Israël aux journalistes non résidents d'accéder pendant les trois semaines du conflit à Gaza.

La PEC renouvelle son appel à une enquête impartiale et complète sur les attaques dont les medias ont été victimes pendant le conflit à Gaza.   

Manque d'accès au Sri Lanka

 
L'escalade des combats au Sri Lanka a été un autre sujet d’inquiétude en janvier. L'ONG basée à Genève exprime sa grave préoccupation sur le manque d'accès dans le nord de l'île aux observateurs indépendants et impartiaux, dont les journalistes.

 
L'assassinat à Colombo du journaliste Lasantha Wrickrematunge a été le coup le plus récent contre la liberté d'expression au Sri Lanka, a déclaré la Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay dans un communiqué le 29 janvier. 
 
Ailleurs dans le monde, deux journalistes ont été tués au Venezuela, Jacinto Lopez et Orel Zambrano.  

Au Pakistan, deux journalistes sont morts accidentellement dans un attentat-suicide dans la province du nord-ouest, Muhammed Imran et Tahir Awan, et un autre journaliste, Aamir Wakil, a été assassiné à Rawalpindi.

 
Deux journalistes ont été tués en Russie, Shafig Amrakhov, à Murmansk, et Anastasia Baburova, lors de l'attentat contre l'avocat Stanislav Markelov à Moscou. 
 
Au Népal, Uma Singh est tombée sous les balles de tueurs non identifiés. 

Un journaliste a été tué en Somalie, Hassan Mayow Hassan, de Radio Shabelle, le 1er janvier.