Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

48e Conférence internationale de l'éducation : 105 ministres à Genève pour une école sans discrimination.

GENEVE- 75 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’éducation. Et parmi ceux qui ont accès à l’école, on estime que beaucoup n’atteindront jamais un niveau de formation suffisant pour leur permettre de réussir leur vie personnelle et professionnelle. Aujourd’hui encore, au 21ème siècle, handicapés et enfants issus de groupes marginalisés (migrants, enfants des rues, orphelins du VIH-Sida…) sont largement exclus du système scolaire.

On estime à 650 millions le nombre de personnes qui ne bénéficient pas du droit à l’éducation du fait de leur handicap physique ou mental, ou de leurs besoins éducatifs spéciaux. Les ministres de l’éducation et les partenaires de l’école qui se réunissent au CICG du 25 au 28 novembre autour du thème « L’éducation pour l’inclusion: la voie de l’avenir » sous la direction de Koichiro Matsuura, Dg de l’UNESCO, tenteront de répondre à cette lancinante question : « Comment l’école peut-elle s’ouvrir davantage à la diversité et lutter efficacement contre l’abandon scolaire ? »

L'éducation pour l'inclusion, est une mise en œuvre réelle du droit humain fondamental qu'est le droit à l'éducation. Il s'agit non-seulement de parvenir à un accès universel à l'éducation, mais aussi de concrétiser un accès à une connaissance et un apprentissage significatifs et adaptés pour tous. « Bien que le contexte dans chaque pays et région soit unique, nous partageons tous les mêmes préoccupations dans le domaine de l'éducation concernant la justice, l'équité et la paix » a souligné Mme Clementina Acedo, directrice de l’Unesco-BIE (bureau international d’éducation). Fondé en 1925 à Genève, le BIE a pour mission de centraliser la documentation relative à l’enseignement, de développer la recherche dans ce domaine et d’assurer la coordination des institutions intéressées par l’éducation.

Selon l’UNESCO, l’éducation pour l’inclusion est « un processus visant à tenir compte de la diversité des besoins de tous les apprenants et à y répondre par une participation croissante à l’apprentissage, aux cultures et aux collectivités, et à réduire l’exclusion qui se manifeste dans l’éducation. ». L'exclusion, précise Mme Acedo, « ne fait pas seulement référence aux 75 millions d'enfants pour lesquels l'accès à l'éducation est refusé ou à ceux qui abandonnent leur scolarité. Cela arrive aussi chaque jour à des enfants scolarisés victimes de ségrégations et de discriminations en raison de leur condition sociale, leur origine ethnique, leur environnement culturel, leur sexe, leur orientation sexuelle, ou toute autre caractéristique et capacité individuelles ».

L'objectif de la 48e Conférence internationale de l'éducation est de fournir une plate-forme pour l’enrichissement du dialogue politique, grâce à l'échange et la collaboration entre les décideurs et les autres acteurs des systèmes éducatifs, au partage des expériences mais aussi des préoccupations et des visions concernant l'éducation pour l'inclusion. « Cependant, le but n'est pas de prescrire un modèle d'éducation pour l'inclusion, puisque ce qui fonctionne dans un contexte ne peut pas nécessairement être transposé à un autre » a –t-on souligné. En charge de l’éducation, le Conseiller d’Etat de la République de Genève, Charles Beer a déclaré au Club de la Presse qu’ « il est extrêmement important que les ministres puissent se rencontrer et échanger leurs expériences politiques ». Il a martelé « Les inégalités sociales se creusenet au sein de l’école, qui est par ailleurs un miroir de la société ». Ces inégalités, dit-il, font le lit de l’exclusion scolaire, ce à quoi nous devons être attentifs et apporter des solutions et lutter pour que tous les élèves puissent avoir accès à l’école ». Il s’est réjoui en outre que « c’est la première fois que la Conférence réunit autant de ministres et de fonctionnaires de haut niveau ».

A partir du dialogue et des échanges entre les ministres et autres responsables dans le domaine de l'éducation, les 1500 participants espèrent créer une compréhension commune du rôle important que l'éducation pour l'inclusion peut jouer dans la réalisation d'une éducation de qualité pour tous.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE