Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La fille du Général Marshall, Katherine, qui nous avait fait part autour d’un café de toutes ses appréhensions à l’élection du Président Bush, nous a donné son sentiment sur le plébiscite du démocrate Barack OBAMA : « Je le vois avec beaucoup d'espoir», dit-elle. « Beaucoup de choses vont changer mais pas tout, et tout de suite». Un espoir réel et mesuré pour cette Dame qui a travaillé à la Banque mondiale et qui croit fort au retour de l’éthique en politique avec l’élection de l’Afro- Américain. « Et j'ai beaucoup d'espoir aussi que l'essentiel d'une politique plus éthique puisse revenir». Pour l'Afrique, les 8 ans de Bush n'ont pas été qu'un cauchemar lié à la Guerre en Irak, et l'unilatéralisme arrogant qui ont fait perdre à l'Amérique sa crédibilité et sa force diplomatique aux yeux du monde.

La situation de l’économie tunisienne et l’intégration économique maghrébine ont été au centre de l’audience accordée, par le président Zine El Abidine Ben Ali à M. Dominique Strauss-Khan, directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

Le directeur général du FMI a déclaré à l’issue de la rencontre, avoir tenu, après sa participation en Libye à la réunion des Etats maghrébins dans le cadre des conférences consacrées à l’intégration économique dans le Maghreb arabe, à venir en Tunisie pour rencontrer le président Zine El Abidine Ben Ali ainsi que les responsables économiques dans les secteurs public et privé “pour dire deux choses”.

Par Edem Ganyra, correspondant au Togo

-LOME- « La Chine attire beaucoup l’Afrique parce qu’elle peut lui fournir une protection politique exemptée de sanction internationale, et ses investissements et son assistance sont sans conditions politiques. Il n’y a donc aucune comparaison possible entre les compagnies occidentales et chinoises en Afrique ». Ces propos sont ceux de Princeton Lyman (ancien ambassadeur des Etats-Unis en Afrique du Sud). Leur teneur rejoint les principaux mobiles qui ont poussé Lomé à nouer des relations diplomatiques avec Pékin le 19 septembre 1972. Depuis cette date, la conception chinoise de l’économie établit progressivement ses quartiers au Togo.

48e Conférence internationale de l'éducation : 105 ministres à Genève pour une école sans discrimination.

GENEVE- 75 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’éducation. Et parmi ceux qui ont accès à l’école, on estime que beaucoup n’atteindront jamais un niveau de formation suffisant pour leur permettre de réussir leur vie personnelle et professionnelle. Aujourd’hui encore, au 21ème siècle, handicapés et enfants issus de groupes marginalisés (migrants, enfants des rues, orphelins du VIH-Sida…) sont largement exclus du système scolaire.

L’élection de Barack Obama, un Afro-Américain, dans un pays ; la première puissance du monde, qui a écrit sur sa monnaie « in God we trust » (en Dieu nous croyons) effacera –t-elle du visage des Noirs le spectre du fils maudit de Noé ? Le nouveau livre du journaliste écrivain, Serge Bilé interpelle l’Eglise catholique, de même que les Noirs dont beaucoup croient encore à l’église universelle et à Jésus Christ dont l’Amour pour l’Homme l’a conduit à la Croix.

Fruit d’une minutieuse enquête, conduite avec le journaliste Audifac Ignace, le nouveau livre de Serge Bilé, révèle les préjugés que nourrissent, sur les évêques et cardinaux africains, leurs propres confrères européens. Les auteurs donnent la parole à ces religieux africains, qui racontent, pour la première fois, non sans douleur, leurs souffrances, comme une sorte de confessions intimes. Alors que le Vatican envisage de canoniser Pie XII, ce livre du journaliste et écrivain Serge Bilé, à paraitre le 8 janvier 2009, éclaire d’un jour nouveau la personnalité de ce pape controversé, en révélant son hostilité, durant la seconde guerre mondiale, aux soldats noirs, africains, antillais, américains, et son refus, manifesté auprès du commandement allié, de les voir déployés aux portes du Vatican, à la libération de Rome en 1944.

Les Pensières (Annecy-France)-( envoyé spécial)- Situé sur les rives du lac d'Annecy, « Les Pensières », le centre de conférences de la Fondation Mérieux a abrité du 25 au 28 novembre un atelier des journalistes sur les maladies infectieuses. L’objectif selon Amal Darghouth, responsable de la communication de la Fondation est d’ «informer les journalistes, dans un esprit d’échanges, en période hors crise par l’intermédiaire d’éminents scientifiques sur les maladies émergentes». Pendant trois jours, scientifiques et journalistes ont essayé d’arrondir ainsi les angles pour mieux se comprendre afin de trouver les meilleurs moyens d’informer les populations en cas de crise.

DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA RECHERCHE VACCINALE

Une étude publiée en ligne dans The Journal of Experimental Medicine fait la lumière sur les mécanismes potentiellement à l’origine de l’augmentation de la susceptibilité à l’infection par le VIH observée lors de l’essai clinique d’un vaccin contre le VIH (étude STEP) qui a échoué en 2007. Cette étude montre, par le biais d’un modèle expérimental in vitro, que les complexes formés par les anticorps et par le vecteur adénoviral (sorte de cheval de Troie utilisé pour délivrer le contenu du vaccin) induisent un signal fort qui active des cellules clés du système immunitaire, les cellules dendritiques. Celles-ci sont responsables du déclenchement de la réponse immunitaire de type cellulaire, et notamment de la mobilisation des cellules T CD4, principales cibles du VIH. Le résultat final de cette activation immunitaire cellulaire est la production d’un large réservoir de cellules T CD4, principales cibles du VIH.

Selon de nouvelles données rendues publiques par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les programmes de vaccination financés par l’Alliance GAVI depuis 2000 permettront d’éviter 3,4 millions de décès dans les pays les plus pauvres du monde.

L’OMS observe l’impact des programmes GAVI dans 76 pays en développement. Selon les nouvelles prévisions, 600 000 décès seront évités à l’avenir par rapport à la période 2000-2007. Les données seront présentées au conseil d’administration de l’Alliance GAVI mercredi, à Genève. « Notre effort mené au début pour augmenter les programmes de vaccination est efficace. Il a permis d’éviter des millions de morts prématurées et de maladies incapacitantes et prouve que la vaccination constitue une priorité de santé publique mondiale alors que nous tentons d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMS) », a déclaré le docteur Julian Lob-Levyt, secrétaire exécutif de l’Alliance GAVI. L’OMS prévoit également qu’à la fin de 2008, un nombre cumulatif de 213 millions d’enfants seront immunisés grâce aux vaccins fournis par GAVI[1].

ABANDON DES MUTILATIONS GENITALES FEMININES :

Publié le, 11 décembre 2008 par

LE COMITÉ INTER-AFRICAIN EN EGYPTE

Par Dr. Pierrette Herzberger-Fofana, Membre – fondatrice du comité exécutif de FORWARD-Germany. Drherzbergerfofana@hotmail.com

La 7 ème assemblée du Comité Interafricain (CI-AF) a réuni au Caire, les participants de 28 pays d’Afrique et les organisations non gouvernementales des 18 pays donateurs d’Europe et du Japon affiliés à cette organisation pour faire le point sur la situation des mutilations sexuelles féminines dans les divers pays d’Afrique et de la Diaspora. Les nombreuses institutions internationales telles que l’Union Africaine, la Francophonie, l’Organisation Mondiale de la Santé, les Nations Unies ont répondu présent à ce grand rendez-vous.

L’Allemagne, était représentée par FORWARD-Germany, le Sénégal par le COSEPRAT et la Guinée par la première dame et une importante délégation dont les ministres de la santé Mme le Dr. Mariame Béhavogui et celui de la promotion féminine Mme Germaine Manguet. Durant 3 jours, les participants ont mené des débats très animés qui traduisaient l’engagement et le dynamisme des déléguées.

Le mariage forcé : un phénomène tabou !

Publié le, 11 décembre 2008 par

Par Chrystel DAYER

SION- (Envoyée spéciale)- La question du mariage forcé est alarmante. L’établissement du libre choix du partenaire, ce principe des droits de l’Homme n’est pas universellement respecté. La Suisse, ne fait pas exception* ! En effet, selon une étude parue en 2006 on estime le nombre de mariages forcés en Suisse à 17'000 victimes. Cependant, le nombre de cas reste difficile à recenser, et si la majorité des cas touche les femmes, les hommes ne sont pas épargnés.

Alors qu’en Suisse, l’institution du mariage est en perte de vitesse, le nombre de mariage diminuant et le nombre de divorce augmentant1, certaines cultures sacralisent toujours cet acte au point que des familles forcent leurs enfants à se marier. Contrairement à certains stéréotypes, le mariage forcé n’est pas un problème musulman. Basée sur l’honneur de la famille et sur des intérêts économiques, cette pratique n’est pas qu’une question religieuse et culturelle. Les personnes qui sont mariées sans leur consentement sont des victimes, et cette pratique viole les droits de l’Homme « le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux »2.

Par Babacar SAMB, ancien Ambassadeur du Sénégal en Egypte, membre de la Commission Nationale de Préparation du Sommet de l’OCI, Comité Document Thèmes et Termes de Référence

Genèse du conflit israélo-arabe :

L’Assemblée générale de l’ONU de novembre 1947 a adopté la fameuse résolution 181 décidant le plan de partage de la Palestine en deux Etats, arabe et juif. Cette partition a été rejetée par les Etats arabes indépendants regroupés dans la ligue des Etats arabes. Ils considéraient qu’il ne peut y avoir qu’un seul Etat arabe. Ignorant les protestations des Arabes, Israël proclame la naissance de son Etat le 14 Mai 1948, jour de retrait de la puissance mandataire britannique, Ben GOURION (1886-1973), le leader travailliste devient premier ministre.

Les Etats arabes entrent en guerre de Mai 1948, à Juillet 1949. Ce fut la première déroute face à l’Etat hébreu.

GENEVE- « Définir notre futur et notre destinée », c'est l'appel que lance Paul Kagamé à ses compatriotes africains. Et le souci du président rwandais, c'est d'amener les Africains à 'ne pas accepter d'être moins importants ou moins humains que les autres'.

L'ombre du roi du reggae planait hier sur la grande salle de l'Uit qui abritait une conférence de presse animée par les présidents Kagamé et Compaoré. En effet, réagissant aux questions de la presse internationale sur l'arrestation de la directrice du protocole présidentiel rwandais, dans le cadre des mandats d'arrêt lancés par la justice française, le président Kagamé s'est inspiré des propos libérateurs de Bob Marley pour appeler les Africains à faire face à une justice française qui les déshumanise : 'Africans must stand up !'. Cet appel pour rester debout afin de faire face à l'oppression et à l'injustice est soutenu par le président burkinabé, Blaise Compaoré.

Un reportage de Edem Ganyra

Le 7 décembre, les Ghanéens en âge de voter ont été conviés pour la cinquième fois aux urnes depuis 1992, année du début d’encrage presque parfait de la démocratie dans ce pays d’Afrique occidentale. Le Ghana est certes devenu depuis cette période un îlot de stabilité économique et politique dans cette région de l’Afrique toujours en proie à divers différends, parfois armés. Cependant, nombreux sont encore les Ghanéens qui entonnent la rengaine selon laquelle la démocratie ne remplit pas le ventre. Une façon d’interpeller les politiques de cet Etat de près de 20 millions d’âmes sur les défis élémentaires qu’ils doivent encore relever vis-à-vis de leurs compatriotes.

Par Ousmane Tanor Dieng, Secretaire general du Parti socialiste du Sénégal.

Qu’il me soit d’abord permis d’adresser mes vifs remerciements au Président, au Secrétaire Général et à tous les militants du Rassemblement Constitutionnel Démocratique pour m’avoir invité à prendre part à ce XXème Symposium international.

En y répondant avec un plaisir renouvelé, et entretenu par le souvenir des relations anciennes et solidaires entre les Présidents Habib BOURGUIBA et Léopold Sédar SENGHOR, perpétuées par leurs successeurs, les Présidents Zine El Abidine BEN ALI et Abdou DIOUF, à la tête de nos deux pays et de nos deux partis respectifs, je vous apporte le salut fraternel et militant du Parti Socialiste du Sénégal.

Je voudrais aussi adresser mes félicitations aux organisateurs de ce symposium pour la pertinence et l’actualité du thème général choisi : « La participation politique dans un monde en mutation ».

POURQUOI JE SUIS ALLE VOIR LE PAPE ?

Publié le, 11 décembre 2008 par

Par Tariq Ramadan

Londres - Les propos du pape Benoît XVI tenus à Ratisbonne le 12 septembre 2006 auront sans doute eu, sur le long terme, des conséquences plus positives que négatives. Au-delà de la polémique, cette conférence a provoqué une prise de conscience sur la nature des responsabilités portées par les chrétiens comme par les musulmans en Occident.

Qu’il s’agisse de propos malencontreux de la part du Pape ou simplement de la nouvelle la politique de l’Eglise catholique annoncée par sa plus haute autorité, cela importe peu. Maintenant, il faudrait identifier les questions qui doivent faire l’objet d’un véritable débat entre catholiques et musulmans.

Les références au djihad et à la violence de l’islam dans l’exposé du pape ont choqué les musulmans, même s’il s’agissait d’une citation de l’empereur byzantin Manuel II Paléologue.

GENERATION ERASMUS*.

Publié le, 11 décembre 2008 par

Par Myriam BLAL

BERLIN- C'est dans une optique de voyage, d'aventure et d'apprentissage que je me suis retrouvée à passer un semestre à Berlin. Sans vouloir vanter les mérites de ce programme d'échange universitaire, je dois dire que c'est une opportunité que tous les étudiants devraient saisir. En arrivant ici, je m'attendais à rien de spécial. Mais quand on se mets en route vers une université inconnue et que l'on croise des personnes de différents pays qui sont tout aussi perdus que vous dans les couloirs du bâtiment, on sait que l'on a eu raison de prendre son courage à deux mains et de quitter le cocon familial. Je me rappelle du premier jour, une masse de jeunes d’un peu partout éparpillés dans le hall principal. Une masse éclatée, déboussolée.