Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Le 3 juillet 1976, le Suisse Chaim Nissim et des milliers de Français, de Suisses, avaient organisé leur premier rassemblement pour informer les populations du danger du Superphénix. En 1976, ils ont manifesté avec près de 20 000 personnes. Les manifestants ont pu entrer sur le site même de la centrale, en y restant accrochés de manière non violente pendant 3 semaines. Ils ont voulu refaire la même chose une année après mais la violence des CRS, leur en a empêchés. En 1977, les anti-nucléaire organiseront, cependant, une grande manifestation à Malville. Ils seront 50 000 personnes. Le bilan est lourd : un mort et des amputés. L’attentat au bazooka contre le chantier de la centrale nucléaire de Creys-Malville, en Isère, aura lieu le 18 janvier 1982. C’est l’histoire entre David et Goliath. En effet en janvier 1998, la France décidera de fermer la centrale, après de nombreuses tentatives d’arrêt et de redémarrage, le Gouvernement français décide enfin d’arrêter Superphénix.

Il y a une vingtaine d’années des jeunes Français et Suisses organisés dans le cadre d’un mouvement écologique, ont réussi à arrêter une centrale qui était à l’époque « inarrêtable » et qui était le fleuron du complexe militaro – industriel. L’idée de ce générateur c’était de consommer beaucoup moins de combustible donc d’uranium et on avait montré qu’en brûlant du plutonium, on pouvait faire marcher une centrale qui utiliserait septante (70) fois moins de combustible. (Entretien avec l'ingénieur informaticien et écologiste, Chaim Nissim).

Vous voulez sauver le Monde. Quel est le sens de cette déclaration
d'amour?

Je ne sais pas, qui peut répondre à une telle question ? Il y a tellement de réponses possibles…. Je vous en donne une :
J’étais un petit garçon qui aimait bien sa maman et qui en avait besoin, j’entendais ma mère me dire que je serais le Messie et que je sauverais le monde, depuis ce temps là j’essaye, - mais en vain ! – de me conformer à cette injonction maternelle, je me bats contre la pollution la désertification et la bêtise de l’homme, qui par avidité et par mégarde est en train de mettre en péril tout un délicat équilibre encore mal compris, avec des espèces qui se nourrissent les unes les autres, un système complexe et qui était en train de se complexifier avec bonheur et intelligence, et qui court désormais de gros risques à cause de l’effet de serre et de la pollution qui éliminent impitoyablement chaque année des espèces.

Pourquoi en 1976, la France ne vous avait-elle pas compris?

En 1976 l’ensemble des décideurs en France était acquis au mythe du progrès technique. Personne ne pouvait comprendre ce que nous disions, que les surgénérateurs étaient trop compliqués, que la technologie des neutrons rapides était trop dangereuse à maîtriser, que ça coûterait trop cher, que ça pouvait exploser.
Ensuite après la construction de la centrale ils ont mis 12 ans à comprendre. Il y a eu de nombreuses pannes, dont certaines auraient pu très mal finir, Malville était si souvent en panne qu’en fait il n’a fonctionné que 164 jours sur 10 ans, avant d’être finalement abandonné après la panne du barillet.

Aujourd'hui 35 ans après le Club de Rome, les vérités restent crues.
Pensez-vous que les dirigeants de la planète se moquent du Monde?

La vérité c’est que les ressources ne sont pas extensibles à l’infini, que la pollution est une limite à la croissance, et que le système économique capitaliste ne peut vivre sous sa forme actuelle que dans un état de croissance exponentielle. Le moteur étant le profit des actionnaires, le profit ne peut être atteint que si on dégage des bénéfices, et la machine ne tourne que si elle s’emballe, on manque d’une régulation politique intelligente.

Mais je ne pense pas que les dirigeants de la planète se moquent du monde, je pense qu’ils sont aveugles et ignorants comme les autres gens.

C’est quoi NOE 21 ?

Une réforme fiscale écolo est-elle à même de résoudre le problème de l’effet de serre ?

Le système économique capitaliste est construit sur un paradigme peu durable : La croissance est son moteur, or la croissance de la consommation de ressources non-renouvelables est impossible à terme.

Une croissance exponentielle est seule à même de fournir à des actionnaires et des consommateurs toujours plus avides les biens manufacturés et l’énergie nécessaire à leurs transports internationaux et leurs déplacements accélérés. Mais cette croissance se heurte à des impossibilités physiques, les ressources sont limitées et la pollution la désertification et les changements climatiques nous menacent déjà.

Ce constat est connu mais les solutions le sont moins. Pourtant les économistes le savent bien, une réforme fiscale écologique est possible : Dès qu’on taxe le prix d’une ressource par des hausses continues et agréées internationalement, le gaspillage baisse et les consommateurs et les industriels adaptent leurs mœurs et leurs productions. Le but à long terme de noe21 est d’augmenter les taxes progressivement jusqu’à ce qu’un développement véritablement durable soit atteint, c’est à dire que les ressources utilisées soient uniquement renouvelables. (le solaire sous toutes ses formes y compris éoliennes et hydrauliques)

Une réforme fiscale écologique est le petit bouton caché, le levier dont l’application pourrait réintroduire les contrôles politiques indispensables, et rendre du coup le capitalisme plus humain : Si le mazout est plus cher certains commerces internationaux, en particulier les plus absurdes, se verront pénalisés.

Bien entendu une mesure fiscale quelle qu’elle soit s’accompagne nécessairement aussi de distorsions sociales, qui devront être corrigées par une juste répartition du revenu de la taxe. Cette répartition sera laissée à l’entière discrétion des parlements respectifs des pays signataires de l’accord. Un tel accord sur une taxe a déjà été discuté de manière approfondie à Kyoto mais sans succès du fait des blocages américains.

Que faire?

Taxer l’énergie semble une bonne solution. Avec un mazout plus cher, il serait moins facile d’inonder la marché africain de coton américain subventionné, par exemple. La souveraineté alimentaire serait encouragée fortement par une taxe sur l’énergie bien gérée.
Rejoignez-nous aidez-nous ?

Contact :
Chaim Nissim cnissim@iprolink.ch
www.noe21.org

Par Gorgui Wade NDOYE