Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

FAUT – IL S’EMOUVOIR POUR LA TUNISIE?

Publié le, 13 novembre 2007 par

En termes de compétitivité économique et de bonne gouvernance, la Tunisie d’Ibn Khaldoun et d’Hannibal, est classée au premier rang des pays africains, loin devant l’Afrique du Sud. Le pays de Ben Ali s’est classé au 32ème rang mondial devançant même l’Italie de Prodi. Les indicateurs relatifs à l'évolution de la qualité de la vie du citoyen tunisien, dans les villes comme dans les campagnes, ont atteint, des niveaux élevés, le dernier rapport du Forum économique de Davos l’a révélé. Le revenu annuel moyen par habitant a enregistré une progression continue, au taux de 7,3% en moyenne par an depuis 1987, et le taux de pauvreté est tombé à 3,8%. En 2016, la Tunisie avertit : « Nous serons en route pour atteindre le PNB des pays développés» Le PNB par habitant est passé de 900 à 4000 dinars et atteindra, selon les estimations et ambitions affichées par le régime les 8000 dinars en 2016. En 2030, la Tunisie déjà émergente en 2007 se veut un pays développé.

BEN ALI : NOTRE AMBITION POUR LA TUNISIE EST GRANDE.

Publié le, 13 novembre 2007 par

Notre ambition pour la Tunisie est grande. Elle puise dans notre passé prestigieux et dans le croisement fécond des civilisations qui se sont succédé sur cette terre accueillante qui donna le jour à Hannibal, à Saint Augustin, à l'Imam Souhnoun, au grand érudit Ibn Khaldoun, au réformateur Kheireddine et au Leader Habib Bourguiba, cette même terre à partir de laquelle l'Islam s'était répandu pour atteindre l'ensemble du Grand Maghreb, le Sud du Sahara, ainsi que l'Andalousie et les confins de l'Europe.

LA TUNISIE : LES CLEFS DU SUCCES

Publié le, 13 novembre 2007 par

A l’instar des pays africains nouvellement indépendants, la Tunisie était confrontée à une crise politique paralysante avec son corollaire, déchirures sociales profondes, une absence de stabilité et de quiétude, une situation économique détériorée et des risques multiples, alimentés par les convoitises de l'intérieur du pays comme de l'extérieur. Aujourd’hui les Tunisiens peuvent dire « nous sommes un pays émergent ». La commémoration du vingtième anniversaire du Changement survenu le 7 novembre 1987 a été l’occasion pour Ben Ali de dérouler un chapelet de mesures allant dans le sens du développement économique et de la promotion des droits humains par l’ancrage de la démocratie en Tunisie.

LA TUNISIE DANS LE MONDE.

Publié le, 13 novembre 2007 par

"La communauté internationale a adopté de nombreuses initiatives tunisiennes, telles que la proposition que nous avions faite, en 2002, pour la création d'un Fonds mondial de solidarité et de lutte contre la pauvreté, ainsi que notre proposition, en 2003, appelant à faire du sport un moyen de promotion de l'éducation, de la santé, du développement et de la paix dans le monde, et le soutien apporté à notre pays en vue de l'organisation du sommet mondial sur la société de l'information, que la Tunisie a accueilli en 2005". La Tunisie comme le rappelle son président a joué un rôle actif dans la mise en place des conditions de la sécurité, de la stabilité et de la coopération dans notre environnement régional arabe, africain et méditerranéen, à travers l'organisation de nombreux sommets et conférences réussis tels que le sommet africain, en 1994, le sommet ''5+5'', en 2003, et le Sommet arabe de 2004 qui a constitué une étape marquante du processus de promotion et de modernisation dans la région arabe.

La Goulette - (Tunis) – Retour sur un discours- C’est la Fête du Poisson. Une belle ballade à la Goulette avec une sympathique guide. Votre serviteur est guidé dans les dédales de ce grand quartier populaire par une journaliste, Melle Sonia Béjaoui de « Al Hourria » ou la « Liberté » , journal fondé en 1920 par le Président Bourguiba. Ce journal dirigé par M. TOUMI, a accompagné le mouvement national tunisien. Edité en arabe, il est l’un des plus anciens organes tunisiens. Il reste affilié au RCD, le parti au pouvoir. Lors de notre visite dans les locaux, le journal fêtait la mise en route de sa nouvelle page Internet. Au restaurant « Al Moussli », j’ai commandé aussi une assiette de poisson payée uniquement à 7 Dinars soit moins de 6 Francs Suisse. C’est l’occasion de demander à Sonia dans une ambiance relaxe son opinion sur le Discours de Ben Ali au Palais de Carthage.

Les minorités constituent des « ingrédients de choix pour la presse à sensation». Les articles sont pleins de « préjugés, portant des critiques antagonistes quelquefois ironiques, souvent subtiles, mais néanmoins cruelles». A la suite des attentats odieux du 11 septembre 2001, les préjugés et amalgames surtout concernant la minorité musulmane sont devenus, le lot quotidien.

« Nous sommes revenus de Berne satisfaits de notre rencontre avec le conseiller fédéral suisse Christophe Blocher qui nous a reçus le 5 novembre de 14 heures à 18 heures. Il nous a écoutés et a démenti les propos dégradants sur les Noirs qu’on lui faisait porter. Il n’a pas été indifférent à nos revendications». M. Blocher a en effet nié avoir dit que «Les Noirs étaient des paresseux». De même il a dégagé en touche ces propos mis dans sa bouche : « Il ne vaut pas la peine d'investir de l'argent sur le continent africain ». « Il n'y a pas là-bas de culture correspondante, même chez les Africains qui ont été formés en Suisse».

Par Khadim NDIAYE, philosophe

Montréal -( Canada)- Les propos de James Watson sur l’infériorité génétique des « Noirs » dont a fait état la presse mondiale, ne sont pas inédits pour qui connaît un temps soit peu l’histoire du déterminisme biologique. De la phrénologie aux tests du quotient intellectuel (QI), en passant par la craniométrie, cette histoire a été véritablement une tentative de vouloir mesurer et quantifier cette notion polysémique qu’est l’intelligence. On a longtemps cherché en effet à réifier cette notion. Mais qui sait vraiment ce que ce concept signifie? N’y a-t-il pas aujourd’hui encore un foisonnement d’hypothèses, de discussions et d'oppositions par rapport à l’idée d’intelligence. Ne discute –t-on pas pour savoir si l’intelligence est unique ou multiple ? Ne parle-t-on pas de facteurs non-intellectuels de l’intelligence, tels que la mémoire ou encore l’émotion, comme l’a fait le neurologue américain Antonio Damasio ? Le Psychologue Joy Guilford, n’a-t-il pas énuméré, dans les années 60, 150 formes d’intelligence ?

Genève- ONU- 22 octobre 2007 - Des «sottises» et des «inepties», « il y a des imbéciles partout». Des mots rares dans le jargon diplomatique et cotonneux onusien, prononcés avec force ont accueilli vendredi les propos inqualifiables et outrageants de l’Américain James Watson, prix Nobel de médecine (1962) qui affirmait au «Sunday Times» que «les Noirs sont moins intelligents que les Blancs». Marie Heuzé, directrice de l’information et de la communication des Nations – Unies à Genève a pendant le briefing officiel avec les journalistes internationaux accrédités à l’ONU mesurait tout le danger des propos racistes qui sonnent comme «une arme de destruction massive» contre les Noirs. Surtout quand de telles inepties sont lancées par l’un des scientifiques les plus réputés.

Le vendredi 12 octobre fera date pour les victimes sud-africaines du régime de l’apartheid: après près de deux ans d’attente, une cour d’appel des Etats Unis a pris une décision en leur faveur dans le cadre d’une plainte en dommages et intérêts qui les oppose à 23 entreprises et banques étrangères, dont le Credit Suisse et l’UBS. La cour a en effet déclaré leur plainte recevable, infirmant ainsi le jugement en première instance rendu en novembre 2004 par le juge Sprizzo. C’est un succès marquant pour les victimes de l’apartheid, obtenu de haute lutte, ainsi que pour les défenseurs des droits humains.

Nuremberg, ville des droits humains
Stigmatisée par son passé historique et honnie jadis par la communauté internationale, la ville de Nuremberg s’est débarrassée de ce lourd fardeau qui pesait sur ses épaules. En effet, le 19 septembre 1935, les Nazis votaient les « Rassengesetze », les lois raciales anti-discriminatoires. Même si ces lois visaient en premier lieu les Juifs, elles ont été appliquées aux minorités noires vivant en Allemagne sous le vocable de « Rheinlandsbastarde» ou «Bâtards de la Rhénanie » qu’Hitler fera en partie stériliser afin qu’ils ne puissent pas « continuer à se reproduire », le procès de Nuremberg sous l’égide des Alliés marquera aux fers rouges cette ville.

Par Dr Hamid FALL, Inspecteur principal des Impôts, Analyste financier, fallhamid@yahoo.fr

DAKAR-(Sénégal)- La recherche d'une optimisation des recettes fiscales pour réaliser les objectifs économiques et sociaux des pouvoirs publics reste de nos jours une préoccupation de tout Etat moderne. La levée de l'impôt interfère souvent avec d'autres contraintes liées aux instruments de la politique économique. Compte tenu de son poids relatif, l'impôt a inévitablement un effet positif ou négatif sur le comportement économique. Il oriente le comportement des agents économiques qui sont enclins à aménager les structures, ou à organiser la production de manière à bénéficier du dispositif mis en place.

Ces comportements face à la fiscalité font de l'impôt un instrument efficace d'action économique. En dehors de l'aspect purement budgétaire relatif à la recherche du financement du secteur public par le secteur privé, l'impôt a un impact certain sur la compétitivité et les conditions de garantie d'un bon fonctionnement de l'activité économique.

Les organismes de surveillance de la sécurité alimentaire craignent que les populations d’Afrique de l’Ouest qui dépendent des importations internationales de blé et de riz aient des difficultés à acheter ces denrées cette année, et donc à se nourrir, en raison de la flambée des prix des céréales.

L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué dans son bulletin publié le 7 novembre que la faible production globale de blé a eu pour conséquence une hausse généralisée des prix des céréales sur le marché mondial : le cours du blé a atteint un record en septembre 2007 et est resté volatile en octobre.

LE COTON EQUITABLE, TROP BIO POUR ETRE VRAI?

Publié le, 13 novembre 2007 par

Par Isolda Agazzi, Agence INFOSUD

BOUGOUNI, 07.11.07 (InfoSud) Helvetas soutient en Afrique de l’Ouest la production de coton bio-équitable qui garantit un revenu aux paysans et préserve l'environnement. Refuge pour quelques paysans privilégiés ou alternative prometteuse au prix bas du coton ? Reportage au Sud du Mali.

Sibiri Coulibaly est courbé sur son champ de coton dans la région de Bougouni, au sud du Mali. En ce début de mois de novembre, la récolte vient de commencer et il s'y attelle en famille : les cocons sont ramassés à la main, entassés dans de grands sacs en tissu et transportés dans une cabane en pisé proche de la parcelle, à l'entrée du village. Mais cet or blanc a une particularité: c'est du coton bio-équitable. Une forme de production lancée au Mali et dans la région par Helvetas pour garantir aux cotonculteurs un revenu fixe et préserver l'environnement. Depuis, le marché explose: la production, certes modeste, augmente de 50% chaque année et les consommateurs du Nord achètent toujours plus de t-shirts et autres habits certifiés. "En Suisse, Switcher, Migros, Marks & Spencer, Manor et Hessnatur en sont les principaux distributeurs et certains voudraient doubler leurs ventes", se réjouit Tobias Meier, responsable de la commercialisation chez Helvetas, "mais les paysans africains n'arrivent pas à répondre à la demande". Qu’est-ce qui explique un tel engouement pour cette culture et ce commerce, si doux qu’une grande marque de lingerie féminine va bientôt y succomber aussi?

Abidjan - (Côte d’Ivoire) Par A. Kouakou Kouamé (AEM)

Les ressortissants ouest-africains ne devraient désormais plus avoir besoin d’une carte de séjour pour s’installer en Côte d’ivoire. Le Président Gbagbo a en effet fait la promesse de supprimer ce document afin, a-t-il dit, de mettre fin aux multiples tracasseries dont font l’objet les étrangers de la part des autorités de son pays. « On dit que les Ivoiriens sont xénophobes. Nous allons supprimer les racines de cette réputation qu’on nous fait en supprimant la carte de séjour » a promis Laurent Gbagbo qui s’exprimait ainsi, le dimanche 28 octobre dernier, devant plus de 10 000 immigrés burkinabés rassemblés au Complexe sportif de Yopougon, la plus grande commune d’Abidjan, la capitale ivoirienne.

Au moment où la France réclame ses "criminels de l'humanitaire" emprisonnés au Tchad, l'Afrique peut-elle, a-t-elle le droit de se taire et de laisser faire?

Par HAMADOU TIDIANE SY, journaliste indépendant

Sans doute inspiré par le désormais tristement célèbre discours de Dakar du président français, Nicolas Sarkozy, sur une Afrique attardée et incapable de progrès et je ne sais quelles autres inepties encore, des citoyens français ont crû devoir bon, de venir en Afrique, comme cela se faisait jadis, semer la « bonne parole » civilisatrice et « salvatrice » de l'Occident, comme à la bonne vieille époque coloniale. Et, cela va de soi, en usant des bonnes vieilles méthodes expéditives qui allaient avec.

DAKAR, 2 novembre 2007 (IRIN) - Selon plusieurs responsables tchadiens et représentants des Nations Unies, l’absence de loi en matière de traite d’enfants au Tchad est une entrave à la poursuite en justice de personnes accusées de ces crimes, un vide juridique qui vient d’être rappelé par l’arrestation au Tchad des membres d’une association française qui tentaient de faire sortir 103 enfants du pays pour les confier à des familles d’accueil en France.

L’association, du nom de L’Arche de Zoé, a déclaré qu’elle tentait, ce faisant, de sauver des orphelins soudanais d’une « mort certaine » dans la région du Darfour, à la frontière entre le Tchad et le Soudan.

ETHIQUE ET INTERNET

Publié le, 13 novembre 2007 par

Par Mohamed Bassirou NDIAYE, administrateur de Archipo.Com

Les dernières informations relatées par la presse nationale et internationale donne une vision triste de notre pays jadis cité parmi les modèles de démocratie.

Pour exemple, le journaliste arrêté après avoir parlé des sorties nocturnes du chef de l’État, pourrait être invité simplement à présenter ses excuses au cas où l’information délivrée n’était pas fondée.

Le Sénégal en images et en couleurs

Publié le, 13 novembre 2007 par

Par Myriam Lepage,

lepage.myriam@orange.fr

GENEVE - Du 13 septembre au 21 octobre 2007, Djeynaba N'Diaye, originaire de Tambacounda (Sénégal), a exposé 35 de ses œuvres dans la galerie «Une sardine collée au mur» à Genève. L'espace mis à disposition par la galeriste autodidacte Flora Berne est situé au quartier des Bains, carrefour d'échanges culturels. Retour sur le cheminement d'une artiste hors de commun...

LUKE DUBE : «Rastas never die »

Publié le, 13 novembre 2007 par

Côte d’Azur – France- Comme le spécifiait le titre de son premier album " Rastas never die", Lucky Dube a quitté cette Terre mais pas nos cœurs. La légende Rasta de l’Afrique du Sud a été sauvagement assassinée à Johannesburg dans la soirée du 18 octobre par des braqueurs qui tentaient de lui voler sa voiture. Cette agression, suivie d'un meurtre, s'est déroulée sous les yeux de ses enfants, à bord du véhicule. Depuis le drame, quatre suspects ont été arrêtés et présentés à la Cour des Magistrats à Johannesburg le mardi 30 octobre. Il s'agit de Sifiso Mlanga et Julius Gxowa, tous deux du Mozambique et de Thabo Mafoping et Mbofi Mabe. Leur procès a été reporté au 30 novembre pour raison d'enquêtes complémentaires.

L’ISLAM, HOSTILE A L’INNOVATION?

Publié le, 13 novembre 2007 par

Par James Wilsdon

James Wilsdon, qui dirige le projet Atlas des idées du groupe de réflexion Demos, argumente contre une idée qui se fait jour et qui veut que l’islam soit “hostile à l’innovation”. Il montre, au contraire, que dans les toutes dernières années le monde musulman soutient de plus en plus la recherche scientifique et le développement.

LONDRES – Nasir al-Din al-Tusi et Ibn al-Nafis sont des noms sans doute moins familiers à beaucoup de gens que ceux d’Isaac Newton ou d’Albert Einstein. Mais ces savants islamiques et d’autres, des 12e et 13e siècles, appartiennent au panthéon des penseurs qui ont imprimé sa direction à la science moderne.

CE QUE VEULENT LES ISLAMISTES AUJOURD’HUI

Publié le, 13 novembre 2007 par

Par Ibrahim El Houdaiby


Ibrahim El Houdaiby, membre du conseil d’administration de IkhwanWeb.com, le site internet officiel des Frères musulmans, cherche à dissiper le mythe qui voudrait que tous les islamistes soient des terroristes ou des extrémistes violents. Il donne un aperçu de ce que les islamistes d’aujourd’hui veulent vraiment.

Le Caire – Au fond, qu’attendent exactement des islamistes les gouvernements et les décisionnaires occidentaux, c’est-à-dire des personnes et des ensembles de personnes qui estiment que leur système de gouvernement devrait être fondé sur les principes de l’islam? Moi qui suis un islamiste modéré, désireux de jeter des passerelles de compréhension et de communication avec différents peuples de l’Occident et d’autres lieux, j’ai beaucoup de peine à répondre à la question.

Par Dr. Pierrette Herzberger-Fofana, Drherzbergerfofana@ hotmail.com

C’est avec une joie immense et une agréable surprise que nous avons appris que Sa Sainteté Le Pape Benoît XVI. a élevé Mgr. Adrien-Thédore Sarr au rang de cardinal. Un Cardinal est un évêque qui accède à un grade supérieur, et devient membre du sacré collège réuni en consistoire.

Le Consistoire de l’église catholique s’est enrichi de deux cardinaux Africains qui siègeront le 24 novembre 2007 aux côtés des 21 autres cardinaux à titre de conseillers personnels du Pape. Ils participent à l'élection du Pape comme ils peuvent prétendre à occuper le Saint Siège. De par leurs nouvelles fonctions, les cardinaux participeront à des ministères ou "dicastère", gouvernement du Vatican.