Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

« Si nous les laissons entrer, ils vont voler notre pain quotidien » : il parlait de toi et moi ».

Par El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur de publication


Auden, dit – on, parlait des juifs d’Allemagne mais, il aurait pu parler des « immigrés » d’aujourd’hui. Mot ambigu qui recouvre le clandestin bosniaque grelottant dans son pardessus, le brillant étudiant africain, le jeune de banlieue pourtant né ici. Le mot immigré est en fait synonyme d’étranger. Et, l’étranger fait peur et ces peurs sont attisées. Par l’extrême – droite dont il est l’ignoble fonds de commerce, mais aussi par des partis politiques dits pourtant fréquentables. « L’immigration est synonyme d’altérité et interroge les identités désormais changeantes de nos pays», constate François Héran, l’auteur de Le temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française.

L’appel de Nicolas Sarkozy envers la Méditerranée dans l’euphorie de son élection à la présidence de la République française et sa main tendue condescendante envers l’Afrique de manière générale, devraient pousser nos Chefs d’Etat à plus de vigilance mais aussi d’indépendance et de responsabilité. Les leaders africains sont en face d’un homme redoutable qui ne leur fera pas de cadeaux.

DJERBA- (Notre envoyé spécial de retour) - L’Afrique est un grand Continent, qui a énormément à offrir au reste du monde. Telle est la conviction exprimée par M. Haddad, ministre tunisien du tourisme.  Dans un langage clair qui dévoile son panafricanisme, le  ministre du Tourisme, a accordé à l’Hôtel El Mouradi un entretien exclusif à ContinentPremier en marge de la tenue de la Ghriba, une fête juive où il a représenté le Président Ben Ali. Il évoque dans cette interview les facteurs d’attractivité de la destination Tunisie. Interpellé sur la coopération Sud – Sud, il a estimé que son pays entretenait des échanges bilatéraux avec le Sénégal et d’autres pays africains. A ceux qui doutent  du développement de la Tunisie et du Continent, il dit : « On s’en passe ». Dédain ou Défi ?

 Hammamet – Invité au Forum du magazine « Réalités » sur Migration et développement, l’ambassadeur du Sénégal a levé le voile sur l’immigration sénégalaise en Tunisie. Une migration de qualité souvent ternie par l’arrivée de jeunes domestiques sénégalaises qui après trois mois de séjour, deviennent clandestines et posent de sérieux problèmes aux représentants sénégalais qui ont aussi la mission de les protéger. Diplomate de carrière et ancien formateur à l’ENA – Sénégal (il donnait un cours sur Analyse de la situation politique nationale et internationale), pour l’ambassadeur : «  Il faut sensibiliser la population pour éviter que l’on soit en face d’une situation très difficile »

GENEVE- L’artiste sénégalais Omar Pène, a donné au Palladium un concert à but humanitaire en répondant favorablement à l’invitation de l’association Maman N'Dèye Diallo. Une prestation qui était très attendue et qui a permis de démarrer dans la bonne humeur et pour une bonne cause le Festival Sénégal organisé du 18 au 20 mai par l’association Pré – en - Bulle du quartier des Grottes à Genève. Le chanteur et chorégraphe Kara, a assuré la première partie. Pour sa part, Mme l’ambassadeur, Safiétou Nidaye Diop, ancien ministre de la culture, a inauguré l’exposition artistique de Momar Seck. Le même jour s'est tenue une table ronde sur Migration et développement. Un dialogue entre des professionnels de différents horizons et le public, pour mieux comprendre les enjeux actuels autour de ce thème. Le public européen a vu le film "Tableau Ferraille" du Sénégalais Moussa Sène Absa.

(Envoyé spécial de retour) –  Risque Zéro. C’est, la consigne. Cinq mille (5000) pèlerins, selon les organisateurs. Une belle fête religieuse juive au cœur du monde musulman.  Une sécurité infaillible à vous faire perdre le souffle. Après une heure et demie de vol, le petit avion qui me transportait de Tunis atterrit à l’aéroport de Djerba. Il était presque 21 heures. Un gentil chauffeur, dans un joli 4x4, est venu me chercher, m’aidant à transporter jusqu’à la voiture mes quelques affaires.La route semblait si longue malgré la beauté du paysage que je pouvais admirer dans cette ville bien illuminée. Tout le long du chemin, se dressaient des hôtels à longueur de vue. On est arrivé ? C’est ici ? Non, me dit le chauffeur. Mais nous y sommes bientôt, dit – il avec un joli sourire. C’est à 15 kilomètres. Ce n’est pourtant pas long, mais à voir tous ces policiers, le chemin me semblait interminable.

RAISON ET FOI POUR UN MONDE SOLIDAIRE

Publié le, 20 mai 2007 par

TUNIS- La Chaire Ben Ali pour le Dialogue des Civilisations et des Religions est l’initiatrice du réchauffement de ce vieux débat entre la Raison et la Foi qui semble être le bienvenu dans un monde devenu pratiquement intolérant et dominé par l’ignorance, le fanatisme religieux et l’obscurantisme qui se servent de Dieu qui a bon dos pour perpétrer des assassinats, installer l’anarchie sociale dans l’exacerbation des peurs. Le Colloque « Foi et Raison pour un monde solidaire » a regroupé du 7 au 9 mai des universitaires, des leaders religieux des mondes juif, musulman, et chrétien qui dans leur diversité et hors du dogmatisme de leur chapelle respective,   décortiquent les liens entre la raison et la foi en évoquant au-delà des Livres sacrés, des philosophes de l’Occident comme de l’Orient en l’occurrence Blaise Pascal, Ibn Roushdi, Averroès, Saint Thomas d’Aquin etc….

CONTINENTPREMIER DEMANDE UNE MEILLEURE PROTECTION ET LA LIBERATION DE TOUS LES JOURNALISTES EMPRISONNES.

A l’ère de la mondialisation, on n’est pas arrivé à la fin de l’Histoire (Fukuyama), ni à la paix perpétuelle (Kant). L’Humanité est ébranlée par des extrémismes tels que le fanatisme religieux. « L’univers du religieux est souvent lié à l’intolérance ; à la violence et à l’abus de confiance sur les consciences » selon le professeur Mohamed Arkoun, enseignant à la Sorbonne. La Ligue des Journalistes Africains (Lijaf) basée à Paris a voulu en organisant ce colloque le 3 mai, Journée mondiale de la Liberté de la presse, donner l’opportunité aux journalistes présents à Tunis de réfléchir sur les voies et moyens de faire reculer l’intolérance dans les médias. « L’avenir de notre profession, a souligné Valentin Mbourbeng président de la Lijaf, dépend des nouvelles pistes qui permettant de garantir la cohésion et la paix sociale dans notre monde marqué par le choc déclaré des Civiulisations »

Les participants au Colloque international sur le thème : « Médias et tolérance religieuse et ethnique» réunis le 2 mai à Tunis. Vu l'évolution préoccupante de l'usage qui est fait des médias par certains groupes d'obédience religieuse, ethnique ou politique pour véhiculer des messages d'incitation à la haine raciale, au fanatisme religieux, ou aux actions terroristes ;
Constatant la récurrence des drames humains et des conflits sanglants provoqués par les appels à l'intolérance religieuse et ethnique et au sectarisme diffusés ou relayés par certains médias occidentaux;

UN HOMME A L ELYSEE: UNE TRADITION QUI SE REPETE.

Par Désiré Atangana Onambélé
Email: donambele@yahoo.com
Email : atangana.onambele@yahoo.com

Yaoundé-Cameroun - L'élection présidentielle française a été suivie avec intérêt par beaucoup d'Africains. Si le choix d'un homme pour diriger les Français est quasi normal pour une République qui en est parfaitement habituée. Il n'en demeure pas moins que le choix de Sarko, constitue une révolution car, c'est le jus soli qui l'aura emporté sur le jus sanguinis. C'est donc un fils d'immigré qui dirige la France.

Par Amadou Tidiane WONE Ecrivain, Ancien Ministre amadoutidiane.wone@gmail.com

DAKAR - (Sénégal) - Tout porte à croire que l’élection présidentielle du 25 février 2007 marque, à l’échelle de notre pays, la fin d’une époque. Les élections législatives du 03 juin prochain, qui devraient se dérouler en l’absence de plusieurs leaders emblématiques de la scène politique sénégalaise, en raison de leur décision de les boycotter, vont confirmer cet état de fait. Plusieurs personnalités, ayant occupé depuis des décennies le devant de la scène politique, devraient donc tirer leur révérence.

Par Khadim NDIAYE
Philosophe
xadim@bluewin.ch

Il existe plusieurs formes de racisme : le racisme de l’exclusion sociale, le racisme universaliste, le racisme scientifique, le racisme institutionnel, le racisme différentialiste, etc. Ce dernier s’exprime avec beaucoup de vigueur de nos jours.  Autrement appelé racisme culturel, il ne met pas l’accent sur les attributs naturels d’un groupe, mais sur les moeurs, la langue, la religion, etc., perçus comme des atteintes à une identité donnée. Les paroles récentes de l’académicienne française d’origine russe Hélène Carrère d’Encausse sur la polygamie des Africains, les mots jadis exprimés par Jacques Chirac sur le bruit et l’odeur des immigrés, participent de ce racisme différentialiste.

La Vie incertaine, de Michel Polac.

Publié le, 20 mai 2007 par

Rencontre avec Michel Polac, pour la réédition de son premier roman "La Vie incertaine", un livre de vie ouvert sur l'adolescence intemporelle, la  liberté et la fraternité humaine. La jeunesse avide de sincérité y (re)découvrira l'espoir, la volonté d'exister, aujourd’hui plus qu’hier.

La Vie incertaine, de Michel Polac, Editions Neige / Ginkgoéditeur, Québec / Paris, 2007, Collection « Parcours d’écrivain » dirigée par Jean Musy.

Par Professeur Moustapha KASSE
Président de l’Ecole de Dakar

FUKUYAMA dans son ouvrage « La fin de l’histoire et le dernier homme » avait décrété de manière péremptoire et certainement hâtive la fin des idéologies dans un système capitaliste mondialisé, qui a défait le « socialisme réel » et qui est en train d’uniformiser à la fois les systèmes productifs, culturels, sociaux et mêmes les comportements humains. Un nouveau démenti vient de lui être apporté par « L’Alliance des Libéraux et Démocrates pour l’Europe, le Pacifique, l’Afrique et les Caraïbes » lors de son Sommet à Dakar (1-3 Avril 2007) autour du thème : « Libéralisme et Gouvernance : l’Etat libéral social ».

Interview de Janet Voûte, Déléguée générale de la Fédération Mondiale du Cœur.

La première cause de mortalité chez les femmes est liée aux maladies cardio vasculaires. Pensez- vous que cette vérité qui fait froid au dos soit assez connue du grand public?

« Les maladies cardio-vasculaires tuent chaque année 8,6 millions de femmes dans le monde – soit plus que le VIH/SIDA, tous les types de cancer, la malaria et la tuberculose réunis. Mais la plupart des femmes ne savent pas que les maladies cardio-vasculaires et les attaques cérébrales sont la première cause de mortalité chez les femmes et il est urgent d’agir pour les en informer, c’est pourquoi nous avons lancé la campagne Go Red for Women.

Etude d'ensemble des unions monétaires sous l'angle du droit international visant à contribuer à l'élaboration d'une théorie générale de l'union monétaire. Sont successivement analysés la définition, les enjeux, la création, le statut, les effets et régime juridiques ainsi que la fin des unions monétaires.

Organisme indépendant soutenu par la Confédération helvétique, la Commission fédérale de lutte contre le racisme a appuyé le rapport de M. Diène et soutient sa proposition de création d’une Loi nationale sur la racisme en Suise

GENEVE – Doudou Diène, rapporteur spécial des Nations Unies sur le racisme, a présenté son rapport final sur le racisme en Suisse à l’occasion de la tenue du Conseil des Droits de l’Homme à Genève. Notre compatriote a dénoncé : « Une dynamique rampante du racisme en Suisse» et a appelé à une prise en charge du phénomène par les plus hautes autorités de la Confédération helvétique. Le Sénégalais demande aux Suisses d’adopter une Loi nationale de lutte contre le racisme. Le pré – rapport qu’il avait présenté à la presse lui avait valu un lever de boucliers de la part d’un homme politique et de certains hommes de média. Il avait bouleversé la société suisse, habituée à recevoir des compliments du genre «  La Suisse, pays d’accueil » etc… Doudou Diène en avait pris    pour sa grade. Romain Jaggi, un politicien de l’extrême droite avait déclaré « …. ». Le Président de la Confédération Moritz Leunberger que nous avions interpellé sur la question corrigeait une telle maladresse en ces termes : « … »

MICHELE GALIZIA, responsable du Service de lutte contre le racisme au niveau du Département fédéral de l’intérieur : « Le Conseil fédéral reconnaît l’existence de cas de racisme en Suisse. »
En Suisse, le Département fédéral de l’intérieur dirigé par le conseiller fédéral Pascal Couchepin abrite le Service de lutte contre le racisme. Son responsable juge que le rapport de M. Diène « met le doigt sur des problèmes réels en Suisse ». Il regrette cependant que le rapport tende à généraliser la situation. Fasciné par la personnalité du rapporteur onusien, M. Galizia salue ce travail sur la Suisse en tant que « base de dialogue».

« Notre soucis est d’intégrer les étrangers aux valeurs de la société suisse. »

Réagissant au rapport de M. Diène, l’ambassadeur Godet affirme que la Suisse « prend très au sérieux le rapport ». Pour lui, la véritable tâche qui incombe à la Suisse c’est de réussir l’intégration des ses étrangers. « Il me semble que dans une certaine mesure, il faut toujours tenir compte des particularités du fédéralisme suisse. En effet, la lutte contre le racisme, n’est pas une tâche de l’Etat central mais elle est une tâche des Cantons par le biais notamment de leurs commissions pour les étrangers qui sont censées favoriser leur intégration. » Est – ce une intégration au sens unique ? (Lire l’entretien exclusif avec le diplomate). 

GENEVE - Jean-Maurice Ripert, Représentant permanent de la France, l’a exprimé très clairement : « La France n’entend tolérer ni le racisme ni sa banalisation, qui sont de graves atteintes aux principes fondateurs de notre démocratie et de la République. ». M. Ripert a lors du Dialogue interactif avec M. Doudou Diène, Rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui s'est déroulé le 28 mars au Conseil des Droits de l'Homme, fait une intervention ( lire plus bas) où il condamne les propos racistes de l’animateur télé Pascal Sevran que nous avions dénoncés pour notre part dans un article intitulé « Les propos de Sevran : le degré zéro de la légitimation intellectuelle du racisme anti  - Noir » et qui a été repris dans la presse française. 

Faudrait - il le rappeler , le paludisme touche aujourd'hui les régions tropicales et subtropicales et il est responsable chaque année de plus de 300 millions de cas de maladie aiguë et d'au moins un million de décès. Malheureusement, quatre-vingt-dix pour cent des décès dus au paludisme surviennent en Afrique, au sud du Sahara principalement chez les jeunes enfants. Le paludisme tue un enfant africain toutes les 30 secondes. Une journée du Paludisme en Afrique a été instituée par la Communauté internationale. Dans cette interview, l'ancienne ministre de la santé du Sénégal, le Pr Awa Marie Coll Seck, Directrice exécutive du Roll Back Malaria, nous en situe l'enjeu et détermine les défis auxquels son organisation et les pays africains doivent faire face pour gagner la bataille. Celle de réduire de moitié la maladie en 2010.

Argumentaire colloque international : La Raison et la Foi pour un monde solidaire

Aujourd’hui, par un excès  de lumières anarchiques et par la poussée d’Instincts sauvages, le monde est en désarroi :la guerre, la famine, la maladie, l ‘ignorance,     une compétition effrénée, le désir de soumettre et d’exploiter, la violence, l’exclusion, l’intolérance, la négation  de l’autre. Pourtant, il y a tout sur terre pour que tous les hommes puissent prétendre au bonheur et vivre en paix. Pour relever ces défis, l’homme a besoin de la Raison et de la Foi   .

GENEVE- L’ancien ministre du commerce du Sénégal, Mme Aïcha Pouye, directrice à la Division des services d’appui au commerce du Centre du commerce international

Nuits touarègue et kabyle au Village du Monde qui traversera les hautes latitudes du continent africain, avec les concerts de Malouma, Daby Touré, Idir, Tinariwen etc. Les organisateurs du Paléo Festival ont dévoilé le programme de la 32ème édition qui remet l’Afrique sur orbitre. Le Paléo 2007, c’est le  rock (Muse, Arctic Monkeys, P!ink ou encore The Young Gods) et sa relève anglo-saxonne, les musiques françaises (Renaud, Zazie, Laurent Voulzy, Lynda Lemay, ou encore Jean-Louis Murat), le hip hop (Joeystarr), le slam (Grand Corps Malade), l’humour dans un style incomparable avec la prestation de l'humoriste Gad Elmaleh. C’est aussi les merveilles de l’Afrique à découvrir sous tentes au Village du monde. Consacré cette année au nord de l'Afrique, cet espace accueillera en ouverture de cette édition le rock arabe de Rachid Taha. Et clôturera sur l'enchevêtrement gracieux de musiques classique arabe et techno-pop de Natacha Atlas.

Give Peace a Chance

Publié le, 20 mai 2007 par

Par Pathé MBODJE, journaliste, sociologue

Népal, Grand Moyen-Orient arabe, Afrique.

Un monde globalement plus à gauche semble plus propice à la paix, du Népal à l'Irlande, en passant par l'incontournable Proche-Orient et l'intraitable el Béchir du Soudan. La même situation existait presque au début des années 90 sans donner nécessairement le même résultat. Qu'est-ce qui a  bien pu consolider les intuitions de naguère ?

UN PROTECTIONNISME NECESSAIRE !!

Publié le, 20 mai 2007 par

Les dirigeants africains qui oeuvrent au développement de leur pays sont pleinement conscients que le FMI est un instrument au service des puissances occidentales. Les mesures édictées de "ces sphères institutionnelles" ont plus que contribué à l'appauvrissement et l'asservissement des économies Africaines.