Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par Kofi Annan, Secretaire général de l'ONU

Kofi Annan, demande à la Communauté internationale d'aller plus loin en matière de représentation des femmes à travers le monde. Il rappelle dans son message du 8 mars aux peuples des Nations – Unie l'engagement pris en septembre dernier à New York et en 1995 à Beijing
« Le thème choisi cette année pour la Journée internationale de la femme – le rôle des femmes dans les prises de décisions – est au coeur de la promotion de la femme à travers le monde et essentiel au progrès de l’humanité toute entière. Comme nous le dit la Déclaration de Beijing, « le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation sur un pied d’égalité à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux prises de décisions et leur accès au pouvoir, sont des conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix ».

La communauté internationale commence enfin à saisir une notion fondamentale : les femmes sont tout autant concernées que n’importe quel homme par les défis auxquels l’humanité devra faire face au XXIe siècle, en matière de développement économique et social comme en matière de paix et de sécurité. Souvent, elles sont davantage concernées. Il est donc juste et nécessaire que les femmes prennent part aux instances de prise de décisions dans tous les domaines, à forces égales et en nombre égal.

Le monde commence aussi à comprendre qu’il n’y a pas de politique de promotion du développement, de la santé et de l’éducation plus efficace que le renforcement du pouvoir d’action des femmes et des filles. J’irais même jusqu’à dire qu’il n’y a pas meilleure politique pour prévenir les conflits ou parvenir à la réconciliation après un conflit.

Il est vrai que nous pouvons célébrer un certain nombre d’avancées en matière de représentation des femmes à travers le monde. En janvier de cette année, la proportion de femmes dans les parlements nationaux a atteint un nouveau record à l’échelle planétaire. On compte actuellement 11 femmes chefs d’État ou de gouvernement réparties sur tous les continents, et trois pays (le Chili, l’Espagne et la Suède) sont dirigés par des gouvernements qui comptent un nombre égal d’hommes et de femmes.

Mais nous devons aller encore plus loin, bien plus loin. Globalement, les progrès sont lents. Gardons à l’esprit que dans certains pays, l’augmentation du nombre de femmes dans les instances de prise de décisions ne s’est pas faite toute seule. Elle est plus souvent le résultat d’initiatives institutionnelles et électorales, telles que l’adoption d’objectifs et de quotas, de l’engagement des partis politiques et d’une mobilisation soutenue. Elle est également le fruit de mesures ciblées et concertées visant à améliorer l’équilibre entre vie familiale et travail. Ce sont là des enseignements que chaque nation, ainsi que les Nations Unies, doivent prendre très au sérieux.

Lors du Sommet mondial de 2005, les dirigeants du monde entier ont déclaré que « ce qui est un progrès pour les femmes est un progrès pour tous ». En cette Journée internationale de la femme, engageons-nous de nouveau à démontrer la vérité de cette affirmation. Veillons à ce que la moitié de la population de la planète occupe la place qui lui revient dans les prises de décisions du monde entier ».