Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Louise Arbour,
Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme


Photo:ohchr.org

«L'interdiction absolue de la torture, une des pierres angulaires de l'édifice international de protection des droits de l'homme, est ébranlée. Le principe du droit inhérent à l'intégrité physique et à la dignité de la personne, considéré un temps comme inattaquable, est aujourd'hui une des victimes de la «guerre contre le terrorisme».

TORTURE : LES 12 PECHES CAPITAUX DE LA FRANCE,

Publié le, 12 décembre 2005 par

L’ONU PREOCCUPEE PAR NICOLAS SARKOZY !


Photo: bondamanjak.com

ONU – GENEVE- Le Comité des Nations – Unies contre la torture a présenté ses conclusions et recommandations à la fin des travaux de sa trente – cinquième session. La France, pays des Droits de l’Homme, n’en sort pas du tout grandie. Ses méthodes préoccupent. Le ministre au bazooka désormais célèbre par ses mots que l’Histoire n’oubliera pas de sitôt, « Karcher » « racaille », préoccupe la Communauté internationale. Sans commentaire ! ( Lire ce document).

Propos recueillis par Gorgui.W.NDOYE,
directeur de publication


Photo:
fondationolivier.com

Aux jeunes africains et maghrébins de France, taxés de racistes anti – Blanc, Mc Solaar disait à ContinentPremier en termes prophétiques : « Nous leur demandons d’être sereins, de poursuivre leurs études, d’être posés, analytiques.. » ( notre édition de septembre). Ces jeunes dont les parents ont sauvé la France qui a failli être radiée de la carte du monde par Hitler. On se demande où étaient les parents de Finkielkraut.Ce dernier explique tout à travers l’ethnie et la religion. Ses ennemis sont les Noirs, les Arabes et l’Islam.

LES DESSOUS DE L’ACTIVISME DE LA CHINE EN AFRIQUE

Publié le, 12 décembre 2005 par

Par Dr Abdou FALL*, Correspondant permanent à Toulouse
abdoufall@hotmail.fr


Avec la récente reconnaissance de la Chine populaire par le Sénégal et sa rupture simultanée avec Taiwan, il ne reste plus que six pays africains à entretenir des relations diplomatiques avec Taipeh : Le Burkina Faso, la Gambie, le Malawi, le Swaziland, Sao Tomé et Principe et le Tchad. Il semblerait tout de même que certains d’entre eux entretiennent des « contacts » avancés avec la grande Chine.

A l’assaut de l’Empire du Milieu

Publié le, 12 décembre 2005 par

Par Emilya CERMAK

En visite en Chine, notre rédactrice donne ses impressions du pays de Mao.

BEIJING- Que ce soit dans le domaine des faits divers, des catastrophes naturelles, ou des exploits technologiques, la Chine envahit chaque jour nos tabloïds. Mais que se cache-t-il réellement derrière ces pages de papier glacé ? Nous avons décidé d’aller voir de plus près qu’est-ce que l’empire du Milieu réservait aux curieux qui voulaient s’en approcher de plus près. Notre visite fut plus un parcours touristique qu’une réelle investigation sur le terrain et pourtant… certains éléments témoignent d’eux-mêmes.


Le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays rompues sous Abdou Diouf, n’ont rien à voir avec la volonté sénégalaise, bien affichée, de jouer dans le Concert des Grands au sein du Conseil de sécurité. Cheikh Tidiane Gadio, ce docteur en communication, ministre d'Etat en charge des affaires étrangères et de l'Union Africaine, veut que personne n’en doute. Alors devant la représentation nationale il donne le mot d’ordre: « Ne mentionnez plus Conseil de sécurité parce que ce n'est pas cela qui motive le Sénégal ». Qu’est ce qui a donc motivé Abdoulaye Wade?

Par AMY NIANG ,
Correspondante permanente au Japon.


archquo.nouvelobs.com

Tsukuba City – Mon amie et moi nous indignons de son attitude irrévérencieuse, n’a-t-il pas vu le signe ‘non-fumeurs’ ? On est en plein mois de Ramadan… Les miettes de spiritualité bien ramadanes que j’ai apportées dans mes valises me reviennent en petites prières psalmodiées de manière saccadée, les picotements du ventre de temps à autre, vers le milieu du jour, me rappellent que j’observe le mois du jeûne dans une ville où les gens (les femmes surtout) ne se privent de nourriture que dans le but de maigrir…

Par Aminata Ndour,
élève au CM2


Photo: diambars.com

PARIS – « Au Sénégal, les enfants ne vont pas souvent à l’école .Pourquoi ? » Telle est la question que se pose cette internaute qui nous écrit depuis Paris. Elève au CM2, Aminata est la plus jeune collaboratrice de ContinentPremier. Vous vous rappelez de sa lettre adressée au Président Wade où elle exprimait sa conviction pour développer le Sénégal(cf:
www.continentpremier.info/magazine/modules.php?name=News&file=article&sid=278)

Par Gorgui W. NDOYE


Photo: joburg.org.za

YAOUNDE - Très critique vis à vis de l’utilisation des fonds que recoit l’Afrique pour son développement, Mme Chaka Chaka pose cette question : « Que faisons nous de l’argent du Global Fund ? Dès que l’argent arrive, il suit le chemin de l’extérieur. Nous devons arrêter d’être des consommateurs et produire les outils de notre développement».

LE PARTICULIER ET L’UNIVERSEL

Publié le, 12 décembre 2005 par

Par Mamoussé DIAGNE,
philosophe, Université Cheikh Anta Diop

DAKAR - Il y a, dans la vie des individus et des peuples, des moments privilégiés où, sous une apparence fortuite, surgissent des questions de fond qui méritent qu’on s’y attarde. A défaut d’y apporter des réponses adéquates et exhaustives, on sent bien que leur bonne position conditionne l’intelligibilité de l’histoire immédiate et à plus long terme. En amont de l’idée selon laquelle l’humanité ne se pose que les questions qu’elle peut résoudre, il faut dire que l’humanité n’a de chance de résoudre que les questions qu’elle arrive à poser correctement. Or, la proximité de l’évènement, la passion avec laquelle il est vécu par les différents protagonistes peuvent dresser un véritable obstacle épistémologique entre eux et ce qui, les concernant, n’est lisible que dans son après coup.


La paix et le dialogue interculturel représentent des défis encore plus grands et d’actualité du fait du contexte géopolitique et environnemental provoqué par la mondialisation. Les échanges d’idées ainsi que d’autres expressions humaines et sociales se développent à une vitesse défiant toute imagination du fait des outils hautement technologiques et telecommunicationels.

Les spécialistes qui ont participé à l’élaboration de Peace and Intercultural Dialogue, étant conscients des difficultés qui sont liées au sujet en question et de l’actualité de ce dernier, ont accepté de faire ressortir leurs pensées et idées en suivant ce programme tripartite : 1) élaborer une investigation phénoménologique objective de la paix avec un accent sur sa nature, ses fondements et ses conditions, 2) mener une analyse sur le dialogue interculturel et intercivilisationnel et 3) essayer de tracer les relations intrinsèques entre la paix et le dialogue interculturel.

L’AVENTURE DE L’ENTREPRENEUR EN AFRIQUE

Publié le, 12 décembre 2005 par

Chronique sénégalaise de Alioune BA


Préface de Michel Marchesnay, Professeur émérite, Université de Montpellier
ISEM-ERFI

Alioune Bâ, vient de publier aux Editions Harmattan, Collection L’esprit économique Série Clichés, ce livre de 202 pages qui démontre les tracasseries auxquelles sont confrontés les porteurs de projets en Afrique. Créer une entreprise en Afrique et la faire vivre... Le « métier » de l’entrepreneur est dur. La patience et la persévérance sont les deux premières qualités de l’auteur de ce livre qui, universitaire en France, s’est livré au difficile exercice de création d’une entreprise au Sénégal. L’affaire est aujourd’hui florissante. Mais le parcours a été long et semé d’embûches.

FLIC A BANGKOK : Une nécessité plumitive…

Publié le, 12 décembre 2005 par

« Du hasard à la nécessité… l’écriture est ainsi devenue un outil personnel, un espace nécessaire dans ma vie... » écrivais-je à la parution en 2003 de Flic de Quartier, relatant l’histoire de mes interventions vécues lors de patrouilles dans un quartier populaire ; une écriture impulsée par plusieurs concours de circonstances, l’inscription à 33 ans à l’université, la participation au film Pas les flics, pas les noirs, pas les blancs, d’Ursula Meier, et la résistance à une politique sécuritaire imposée à l’arrivée d’un nouveau patron, qui par ailleurs ne restera en poste que deux ans.

Bref, des circonstances de vie qui vous travaillent au ventre et font resurgir d’anciennes compétences scolaires malheureusement oubliées.