Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Par EL HADJI GORGUI WADE NDOYE, de retour du Soudan


photo: www.rfi.fr

Le Président soudanais Mohamed El Béchir a appelé au « dialogue des civilisations, à la solidarité internationale et à une meilleure sensibilisation des médias » pour combattre le terrorisme. Il s’exprimait à l’ouverture officielle de la deuxième conférence régionale sur le contre terrorisme, qui réunissait des chefs de services de sécurité et de renseignements venus de la sous – région, des Etats – Unis d’Amérique …

Pourtant son pays est considéré comme un « Etat voyou » par Washington. Pour sa part le Vice – président Ali Ousmane Mohamed Taha, a demandé lors d’une conférence de presse aux Etats – Unis d’Amérique d’enlever le nom du Soudan dans leur liste noire.

Le Soudan et la liste des « Etats voyous » de Georges Bush

Le nouveau gouvernement d’unité nationale veut démontrer que l’histoire du Soudan marche. « De nouvelles pages sont en train d’être écrites » selon Ali Ousmane Taha, présenté avec le défunt John Garang « comme un des héros de cette histoire ».
« J’appelle les Etats – Unis d’Amérique à lire et à interpréter les récents événements qui se déroulent sous nos yeux au Soudan. Nous leur demandons d’enlever le Soudan de leur liste noire. En réalité le modèle de sanction qu’ils imposent est très négatif. Peut être, se rendront – ils compte, malgré le blocus et l’embargo, malgré toutes les contraintes économiques imposées à notre pays, que le Soudan est debout. Sinon comment expliquer la réussite de cette conférence que nous organisons ici à Khartoum sur le contre terrorisme ? »

Faire de la paix une culture du troisième millénaire

« La réforme des Nations - Unies passera par un certain nombre de principes que la Communauté internationale doit agréer et qu’ils soient mis en œuvre au niveau national et international » a souligné M. Taha. Il a soutenu que les cadres de coopération en Afrique et au niveau international, devraient être renforcés. Il faudra pour cela « accentuer et renforcer le rôle des institutions régionales » comme l’Union africaine et le NEPAD pour « pousser la réforme de l’ordre mondial ».
Pour lui, il ne doit pas y avoir de dualité des normes. Il a fustigé « les pays qui viennent imposer leur agenda au reste du monde. Les grandes puissances doivent être plus flexibles en basant leurs relations avec le reste du monde sur la coopération et le respect ».