Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

AFRIQUE: VERITE ET CONSEQUENCES.

Publié le, 30 juin 2005 par

« Quand il s’agit de l’Afrique, nous évacuons le problème de la souffrance d’un haussement d’épaule ! Ailleurs dans le monde on se précipite pour donner ».

Par Jan Egeland, Secrétaire Général adjoint aux Affaires Humanitaires de l’ONU et Coordonnateur aux secours d’urgence.
“La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent.”
-Albert Camus-

Les enjeux seront de taille au prochain sommet du G8 à Gleneagles, et en particulier la question de l’Afrique. Ce que décideront ou pas les huit Chefs d’Etat pour aider le Continent africain relève de la conscience et sera porteur ou non de conséquences dramatiques pour des millions de personnes, notamment celles qui ont la malchance de se trouver en première ligne des catastrophes.
Grâce au leadership britannique et aux voix courageuses qui se sont élevées dans le monde entier, notre génération a été sensibilisée, enfin, à l’extrême urgence des besoins en Afrique. Ne dilapidons pas cette chance historique qui nous est offerte d’aider ce continent à trouver un nouveau chemin vers la prospérité.
Les défis auxquels l’Afrique doit faire face sont nombreux. Le premier reste l’extrême pauvreté qui mine tous les efforts entrepris pour éradiquer les conflits, les épidémies ou les conséquences des catastrophes naturelles. Le second fléau est l’indifférence des gouvernements occidentaux et même celle de certains dirigeants africains qui, non seulement, permet mais crée les conditions de cette misère abrutissante. .

Nous devons en finir avec la tyrannie de l’apathie qui contraint et confine des millions d’africains à une existence dégradante et déshumanisante.
L’apathie et l’inertie n’ont pas droit de cité dans nos esprits quand il est possible de sauver des vies rapidement et efficacement, à moindre coût, grâce à l’aide humanitaire.
Aujourd’hui 16 millions de vies en Afrique sont en danger. Dix pays sont oubliés : le Niger, le Tchad, l’Ethiopie, l’Erythrée, la Guinée, la République du Congo, le Mali, la Centrafrique, la République Démocratique du Congo, et le Nord de l’Ouganda. Ce sont les tsunamis silencieux de notre époque. Nulle part ailleurs dans le monde tant de vies sont menacées. Et nulle part ailleurs dans le monde l’aide humanitaire peut faire autant à si petit prix pour sauver des vies.
Il y a six mois le Secrétaire général de l’ONU, a lancé un Appel de fonds de 3,1 milliards de dollars pour venir en aide à ceux qui se trouvent aux confins de la misère et cela particulièrement en Afrique. Aujourd’hui 36% seulement de cette somme a été récoltée.
Quand les leaders du G8 vont débattre de la question de l’Afrique, je ne vois pas meilleure façon que de commencer par financer les 2,2 milliards de dollars manquant.
Je lance un appel solennel aux pays donateurs afin qu’ils n’oublient aucune situation d’urgence en Afrique.
L’aide humanitaire n’est pas un substitut au développement, mais le marche-pied essentiel qui permettra aux efforts à venir de gravir l’échelle du succès.
Débourser 2,2 milliards n’est pas une petite affaire. Mais à l’heure ou une grande partie du monde connaît la prospérité, ce chiffre représente une goutte d’eau dans l’océan. Ce n’est rien en comparaison des mille milliards de dollars dépensés l’année dernière pour les armes dans le monde ou des 350 milliards de subventions agricoles aux pays riches.
Malheureusement le manque d’argent pour l’humanitaire en Afrique a toujours été la règle et non l’exception.

Quand il s’agit de l’Afrique, nous évacuons le problème de la souffrance d’un haussement d’épaule ! Ailleurs dans le monde on se précipite pour donner. Quand il s’agit de l’Afrique, nous acceptons en toute conscience l’inconcevable et l’inacceptable !
La catastrophe provoquée par le tsunami a engendré un gigantesque et extraordinaire élan de générosité. C’est exactement ce type de réponse des donateurs qui devrait être la règle pour toutes les crises humanitaires. Une vie a le même prix que l’on habite à Banda Aceh, au Burundi ou à Bordeaux !
Quand il s’agit de l’Afrique, l’argent ne rentre pas ! Nous n’avons reçu pour la République démocratique du Congo que 35% des 182 millions de dollars nécessaires à un pays ou 1,000 personnes meurent chaque jour de maladie ou de malnutrition. Au Niger, pays qui vient d’être ravagé par les criquets pèlerin, l’appel de 16 millions de dollars lancé par l’ONU pour nourrir 800,000 enfants n’est financé qu’à hauteur de 11%.

N’avoir qu’un tiers des fonds nécessaires pour l’Afrique est grotesque et tragique, parce que l’aide humanitaire, ça marche ! C’est l’un des meilleurs investissements. Pour le prix d’un café, on peut vacciner un enfant contre la rougeole. Chaque année, cette maladie tue plus d’enfants que la famine et les catastrophes confondues. Avec une moustiquaire à 4 Euros, on peut éviter le paludisme, qui coûte plus d’un million de vies en Afrique chaque année et environ 12 milliards de dollars en perte de productivité.

L’aide humanitaire sauve des vies, elle porte aussi un coup d’arrêt aux déplacements de population, aux épidémies, et à la misère avant que la situation ne soit incontrôlable.
L’aide sert à freiner le développement des extrémismes qui font leur lit dans celui de la pauvreté et des frustrations. L’aide lutte contre l’instabilité politique qui menace les communautés locales comme la sécurité en général.
Ce n’est qu’un début. La Grande-Bretagne a demandé que l’on double le montant de l’aide à l’Afrique dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement.
La France s’est engagée à consacrer 0,7% de son PNB à l’assistance au développement d’ici 2013, deux ans avant l’Union européenne, et c’est louable.
Je voudrais encourager maintenant la France à montrer la voie et le même engagement s’agissant du financement de l’aide humanitaire.
L’inaction se paie très cher. Elle est fatale pour de nombreux africains. Les Nations Unies estiment que plus de trois millions d’enfant africains mourront au cours des dix prochaines années si les Objectifs du Millénaire pour le Développement ne sont pas atteints.
La note n’est pourtant pas élevée. Selon Louis Michel, Commissaire européen au Développement et à l’aide Humanitaire, l’augmentation de l’aide proposée pour l’Afrique ne coûtera pas plus aux européens que trois tickets de cinéma ou sept paquets de cigarettes.

Nous sommes à un moment crucial. Nous avons les moyens de sauver des millions de vies. Il faut maintenant en avoir la volonté. N’ayons pas peur, allons de l’avant sans faillir, ne manquons pas le rendez-vous de l’histoire.