Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

QUI PEUT ETRE DELEGUE (E) DE LA CROIX - ROUGE ?

Publié le, 20 janvier 2005 par

Par EGWN avec le site du CICR

C'est par idéalisme, qu'en 1863, à la suite de son voyage à Solférino, que le genevois Henry Dunant, créait la Croix - Rouge. Aujourd'hui beaucoup, sont attirés par l'institution humanitaire. Est - ce toujours par idéalisme?. Le CICR veut en tous les cas, défendre son image. Les critères pour être délégué au sein de la Croix-Rouge Internationale sont devenus plus contraignants. Par ailleurs la procédure de recrutement est relativement difficile. Les délégués sont choisis sur dossier individuel et à la suite d'une journée de recrutement intensif.

Il faut noter qu’une grande partie de ce processus est de déterminer quelles sont les motivations des gens pour faire ce métier.

Ce qui est relativement intensif. Un autre critère est de voir la capacité de la personne de travailler en situation de stress. Comment la personne gère les relations avec autrui. Ensuite, il y a un cours d’intégration théorique qui dure trois semaines et portant sur le CICR mais aussi une mise en condition pratique dans la campagne genevoise (Suisse) où on met les candidats en situation. Type d’exercice, ils doivent gérer des personnes déplacées oubien un autre scénario consistant à faire face à une attaque des rebelles.

C’est donc, un processus assez conséquent et assez complexe.

Cependant, certains touristes humanitaires, arrivent à passer à travers les mailles du filet malgré la vigilance du CICR. Comme tout processus de recrutement, il y a des failles. Ce qui est valable, dans tout système, mais le CICR, essaie, nous dit – on, d’avoir une bonne idée de la personne avant de l’engager comme déléguée.

En résumé, le postulant est testé pendant trois semaines, période pendant laquelle, il doit travailler dans des situations de stress, faire preuve de réactivité et de maîtrise de soi mais aussi d’intégration dans un groupe.

En effet, « les délégués sont amenés à remplir plusieurs fonctions: visite de prisonniers de guerre et de détenus politiques, rétablissement des liens familiaux et contacts avec les familles, organisation d'actions d'assistance, diffusion des principes de la Croix-Rouge et du droit international humanitaire», souligne le site de la Croix rouge. Ils doivent également, tout en représentant l'institution, intervenir et négocier auprès des instances gouvernementales, civiles et militaires, afin de développer de manière optimale ces activités, précise le CICR.

Critères d’engagements :

  • âge idéal entre 25 et 35 ans
  • célibataire
  • formation universitaire ou jugée équivalente
  • 1 à 2 ans minimum d'années d'expérience professionnelle souhaitées
  • excellente maîtrise du français et de l'anglais
  • maîtrise du traitement de texte et d'un tableur
  • permis de conduire (permis automatique insuffisant)

Votre profil

  • solide motivation humanitaire
  • ouverture d'esprit et bonne capacité d'adaptation
  • bonne présentation, élocution aisée et bonne capacité de rédaction et de synthèse

aptitude à travailler sous pression dans des conditions de sécurité difficiles

Ce qu’offre le CICR :

  • la possibilité d'intervenir en faveur des victimes des conflits
  • un travail passionnant et enrichissant dans un contexte hors du commun
  • un cours d'intégration de quatre semaines en Suisse avant votre départ pour l'étranger
  • un encadrement sur le lieu d'affectation
  • la possibilité de suivre une formation continue interne
  • de bonnes prestations sociales
  • une aide à la réorientation professionnelle