Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Jean Pierre Chevènement, Homme politique, auteur et ancien ministre français :

  • La Côte d’Ivoire était un pays bien parti sous Houphouët Boigny.
  • Je déplore tout ce qui est xénophobe partout dans le monde
  • Nous ne sommes pas en guerre contre les Ivoiriens ni du Nord, ni du Sud
  • Concernant Israël, il a droit à l’existence. Mais je suis pour un Etat palestinien.
  • Les Africains s’apercevront que la France est leur véritable amie.

M. Chévènement ne pensez – vous pas qu’il est temps que la France retire ses troupes de la Côte d’Ivoire ?

Si cette force pouvait se retirer et que la Côte - d’Ivoire puisse retrouver son équilibre, j’en serai le premier satisfait mais est – ce le cas aujourd’hui. Je crains que non.

Quels sont vos sentiments par rapport à la crise ivoirienne ?

Je suis extrêmement triste. J’ai visité la Côte d’Ivoire à l’époque d’Houphouët Boigny. C’était un pays bien parti comme on dit. Je constate qu’il y’a des réactions de rejet qui sont liées à l’immigration notamment Burkinabé. Je déplore tout ce qui est xénophobe partout dans le monde. C’est d’ailleurs vrai en France, comme en Côte d’Ivoire. Un pays ne peut pas bâtir son avenir sur un principe autre que celui de la citoyenneté. Si l’on entre dans des considérations ethnicistes, on va, forcément sur des récifs surlesquels la Nation peut se briser et je pense que le principe de l’Ivoirité a été un très mauvais principe. Il faut revenir sur la Constitution ivoirienne.

La France, votre pays a –t-elle eu le bon comportement dans ce conflit ?

Je pense que la France ne fait rien en dehors du cadre de l’ONU. Il faut le rappeler, la France ne fait rien sans le mandat des Nations – Unies, d’une part . D’autre part, il fallait éviter une guerre qui aurait pu dégénérer en génocide. Je pense que c’est là, la justification de cette intervention qui encore une fois se place dans le cadre des Nations – Unies.

Qualifiez – vous de légitime défense l’attaque de l’armée française sur les forces ivoiriennes ?

Oui. C’est de la légitime défense. Si on tue des soldats qui sont dans une mission de paix, je dirai, il faut bien réagir.
Le Président Gbagbo a acheté des avions dans les pays de l'Est, et ces avions ont quand même bombardé des positions dites Forces Nouvelles, ensuite françaises. Il fallait bien réagir. C’est très difficile de ne pas réagir.

Nous ne sommes pas en guerre contre les Ivoiriens ni du Nord, ni du Sud. Il faut arriver à trouver les voies de la paix. Et je pense que la paix passe par une élection qui ne serait pas contestée parce qu’il n’exclura aucun candidat. Le grand reproche qu’on peut faire aux dernières élections qui ont été organisées par le Général Gueï, c’est que pratiquement elles éliminaient plusieurs candidats en particulier Alassane Ouattara donc voilà. Nous sommes en présence, d’un problème récurrent, je dirai un cercle vicieux. S’y ajoute l’opposition traditionnelle des zones sahéliennes plutôt musulmanes, des zones côtières plutôt animistes, chretiennes…

Voulez – vous dire que le Président Gbagbo est mal élu?

Eh bien, si vous voulez l’élection qui est survenue a prêté à contestations. Il était le premier à contester les résultats qui étaient proclamés et qui annonçaient la victoire du Général Gueï. Je ne sais pas si vous vous rappelez le film. Donc, ensuite il a été déclaré élu.

On parle de mercenaires israéliens en Côte d’Ivoire. De plus en plus les jeunes sont formés aux USA et en Grande Bretagne. Avec cette crise et son lot de ressentiments , n’avez – vous pas peur de l’avenir même de la Francophonie. La France ne perd – elle pas petit à petit son Afrique ?

L’Afrique est constituée d’Etats indépendants. La France ne peut que souhaiter le développement de ces pays. Je pense que, c’est à l’expérience et sur la longue durée que les Africains jugeront où sont leurs véritables amis. Donc, je fais confiance au bons sens et à l’esprit de modération. Je pense qu’il est très facile de céder à des ressentiments plus ou moins justifiés, mais dans le temps long, peut être les Africains s’apercevront que la France est leur véritable amie.
On ne peut pas bâtir l’avenir d’un pays sur la base de ressentiments. Concernant, Israël, ce pays a droit à l’existence. Cependant il y’a un problème pendant qui est celui de la Palestine.

J’ai toujours été favorable pour un Etat palestinien. C’est la position française et qui est largement aujourd’hui partagée. Mais il ne faut pas poser ça en termes d’antagonisme et d’affrontement. Je crois que l’Histoire a existé. Il ne faut pas la nier. Elle a toutes les ombres que nous savons. Elle a également quelques lumières. Heureusement, mais il faut dépasser ces situations et regarder vers l’avenir.

L’avenir des peuples d’Afrique, c’est eux – mêmes qui doivent le maîtriser. Le maîtriser raisonnablement car on ne peut pas construire l’avenir sur la base de la passion ou du ressentiment. Ce ne sont pas des ressentiments qu’il faut cultiver. Au contraire, il faut les dépasser et avoir une vision ouverte. Il est normal que l’Afrique ait des rapports avec plusieurs pays.

Historiquement la France a été présente au moment de la colonisation. Aujourd’hui l’Afrique peut diversifier ses relations et la France n’a rien à y redire. Chaque pays a sa propre lecture des évènements.

Prospos recueillis par EGWN