Ont collaboré à ce numéro

 M. Amadou T. WONE
 M. Samba SY
 Mamadou Kassé
 Mme Elisabeth Ducrey
 Mme Fatimata DIALLO
 NATIONS UNIES
 OMS
 PALEO FESTIVAL
 Prof. Makane MBENGUE
 UNIS
 Zimix Festival

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye ·

Responsable Informatique
· Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La Rapporteuse de l'ONU contre le racisme a alerté contre un « retour de bâton ».


La répétition à la limite de la banalisation de l'assassinat de Noirs par des policiers aux Etats-Unis et récemment de migrants sub sahariens à Ceuta et à Melilla résonnent très fort au Conseil des droits de l'Homme qui se réunit actuellement à Genève.  Professeure Tendayi Achiume, la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, a tenu un discours puissant dénonçant la persistance des inégalités et l'impact négatif du racisme anti Noir sur l'atteinte des objectifs des Nations Unies sur le développement durable.  
 
En 2020, à la suite du meurtre de George Floyd, de Breonna Taylor et d'autres, la communauté internationale a assisté à un soulèvement transnational sans précédent pour la justice raciale. Ce soulèvement a déclenché des processus de transformation menés par des défenseurs de la justice raciale qui ont mis en évidence la nature historique et systémique du racisme et ont ouvert la voie à la réparation de ces injustices. Or, immédiatement après les soulèvements en faveur de la justice raciale, certains gouvernements ont réagi par la violence et les représailles à l'encontre de ceux qui s'exprimaient en faveur de la justice.

C’est ce qu’a observé, le mardi 5 juillet, devant le Conseil des droits de l’homme, Mme E. Tendayi Achiume, professeure de droit et directrice de la faculté du Promise Institute for Human Rights à l'Université de Californie à Los Angeles, avant d’alerter contre un « retour de bâton » à l'échelle mondiale contre la justice raciale et ses défenseurs – notamment les défenseurs des droits humains des autochtones et de ceux appartenant à des groupes marginalisés sur le plan racial et ethnique.

Professeure Achiume a également souligné que la pandémie de COVID-19 avait mis en évidence et aggravé certaines hiérarchies raciales et ethniques – avec notamment ce que l'on pourrait décrire comme un « apartheid vaccinal ».