Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

EDITORIAL: "TIRAILLEURS SENEGALAIS"

Publié le, 31 août 2004 par

Le voile se lève sur l'Invisibilité de l'Histoire, la Négativité, le Déni, et le Secret d'Etat

Pourquoi tant de secrets, d'oublis, de mémoire sélective, de rupture mémorielle provoquée pour enterrer la contribution de l'Afrique à la liberté de l'Humanité bafouée par la folie d'un homme passionnément délirant et extraordinairement puissant. Face à la terreur d'Hitler, les Africains ont répondu dès l'aube à l'appel du Général de Gaulle, héros de la France libre. Allons nous réveiller le Gouverneur Félix Eboué.

Mais plus on se rapprochait de l'Allemagne, plus leur effectif diminuait. 20.000 soldats seront démobilisés. On arrivait ainsi à un blanchiment des troupes au moment où l'histoire s'accomplissait. On avait éliminé, annonce Benjamin Stora, de la mémoire, la participation des " tirailleurs sénégalais". Pourtant, au nom de la République et de ses fondements : Liberté, Egalité, Fraternité, nos Pères les " Tirailleurs Sénégalais " armés d'humanité et de loyauté ont accompli leur part pour la liberté du Monde par un acte sacrificiel rédempteur.

BENJAMIN STORA, Ecrivain, Spécialiste du Maghreb Arabe

Présent à Genève à l'occasion d'un colloque organisé les 3 et 4 septembre par la Croix rouge sur " L'histoire comme arme de guerre : l'instrumentalisation du passé en situations de crise", Benjamin Stora, spécialiste de renommée internationale, écrivain, professeur des universités, a accordé à " Continentpremier" cette interview exclusive où il parle de l'injustice faite aux " Tirailleurs Sénégalais ", de même il donne son avis sur la décision chiraquienne de faire d'Alger la Capitale de la France libre. Il analyse par ailleurs les enjeux de la présence de Jacques Chirac le 1er novembre 2004 à Alger date marquant au demeurant, le cinquantième anniversaire de l'acte fondateur de la Nation algérienne.

"JE ME SENS SOLIDAIRE AVEC LES TIRAILLEURS"

Publié le, 31 août 2004 par

Monsieur RAYMOND LEGRAND, Officier de l'armée française en Algérie

(BLONAY - Vaud - Suisse). " Le paradoxe d'un pays comme la France, c'est d'avoir un comportement colonial qui différenciait les Blancs et les Noirs, mais qui quand elle ouvrait les portes de l'armée, l'ouvrait de manière assez démocratique. Sur 700 élèves officiers de ma promotion, il y avait 12 à 20% d'Africains du Nord et d'autres de l'Afrique Occidentale Française et de l'Afrique Equatoriale Française" nous renseigne M. Legrand. A l'école des officiers, notre interlocuteur, a partagé, la même promotion que l'actuel ministre français des anciens combattants, M. Hamlaoui Mekachara, de même qu'avec des Africains de diverses origines.


LE VIEUX NEGRE ET LA MEDAILLE

Publié le, 31 août 2004 par

Par Abibou Diallo, Responsable Desk Afrique

Dans l'histoire contemporaine française, très peu de place a, jusqu'à présent, été réservé au rôle des troupes coloniales (africaines et asiatiques), durant les deux guerres mondiales. La mention de ces troupes dans les livres scolaires et d'histoire tient une part congrue, voire inexistante dans bien des ouvrages dits " officiels ". Il est vrai que la construction d'une histoire officielle nationale est souvent largement sélective et la France n'échappe pas à la règle. Bien des pages sombres de l'histoire récente française (colonisation, politique des travaux forcés, gouvernement de Vichy, déportation des juifs, guerre d'Algérie…) ont pendant longtemps été victime d'une amnésie collective et étatique. Le " devoir de mémoire " (terme très à la mode dans les médias hexagonaux) est remplacé dans ces cas là par le " devoir de l'oubli " : cachez-nous ces événements que nous ne saurions voir !

Par Renat Künzi
(Traduction: Isabelle Eichenberger)
SWISS INFO (www.swissinfo.org)

"L'Initiative de Genève, lancée en 2003 avec le soutien logistique et financier de la Suisse, a prouvé qu'il existait dans la société civile des deux camps des gens prêts au compromis", a déclaré Micheline Calmy-Rey.


©photo: ATS

Zoom sur le programme " Roll Back Malaria " (Faire reculer le paludisme).

Par Cécile Quan et EGWN.

Les espoirs affichés par les pays africains ( 44 sur les 50 états impaludés) au Sommet d'Abuja en avril 2000, visant à réduire de moitié la mortalité due au paludisme d'ici à 2010, faisant écho aux Objectifs du Millénaire seront - ils atteints ? Comment sortir de la banalisation des maladies comme le paludisme.? Connu, étudié, le paludisme, " maladie négligée ", pour reprendre Awa Coll Seck, directrice exécutive du Programme " Roll Back Malaria " (Faire reculer le paludisme), décime l'enfance africaine, abrège le rêve des femmes en grossesse et coûte une perte sèche de 12 milliards de dollars américains à nos pays alors qu'une petite portion de cette somme investie dans la prévention, le traitement et la recherche, permettrait d'éradiquer définitivement la maladie.


Pr. Awa Coll Seck

Erosion globale des droits qui ont été acquis depuis de longues années, plus précisément après la seconde Guerre mondiale. Tel est le constat le plus plausible après les évènements tragiques du 11 septembre 2001 qui ont démontré toute la vulnérabilité de la Première Puissance mondiale mais aussi mis à nu la cruauté humaine et le barbarisme du fanatisme idéologique. Le terrorisme est un scandale planétaire sans commune mesure. Il doit être combattu très clairement. Cependant, il serait illusoire de mettre un terme à cette folie en faisant fi de la dignité humaine. En se recroquevillant sur le prétendu choc ou guerre des civilisations. L'Occident casse ainsi, le miroir démocratique, qu'il offrait au reste du monde. N'avons nous pas mieux à offrir aux générations futures ?

"Les Africains doivent maintenir la pression à l'OMC"

M. Nicolas IMBODEN, Directeur de la chambre du Commerce et de l'Ong IDEAS.
Par El Hadji Gorgui Wade NDOYE

GENEVE - L'initiative sectorielle sur le coton, n'était pas inscrite dans l'agenda de Doha pour le développement de novembre 2001. Les subventions à l'exportation et les subventions internes des pays riches faussent le jeu d'un commerce équitable, en entraînant, avec elles, la misère de plus de 10 millions de pauvres africains qui, sans leur produit ( le coton), sont exclus de la carte commerciale du monde. Avec les Africains, des Suisses ont préparé les instruments de la lutte qui devaient amoindrir la gourmandise des USA et de l'UE qui depuis des siècles n'ont fait que se partager le marché africain sans aucun soucis des intérêts des populations africaines.


"Continentpremier" le plus panafricain de vos magazines, s'est rendu à la rue de l'Arquebuse 10, siège de l'ONG IDEAS pour comprendre l'histoire du coton africain. M. Imboden nous dévoile la genèse du " Dossier Coton " et donne ses appréciations des négociations menées par les Africains à l'OMC.

Educational challenges in the 21st century

Publié le, 31 août 2004 par

By Cecilia Braslavsky
Secretary-General of the 47th International Conference on Education.

Before the impending celebration of the International Conference on Education (ICE) - which is a world summit of Ministers of Education - its general secretary explains here her point of view about the type of training that should be given to young people and underlines the uncertainties with which decision makers are confronted, suggesting a different strategy to the usual normative beliefs in similar events.

Par Martin Smedjeback*, Secrétaire à la non-violence de la "Swedish Fellowship of Reconciliation".

Maya (20 ans) et Lior (18 ans), ont toujours vécu en Israël. Elles appartiennent au même peuple, ont une histoire commune, ont fréquenté le même genre d'écoles. Pourtant, leurs vies ont pris des orientations tout à fait différentes. Tandis que Maya cirait ses chaussures militaires dans un cantonnement de Gaza, Lior manifestait contre le mur. Mais ces deux femmes partagent le même rêve: que la paix règne un jour entre Israéliens et Palestiniens.

GENEVE - La Communauté internationale refuse -t- elle de secourir l'Afrique de l'Ouest envahie par les criquets. Le Monde s'endort tranquillement au moment où des criquets envahissent l'Afrique de l'Ouest. Le risque d'invasion généralisée est toujours présent et cela d'autant plus que malgré des appels renouvelés, la FAO n'a pas réussi à couvrir la somme demandée à la Communauté internationale (100 millions), puisque actuellement seul un tiers de l'appel semble avoir été couvert. Lors d'une conference de presse téléphonique Annie Monnard de la FAO (Rome) a précisé aux journalistes basés à Genève que l'argent récolté jusqu'à présent ne permet pas de donner un coup d'arrêt à l'invasion mais réduira au meilleur des cas les conséquences négatives sur les cultures.

Nuées de criquets pèlerins au-dessus des terres agricoles dans la zone semi-aride située au sud de la Mauritanie, près de Kaedi.
(Photo: FAO/G. Diana)

By Katherine MARSHALL, The World Bank.

(MILAN - Italy)-The 2004 Sant'Egidio meeting opened under the shadow of the Breslan tragedy: the very first speaker was the Orthodox Bishop from the Ossetia Region (Feofan Azhurkov) who brought a vivid personal testimony of the unfolding events, with a passionate denunciation of terrorism as a weapon for any cause. It closed as a second shadow took shape, the kidnapping of two young Italian women, humanitarian workers in Iraq. The problems of HIV/AIDS and the threats to Africa were at the center of much discussion. The dangers of our world today were close and vivid.

Ce mois, nous avons le plaisir de vous annoncer la création d'une nouvelle rubrique intitulée Bashô, en référence à cet illustre poète japonais du XVII siècle. A l'instar de ses haikus qui célèbrent la fugacité de la vie, cette rubrique souhaite partager l'instantané d'un auteur qui a été ému, révolté ou illuminé par un événement, un incident, une rencontre… sous un format ouvert à toutes les formes d'expressions. Nous ouvrons nos colonnes à nos lectrices et lecteurs, car nous estimons qu'un journal ne se résume pas seulement à la diffusion d'information et d'analyses. C'est également un médium qui peut favoriser l'éclosion de talents, dans un style libre qui permet l'échange et l'expérimental, alimentant ainsi la réflexion collective par le biais de canaux diversifiés. Vous avez été en vacances, vous voulez recréer le monde sans violence, vous avez tout simplement envie de vous faire lire, cette rubrique vous appartient. Nous espérons que cette tentative sera le début d'une aventure commune où puissent s'exprimer l'éventail de toutes les richesses et sensibilités.

Veuillez envoyer vos contributions à : Cécile Quan : c.quan@continentpremier.com