Ont collaboré à ce numéro

 Amb. Coly SECK
 ECOFIN
 FIFDH
 Jean-Pelé FOMETE
 M S F
 NATIONS UNIES
 RABIA

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

 Le produit intérieur brut (PIB) du Nigeria a enregistré une progression de 1,93% en 2018, contre 0,82% en 2017, atteignant ainsi son plus rapide taux de croissance, depuis la récession qui a frappé l’économie de ce pays d’Afrique de l’Ouest en 2016, selon des données publiées, le 12 février, par le Bureau national des statistiques (NBS).

La croissance économique enregistrée durant l’année écoulée est légèrement inférieure au taux de 2% prévu par le gouvernement, a-t-on précisé de même source.

 Ce redressement économique s’explique essentiellement par le dynamisme du secteur pétrolier, dans un contexte de remontée progressive des prix du brut.

« La croissance de l’économie nigériane s’est accélérée pour atteindre 2,4% au quatrième trimestre 2018, mais la contribution du secteur non pétrolier est restée très faible », a commenté John Ashbourne, économiste principal chargé du suivi des marchés émergents chez le cabinet de recherche londonien, Capital Economics, cité par Reuters.

« Les bas prix du pétrole pèseront sur la croissance en 2019, mais les perspectives à long terme dépendent fortement des résultats de l'élection présidentielle du samedi 16 février », a-t-il ajouté.  

La présidentielle nigériane devrait être marquée par un duel serré entre le président sortant Muhammadu Buhari et l’ancien vice-président, Atiku Abubakar.  

Source: ECOFIN