Ont collaboré à ce numéro

 CIO-Lausanne
 Fondation Merieux
 GHI
 Handicap Internation
 M. Adama DIENG
 M. Al Amine KEBE
 M. Jean P LACROIX
 M. Mankeur Ndiaye
 M. Zak Alfa Jallow
 Min., Alioune SARR
 OMS
 ONU
 Pdt MACKY SALL
 UEMOA
 UNISDIR

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com


Palais des Nations-Unies (Genève)- Interpellé par « Le Soleil » de Dakar sur le renvoi des casques bleus sénégalais de la Mission de maintien de la paix au Darfour « pour unmanque demoyens et des armements défectueux », selon des rumeurs relayées dans la presse, Jean-Pierre Lacroix qui s’entretenait avec les journalistes accrédités aux NationsUnies, très surpris par de telles allégations, a rétorqué que « le retour du contingent sénégalais fait suite à une décision de l’Onu de réorganiser la mission, maisil n’a aucun lien avec de telles affirmations ».

Le retour au Sénégal du contingent (Sen Fpu 2) déployé au Darfour, au Soudan, est « la résultante de la décision de l’Onu qui a entamé un processus de réduction des effectifs présents au Darfour », martelait la Police nationale dans un communiqué à la suite de rumeurs malveillantes. Outrée, la Police sénégalaise soulignait avec force : « Contrairement à certaines informations véhiculées dans la presse et qui soutiennent que le retour au Sénégal du contingent (Sen Fpu 2), précédemment déployé au Darfour, a été motivé par un manque de moyens, la Police nationale tient à préciser que ce fait est la résultante de la décision de l’Onu qui a entamé un processus de réduction des effectifs présents au Darfour ». 


Contrairement aux idées reçues, c’est « le pays qui envoie ses troupes qui les paie, qui fournit les armes, les véhicules et les uniformes », a déclaré au «Soleil» la Mission de maintien de la paix contacté depuis le Darfour. En déplacement à Genève, Jean Pierre Lacroix qui a ses bureaux à New-York précise que les États avancent des moyens et sont ensuite remboursés par l’Onu. C’est donc un effort global des États. Pour le Darfour, l’Assemblée générale note, dans un document dont nous avons copie : « 97 États membres seulement ont versé l’intégralité de leurs contributions statutaires », ainsi a-t-elle prié « instamment tous les autres, en particulier ceux qui ont accumulé des arriérés, de verser les sommes dont ils demeurent redevables ». 14 opérations de maintien de la paix En réalité, l’Ag de l’Onu, « s’inquiète de la situation financière des opérations de maintien de la paix, en particulier de son incidence sur le remboursement des pays qui, ayant fourni des contingents, ont à supporter une charge supplémentaire du fait des arriérés dont sont redevables certains États membres ». Notons que l’Onu compte actuellement 14 opérations de maintien de la paix.  

Constatant la faiblesse du financement de certaines opérations, l’Assemblée générale a suivi les recommandations de sa Cinquième Commission chargée des questions administratives et budgé- taires et a doté les opérations de maintien de la paix de l’Onu d’un budget de 6,8 milliards de dollars pour la période allant du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. C’est la somme exacte de 6 milliards 797 millions de dollars que l’Assemblée générale a dé- bloqué pour 14 opérations de maintien de la paix dont trois totalisent à elles seules la moitié de ce montant, souligne une source onusienne.

Les missions en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud et au Mali hé- ritent chacune de plus d’un milliard de dollars. Des 14 opérations, seule la Force intérimaire des NationsUnies au Liban (Finul) a fait l’objet d’un vote. Dotant la Force d’un budget de 513,5 millions de dollars, la résolution, qui souligne une nouvelle fois qu’Israël est tenu de payer la somme de 1,1 million de dollars correspondant aux dépenses occasionnées par les faits survenus à Cana le 18 avril 1996, a été adoptée par 137 voix pour et l’opposition du Canada, des États-Unis et d’Israël. La lumière apportée par le patron du Maintien de la Paix au sein du système international devrait apaiser les Sénégalais qui sont au 7ème rang mondial des pays contributeurs de casques bleus. Pour le maintien de la Paix dans le monde, le Sénégal qui dé- ploie ses moyens financiers, son savoir faire diplomatique et technique au nom de la solidarité internationale et au nom de ses engagements internationaux et de son lourd héritage d’un État de droit pour contribuer à la paix universelle, demeure un pays plus qu’exemplaire ! Au Darfour, comme ailleurs !