Ont collaboré à ce numéro

 CIO-Lausanne
 Fondation Merieux
 GHI
 Handicap Internation
 M. Adama DIENG
 M. Al Amine KEBE
 M. Jean P LACROIX
 M. Mankeur Ndiaye
 M. Zak Alfa Jallow
 Min., Alioune SARR
 OMS
 ONU
 Pdt MACKY SALL
 UEMOA
 UNISDIR

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1202 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 203 61 62

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

La Suisse capitale mondiale pour la réduction des risques climatiques.

Publié le, 17 octobre 2017 par M. EL HADJI GORGUI WADE NDOYE

 

En mai 2019, tous les regards seront tournés, à nouveau, vers la Suisse, probablement vers Genève qui réunira près de 10.000 personnes au chevet de notre climat. Notre environnement subit des coups durs à cause des catastrophes mais également de mauvais choix politiques aux conséquences désastreuses.

La croissance urbaine sera encore plus importante d'ici 2050 avec 9 milliards d'humains sur la terre et principalement dans les villes (75%). Les coûts des catastrophes sont aujourd'hui de 520 Billions de dollars par an globalement selon la Banque mondiale et il faut  inverser la courbe car elle ne cesse d’augmenter et affecte d'abord les plus vulnérables. Les catastrophes climatiques augmentent le nombre des migrants. On soutient même qu’il y a un lien entre le terrorisme et le changement climatique ! 

Selon le mandat qui lui est confié par l’Assemblée générale de l’ONU, le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDIR), qui est le secrétariat de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes, basé à Genève, a organisé trois conférences mondiales au Japon (Yokohama en 1994, Kobe en 2005 et Sendai en 2015). S’y ajoutent, tous les deux ans, depuis 2009, des plateformes globales organisées à Genève. La première Plateforme/conférence pour la réduction des risques de catastrophes, en dehors du bout du Lac, a eu lieu à Cancun du 22 au 26 mai 2017. « Le Mexique a beaucoup d'expériences en matière de réduction des risques de catastrophes depuis le tremblement de terre de 1985, surtout en systèmes d'alerte et instruments financiers (Fonden)», justifie l’Australien Robert Glasser, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et patron de l’UNISDIR. Cinq mille (5000) personnes étaient du 22 au 26 mai à Cancun dont onze Chefs d’Etat, cinquante ministres, aussi de hauts représentants des Petits Etats Insulaires en Développement (PIED), des CEOs, des membres de la société civile...pour se mettre au chevet de notre planète et sauver des vies. A Cancun, gouvernements, société civile, privés ont mené la réflexion sur des objectifs "e" du Cadre de Sendai (Mars 2015) qui veut que tous les pays aient des politiques et des législations nationales de réduction de risques de catastrophes en place  avant 2020.En outre, les délégués se sont penchés sur comment réduire les coûts économiques des catastrophes qui dans certains pays atteignent plus de 25% du produit national brut. Cas de Haïti ! Le secteur privé est très présent dans les discussions car 80 pour cent des investissements urbains sont mis en place par ce secteur. « Il faut trouver une façon de travailler avec les secteurs privés et publics pour réussir la résilience », confie M.Glasser. 

Le retour en Suisse s’annonce comme un moment décisif pour sauver l’Humanité !