Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Papa Diadji Gueye

Existe-t-il des sièges pour « gens de couleur » et des sièges pour « gens transparents et incolores » dans les bus de transport en commun à Genève ? L’observation du comportement des passagers dans les bus TPG (Transport Public Genevois) semble traduire une distance imperturbable entre les africains et les indigènes, ce qui soumet à rude épreuve les politiques d’intégration préconisées par les autorités. Que peuvent bien valoir les lois protectrices et les normes sociales au sanctuaire de la dissidence lorsque les prescriptions fédérales ne sont pas retranscrites en acte et adoptées par la population locale ?
L’Afrique du Sud d’avant 1994 a ployé sous la circulation des autocars de transport en commun avec un espace pour blancs et un espace pour noirs. Au pays de l’Oncle Sam d’avant 1954, particulièrement dans les Etats du sud, un phénomène analogue a scandé le quotidien d’une population mixte pendant des lustres. Aurait-on voyagé dans le temps pour atterrir sur une Genève internationale devenue sans pigmentation ? Il semblerait qu’à l’heure où l’Internet, la photo numérique, le téléphone sans fil et l’ordinateur portable sont devenus vieux jeu, le dialogue des cultures et la révolution civilisationnelle ne soient encore qu’utopie. Pour se déplacer en bus TPG les africains ne cessent d’assister au spectacle inavouable de la mise au ban par une bonne part des nationaux et d’une prudence injustifiée, lorsqu’ils prennent place sur des sièges conçus pour plusieurs. Sont-ils pour autant mal fagotés et épouvantables, revêches et patibulaires inspirant dégout par instinct ?