Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

 

Mme Aminata Mbengue Ndiaye, ancienne ministre de la condition féminine du Sénégal et membre en exercice de l’Assemblée nationale du Sénégal, a été nommée rapporteur de la conférence des parlementaires sur les MGF.

À l’issue de la réunion, elle s’est rendue dans le village de Ker Simbara où elle a rencontré les hommes, les femmes et les responsables traditionnels et religieux de cette communauté pionnière qui a décidé d’abandonner la pratique de l’excision.

 

Par Luisa BALLIN, rédactrice en Chef « Le Monde des Parlements ».

Elles sont trois jeunes étudiantes. Très belles et particulièrement attentives aux mots que des hommes et femmes politiques, des médecins et des travailleurs sociaux prononcent ce soir-là à l'Hôpital cantonal de Genève.

Parmi elles, un jeune homme, visiblement ému. Les questions pertinentes que posent ces jeunes Somaliennes à la fin des interventions nous laissent deviner leur secret.

 

Pr Aoua Bocar Ly, Chercheuse associée à l'Institut d'études des femmes de l'Université d'Ottawa

(Canada) - Si, dans les années 80, l'Amérique du Nord (États-Unis, Canada) n'avait que de vagues échos de la pratique des mutilations génitales féminines (MGF) lui venant de l'Europe, il n'en sera plus de même dans les années 90 avec l'arrivée massive des immigrantes africaines.

En effet, le Conseil du statut de la femme du Québec (1995) et plusieurs chercheurs s'accordent sur le fait que les MGF sont devenues un nouveau problème de santé au Canada et au Québec. Car, au delà du risque de la perpétuation de ces pratiques sur les fillettes néo-québécoises, la plupart des femmes adultes originaires de pays «excisants» ont déjà subi l'opération avant leur arrivée.