Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

« On doit arrêter de dire que le mariage forcé, c’est l’affaire des gens venus d’ailleurs ». En Occident, « le mariage forcé est un sujet tabou dont on a peur de parler. Certains responsables politiques ont peur d’être taxés de racistes alors qu’ils se doivent de protéger tous les citoyens» constate Leila. En 2004, elle a publié à Oh Editions « Mariée de force », un livre autobiographique très touchant et poignant, qui fut un best-seller. Leila sera régulièrement l’invitée de la presse de l’Hexagone. Cinq ans après, elle revient avec nous sur son livre en constatant amère que l’Etat français ne bouge pas face à la gangrène des mariages forcés. « C’est l’affaire des autres », dit-on alors que cela se passe aussi ici en Europe. Les médias ont beaucoup parlé du procès du Pakistanais Mushtaq Amer Butt, 28 ans, condamné à 20 ans de prison pour avoir brûlé à 60% son ex-petite amie Chahrazad Belayni, âgée de 21 ans qui avait refusé sa demande en mariage en novembre 2005. Un mois auparavant le mariage forcé, défrayait encore la chronique avec l’affaire de la fille Iranienne de 10 ans mariée et déjà divorcée. Cet entretien remet les pendules à l’heure en suggérant plus l’action que les gesticulations.