Ont collaboré à ce numéro

 Amb. Fodé Seck
 Asepex
 Boubacar Boris Diop,
 Catherine Morand
 Dr Cheikh T. Gadio
 M. Ibrahima Faye
 Mamadou Kassé
 Opus One Genève
 Pr Albert Bourgi
 Pr Malick Ndiaye

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

«LES FANTASMES MEURTRIERS DE L'ETHNOLOGIE COLONIALE»

Publié le, 04 décembre 2012 par Africultures

Dans cet entretien initié par Bhakti Shringarpure, rédactrice en chef du magazine Warscapes, Boubacar Boris Diop et Scholastique Mukasonga échangent librement sur la place du génocide rwandais dans Notre-Dame du Nil. Mais cette discussion est aussi l'occasion de mettre en résonance l'œuvre d'une écrivaine de la diaspora rwandaise avec le regard d'un écrivain sénégalais. Boubacar Boris Diop, dont la trajectoire éditoriale atteste d'une grande ouverture vers les autres pays africains, fait preuve d'une conscience aiguë de l'importance que le génocide rwandais occupe dans la mémoire du continent : en 1998, il participait au projet Fest'Africa "Rwanda : écrire par devoir de mémoire" et publiait, par la suite, Murambi, le livre des ossements, une mise en fiction poignante du génocide rwandais.