Ont collaboré à ce numéro

 Ali Bin Al Hussein
 Amb. Bazhat Sh. KHAN
 Christiane TAUBIRA
 FIFA
 Francophonie
 IFSAO GENEVE
 LibresEnsemble
 M. Adama DIENG
 M.S.F
 Médiapart NOUMBELANE
 Mme Fatou TANDIANG
 Mme Michelle JEAN
 Ms Anoushka RAI
 NATIONS UNIES
 SENFPU 10
 UN HUMAN RIGHTS

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Le Prince Ali a rencontré le Président Macky Sall et le président de la fédération sénégalaise de football Augustin Senghor pour présenter son programme.  Le prince Ali Bin Al Hussein de Jordanie est considéré par certains observateurs comme le troisième homme mais il n’a pas dit son dernier mot. Lors d’une conférence au Club suisse de la Presse, à Genève, le Prince Ali a démontré tout son sérieux et s’est engagé à aider les clubs africains qui ne reçoivent que des miettes de la FIFA. Il a revendiqué sa part d’africanité du fait de son épouse algérienne. Ali qui avait à ses côtés le candidat libérien recalé a promis par ailleurs  de lutter fermement contre le racisme dans le football au delà des slogans.

(GENEVE-SUISSE)- « L'Afrique fait partie de ma vie quotidienne, le sang de ma famille. Ma femme est africaine et mes enfants peuvent revendiquer de ce fait l'héritage africain. Cette Afrique, à la forte et dynamique diversité culturelle occupe une place particulière dans mon cœur ». La déclaration d’amour du candidat Jordanien pour l’Afrique coule de source.

Le Prince Ali explique qu’il est le témoin de la passion que l'Afrique a pour le football. Dans le cadre de sa campagne pour devenir le nouveau Président de FIFA, dit-il : « j'ai voyagé largement à travers le continent et ai été un témoin privilégié de la passion africaine pour le beau jeu. C'est une passion que je partage avec les peuples de ce grand continent », a –t-il souligné. Le Jordanien dit d’ailleurs sur sa page Facebook : «  Si je suis élu président de la FIFA, je ferai mienne cette mission d'aider le football africain à grandir et à prospérer ». Et comme dans une profession de foi bien assumée, Ali dit à qui veut l’entendre : « Je ne vois aucune raison pour laquelle le Continent - Mère dont les enfants qui ont traversé terres et mers,  construisant de grandes civilisations, des villes et des communautés dans des temps préhistoriques ne peut-il pas aussi créer l'histoire sur les terrains de jeu !».

Dans 8 jours, le 26 février, à Zurich, le Prince Ali sera fixé. Pour l’heure il continue sa campagne et se veut serein

El Hadji Gorgui Wade Ndoye

FIFA : 5 CANDIDATS POUR UN FAUTEUIL

Publié le, 18 février 2016 par EL Hadji Gorgui Wade NDOYE

Le Congrès de la FIFA au cours duquel un nouveau Président sera élu, se tiendra le 26 février 2016 à Zurich, Suisse. Les cinq candidats retenus battent leur campagne. Dans 8 jours, sera connu le nouveau patron du football mondial qui remplacera Joseph Blatter.

(GENEVE-SUISSE)-  Après un long marathon, les candidats pour la présidence du football mondial devront jouer sur le terrain le 26 février prochain sous l’arbitrage du Congrès de la FIFA et ses 209 associations membres qui ont le droit de voter.

Le 9 novembre 2015, la Commission électorale ad hoc a accepté et a proclamé cinq candidats éligibles à la fonction de Président de la FIFA Le Congrès électif extraordinaire départagera les cinq candidats  retenus à la suite de la date limite d’envoi des candidatures qui a été fixée au 26 octobre 2015. Les candidats officiellement retenus sont: S.A.R. le prince Ali Bin Al Hussein de Jordanie (40 ans, il préside la Fédération de son pays. Candidat malheureux face à Blatter lors du 65ème Congrès, il est l’ancien vice-président de la FIFA (2011-2015). Cheikh Salman Bin Ebrahim Al Khalifa de Bahreïn (âgé de 49 ans, il est le président de la Confédération asiatique de football. Il a récemment reçu le soutien de la CAF). Considéré comme le favori, Il fut un fervent défenseur de l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Une attribution jugée douteuse et que pourraient perdre les Qataris si le Français et ancien diplomate Jérôme Champagne (57 ans), ancien secrétaire général adjoint de la FIFA est élu. En effet, Champagne « n’écarte pas l’idée d’un nouveau vote d’attribution du Mondial 2022 si des fraudes sont avérées ». Un clin d’œil aux Etats-Unis ? En tous les cas,  les Américains très actifs dans la traque de la corruption au sein de la FIFA, seraient en pôle position pour abriter cette coupe du monde ! Un autre candidat en pôle position, Gianni Infantin (45 ans, l’Italo-suisse est le secrétaire général de l’UEFA et serait le candidat de l’UEFA, la Confédération européenne qui misait sur Michel Platini disqualifié). Il propose d’élargir la Coupe du monde à 40 équipes (contre 32 actuellement).  Enfin un candidat issu d’Afrique et le plus âgé des cinq. Le Sud Africain, Mosimo Gabriel Sexwale dit Tokyo Sexwale, cet enfant de Soweto âgé de 62 ans, compagnon de cellule de Nelson Mandela, à Robben Island de 1977 à 1990, a présidé le comité antiracisme et antidiscrimination de la FIFA. L’ancien ministre sud africain est un homme d’affaires et combattant de l’ANC. On se demande pourquoi la CAF ne l’a pas soutenu même s’il n’a pas trop longtemps mouillé le maillot pour le football ?

Rappelons qu’au delà de l’élection très attendue du futur patron de la FIFA, ce Congrès discutera d’une série d’importantes réformes alors que l’image de la a été ternie par des affaires de corruption ayant entraîné notamment la suspension de son chef le Suisse Joseph Blatter et le patron du football européen le Français Michel Plaitini. Ces réformes incluent notamment le renforcement des enquêtes d’habilitation pour les membres du Comité Exécutif, l’introduction d’une limitation du nombre de mandats, des exigences accrues en matière de gouvernance, et ce à tous les niveaux de la pyramide du football, y compris au sein des confédérations et des associations membres, ainsi que la publication des rémunérations.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE.