Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

CANNES – ( Envoyé spécial de retour)- Ce sera certainement le dernier sommet de l’Histoire entre la France et ses anciennes colonies. La dernière conférence entre la France et ses Amis africains. Il y a eu des absents comme Laurent Gbagbo, Khaddafi, Abdoulaye Wade, mais la 24ème conférence des Chefs d’Etat de France et d’Afrique a eu un grand mérite. Celui d’être le Sommet des VERITES. Chirac aime l’Afrique, il a renouvelé sa Flamme à cette grande Dame, la plus vieille de l’Humanité qui a gardé malgré l’âge avancé, son charme et son élégance « un tiers des ressources minérales de la planète», rappelle Chirac.

Une belle Dot que l’Afrique tente de mettre aujourd’hui en valeur pour son propre développement. Vérités d’un Homme désigné comme « l’avocat de l’Afrique » par Abdoulaye Wade ou affectueusement « Chirac l’Africain » par Abdoul Aziz Boutéflikha. Vérité du Président Kufuor qui, au nom de l’Union Africaine, a fustigé l’image négative que véhicule la presse occidentale sur l’Afrique Mère.

L’AFRIQUE ET LA SOCIETE DE L'INFORMATION

Publié le, 30 mars 2007 par

Par Mamadou Diouf, History and CAAS, University of Michigan, Ann Arbor.

Il faisait partie des six personnalités invitées comme témoins par le Président Jacques Chirac à la 24ème Conférence des Chefs d’Etat de France et d’Afrique ( probablement le dernier sommet du genre entre la France et l’Afrique), Mamadou Diouf, écrivain, et éminent historien sénégalais, souvent désigné comme un politologue, a délivré cette réflexion en présence de son hôte qui n’a pas manqué de réagir. ContinentPremier.Com, vous propose ce texte en exclusivité.

CANNES – (France) - Lorsque l’on s’intéresse autant à la place qu’au rôle de l’Afrique dans la société de l’information – en train de se mettre en place ou déjà mise en place – il est nécessaire de faire un détour par les différentes représentations de l’Afrique sur la scène du monde. Celles-ci sont des images produites par les non-Africains mais aussi par des Africains. Elles se sont influencées et continuent de s’influencer, entretenant ainsi des relations très complexes dans un dialogue rythmé par des moments d’hostilité ou de complicité.

Par Thierry PERRET , Journaliste à RFI et écrivain

L’image de l’Afrique projetée à l’extérieur du continent constitue une préoccupation récurrente. Les Africains et nombre d’observateurs ne cessent de dénoncer une vision jugée trop souvent négative et réductrice qui, notamment à travers le prisme des médias, privilégie la perception d’une Afrique en état de crise permanente, soumise à des fléaux multiples (sida, pauvreté, instabilité, corruption...). Institutions internationales et organisations non gouvernementales ont souvent réfléchi à la question ces dernières années. Avec le lancement, en 1996, de l’Initiative spéciale des Nations unies pour l’Afrique (UNSIA), l’organisation mondiale avait mis l’accent sur la nécessité d’améliorer l’image de l’Afrique, intégrant cette dimension à sa stratégie de communication.