Ont collaboré à ce numéro

 CARI St-Laurent
 CGNews
 FIFOG
 Francophonie
 Labor et Fides
 M. Abdou DIOUF
 M. Asim Siddiqui
 M. El Hadji Diaw
 M. Emile P. W. DIOUF
 M. Gabriel Faimau
 M. Hamid FALL
 M. Mamadou BA
 M. Youssou NDOUR
 M. Zidane MERIBOUTE
 Me. Madické NIANG
 Mlle Véronique TAVEA
 OPUS ONE
 UNICEF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Théorie générale de la violence

Publié le, 07 mars 2010 par

Notre vision de la violence (et par conséquent celle de notre sécurité) se focalise sur les moyens par lesquels la violence s’exprime et se concrétise. Tout débat sur la sécurité tourne très vite à un débat sur des budgets et des moyens d’acquérir de la sécurité. On s’interroge peu sur les causes de la violence, et on essaie peu de comprendre comment celle-ci se développe, ou si l’on pourrait, plutôt que la priver de ses moyens d’expression, réduire sa propension à se développer. Les échecs s’accumulent. Les experts bafouillent. Les remises en question tardent.

Dans la lutte contre le terrorisme, on distingue "anti-terrorisme" et "contreterrorisme".

Une mesure anti-terroriste consiste par exemple à arrêter les membres d’une cellule terroriste, à surveiller des individus soupçonnés de terrorisme. Une mesure contre-terroriste a pour objectif de priver l’activité terroriste de sa raison d’être ou de ses conditions d’existence, par exemple en tentant d’isoler un groupe terroriste de la sympathie ou du soutien moral dont il bénéficie auprès d’une population. Dans cet esprit, je propose une approche de "contre-violence". On ne peut pas parler de sécurité sans comprendre la violence en tant que phénomène individuel et social. L’idée est de comprendre le phénomène de la violence dans le but de priver celle-ci de l’atmosphère dont elle se nourrit.