Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Le rapport 2007/2008 du Forum économique de Davos qui traite de la compétitivité économique des pays, place le Sénégal au 100ème rang sur 131 pays. A l’exception de la situation macro-économique qui est relativement bonne : une inflation qui se contrôle autour de 2%, une dette faible et un taux d’épargne relativement élevé, le Sénégal a enregistré des facteurs négatifs. Le déficit public cumulé en 2006 est de l’ordre de 5,6% du PIB. Ce qui est relativement élevé. La dette risque de se creuser. Il faudra dès lors contrôler les finances et prendre des mesures de bonnes gouvernances pour redresser la barre. Au niveau de la dimension macro-économique, le Sénégal engrange cependant certains points positifs se plaçant même au 58ème rang.

Par Edouard Pépin Taguedong, MBA spé Finance
Calgary, Canada

Email : Edtap235@gmail.com

L'ex-ministre de l'économie et des finances français Dominique Strauss-Kahn est nommé à la tête du FMI. L'Afrique a t-elle quelque chose à attendre de cette nomination ?

Après le grand oral des deux candidats au poste de directeur général du FMI le tchèque M. Tosovsky soutenu par la Russie et le Français Dominique Strauss Kahn candidat de l'union Européenne, L'élection de ce dernier n'est plus qu'une question de formalités. Comme lors de l'élection de son prédécesseur, les pays émergents et ceux en voie de développement fondent de nombreux espoirs sur la personne de Strauss Kahn. Que peut donc espérer l'Afrique de l'élection de cet autre Français à la tête de cette institution?