Ont collaboré à ce numéro

 CARI St-Laurent
 CGNews
 FIFOG
 Francophonie
 Labor et Fides
 M. Abdou DIOUF
 M. Asim Siddiqui
 M. El Hadji Diaw
 M. Emile P. W. DIOUF
 M. Gabriel Faimau
 M. Hamid FALL
 M. Mamadou BA
 M. Youssou NDOUR
 M. Zidane MERIBOUTE
 Me. Madické NIANG
 Mlle Véronique TAVEA
 OPUS ONE
 UNICEF

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Londres – Bas niveau scolaire et manque de réussite professionnelle, d’après les spécialistes, se rencontrent fréquemment parmi les jeunes musulmans britanniques. Selon la Joseph Rowntree Foundation, organisme bénévole indépendant qui se consacre au développement et à la recherche sociale, l’ascenseur social des musulmans britanniques monte moins vite que celui de leurs homologues hindous, chrétiens et juifs. Cette tendance se vérifie systématiquement partout en Europe, où les musulmans risquent trois fois plus le chômage que les autres.
Les musulmans sont, en Europe, un des groupes sociaux les plus repliés sur enclavés et les plus désavantagés au plan économique. Il est donc indispensable d’élever leurs aspirations, d’augmenter leurs chances de réussite et de faire que les jeunes musulmans soient partie prenante dans la société. Les mosquées et madrasas peuvent y aider.

Bristol (Angleterre) – Lors d'une conférence internationale sur « L'islam et les médias », organisée par le Center for Media, Religion and Culture à l'Université du Colorado (à Boulder) en janvier dernier, beaucoup de participants, dont moi-même, ont étudié les stigmates négatifs attribués par les médias à l'islam et aux musulmans, en particulier depuis le 11 septembre 2001 et les différents attentats terroristes organisés au nom de l'islam par des extrémistes et des militants agissant en marge de la communauté musulmane traditionnelle.