Ont collaboré à ce numéro

 Genève à Chaud
 Nations Unies
 UPF- Paris

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Commentaire du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein

GENEVE  - « Je condamne sans réserve le bombardement de deux camps de déplacés internes hier à Sarmada, dans le nord-ouest de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie. Ces campements de tentes étant installés sur place depuis plusieurs semaines et faciles à voir du ciel, il est extrêmement improbable que ces attaques meurtrières soient accidentelles. Il est beaucoup plus probable qu’elles aient été délibérées et constituent un crime de guerre. »

« Selon les rapports préliminaires des premiers intervenants, quelque 30 civils, dont des enfants, ont péri lors de cette attaque, et des dizaines de civils ont été blessés. De nombreuses tentes ont aussi été entièrement détruites. »

tyle type="text/css"> Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale a examiné le rapport périodique présenté par la Namibie sur les mesures qu'elle a prises pour donner effet aux dispositions de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale.
 
Présentant ce rapport, Mme Lidwina Shapwa, Vice-Ministre de la justice de la Namibie, a déclaré : « Le racisme est un refuge pour l’ignorant. Il cherche à diviser et à détruire. Il est l’ennemi de la liberté ; il mérite qu’on l’affronte et qu’on le déracine ». Elle a relevé que cinquante ans après l’adoption de la Convention, le risque de xénophobie et de racisme était toujours présent dans le monde contemporain, tout interconnecté qu’il soit, et qu’aucune région n’était immunisée dans ce domaine, comme on le voit actuellement avec l’exode de réfugiés, de migrants et le traitement de certaines minorités. Pour sa part, la Namibie veille à mener une politique de réconciliation nationale.