Ont collaboré à ce numéro

 CONTINENTPREMIER
 M. ADAMA DIENG
 MME Angèle DIABANG,
 MME Ngoné NDOUR
 NATIONS UNIES
 Novartis
 OMS
 OMS, ALERE
 PALEO FESTIVAL
 Pr.Amsatou S. SIDIBE
 RAUL PAZ
 Youssou NDOUR

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

SIDA : EN ATTENDANT LE VACCIN, L’AUTODESPISTAGE !

Publié le, 02 décembre 2016 par EL HADJI GORGUI WADE NDOYE

40% des personnes porteuses du VIH, soit environ 14 millions de personnes, ne le savent pas. Certes, le SIDA tue moins et pourrait encore être moins mortel si les porteurs du virus connaissaient leur statut. Simple : se dépister tout seul loin des regards, à la maison ! Gain ? Se faire soigner plus rapidement et éviter de transmettre le virus à d’autres individus sains. Le dépistage peut commencer déjà dès la naissance pour éviter et ou connaître rapidement la transmission mère enfant. L’OMS mise donc sur la responsabilité individuelle pour barrer la route au Sida qu’il faudra éradiquer en 2030 !

(GENEVE- SUISSE) -   Jusqu’à 70 % des partenaires de personnes séropositives pour le VIH le sont également. Actuellement, beaucoup d’entre eux ne se font pas dépister. Les nouvelles lignes directrices de l’OMS préconisent des moyens d’aider les personnes séropositives pour le VIH à prévenir leurs partenaires et à les encourager à se faire dépister.

La couverture du dépistage du SIDA demeure faible dans certaines « populations clés » et leurs partenaires, en particulier les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, les travailleurs du sexe, les personnes transgenres, les personnes qui s’injectent des drogues et les prisonniers, qui représentent environ 44 % des 1,9 million de nouvelles infections par le VIH chez l’adulte survenant chaque année. 

 

 

Un partenariat innovant visant à améliorer l’accès aux médicaments dans les pays à revenus faible ou intermédiaire a été lancé, le 9 novembre 2016, au Parlement européen, quelque peu assombri par les résultats des élections aux USA. Sous la pluie d’incertitudes, quelques éclaircis chargés d’espoir sont portés par des membres du Parlement européen et Novartis qui s’allient pour un accès amélioré aux médicaments pour les pays à revenu faible ou intermédiaire.

BRUXELLES – (Belgique)- Novartis Access est une initiative qui met à disposition 15 médicaments traitant des quatre maladies dont le cancer du sein, le diabète et les maladies cardio-vasculaires au prix de 1 dollar par patient et par mois. Le projet a été lancé au Kenya, il y a un an, mais Novartis prévoit d’étendre le programme à une trentaine de pays dans le but d’aider jusqu’à 20 millions de personnes à travers le monde. Une initiative saluée par l’Union européenne.

 

Ces MNT se développent surtout dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires, qui recensent près de 80% des décès dus à ces maladies. Elles sont les premières causes de mortalité, sauf en Afrique. Cependant, selon les projections actuelles, ce continent devrait enregistrer d’ici 2020 la plus forte augmentation du nombre de décès dus aux MNT. Et d’ici 2030, les MNT y deviendront la cause de mortalité la plus courante.