Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

POLITIQUE SUISSE À L'ÉGARD DES ÉTRANGERS

Publié le, 30 juin 2004 par

Objectifs de la politique du Conseil fédéral à l'égard des étrangers

L'ordonnance limitant le nombre des étrangers du 6 octobre 1986 définit une politique des étrangers centrée sur trois objectifs:

  • assurer un rapport équilibré entre l'effectif de la population suisse et celui de la population étrangère résidante;
  • créer des conditions favorables à l'intégration des travailleurs étrangers résidant en Suisse;
  • améliorer la structure du marché du travail et assurer un équilibre optimal en matière d'emploi.

Dans son Rapport sur la politique à l'égard des étrangers et des réfugiés, du 15 mai 1991, par lequel il introduisait le modèle des trois cercles (abandonné fin 1999), le Conseil fédéral définissait les objectifs de sa politique envers les étrangers comme suit:

Par Cécile QUAN et Egwn

En moins de six ans, entre 1998 et 2004 le tandem Brunson McKinley – Ndioro Ndiaye, mène le combat de l’universalisation de l’organisation internationale de la migration. Le nombre de pays membres a passé de 80 à 105.
Mme Ndioro Ndiaye, professeure agrégée d’odontologie et ancienne ministre sénégalaise, présentée comme la « candidate de l’Afrique » est réélue récemment au poste de directrice adjointe pour un mandat de cinq ans. Elle a en charge les régions d’Asie, de l’Amérique du Nord, de l’Europe dans des secteurs où le directeur général l’Américain Brunson Mckinley a tracé les lignes de force en apportant une pierre parcellaire dans l’action générale de l’organisation.
Les deux directeurs généraux ont un mandat politique mais les fonctionnaires sont les véritables soldats de la migration, a déclaré Mme Ndiaye. Le staff opérationnel gravite autour du monde au nombre de 2500 à 3000 personnes dont 150 au siège à Genève.

Les chefs d’Etat et de gouvernement des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, réunis pour leur 4ème sommet à Maputo, République du Mozambique, les 23 et 24 juin 2004 ont adopté une Déclaration commune concernant différents thèmes dont les migrations et l’environnement. Les Chefs d’Etats notent avec inquiétude que les ressortissants des pays ACP font de plus en plus l’objet d’un traitement discriminatoire dans certains pays développés et d’autres pays et appellent par ailleurs au plan environnemental les Etats récalcitrants à signer le protocole de Kyoto.

«JE NE CONNAIS PAS LEPEN»

Par E.gwn

(GENEVE)- Régularisation collective des Sans papiers, intégration effective des étrangers, asile, financement des partis politiques suisses, Blocher répond à « Continentpremier ». On s’attendait à ce qu’il fasse exploser le « Conseil fédéral » après les révélations faites par la presse locale qui parlait de malaise au sein du Gouvernement fédéral. On s’attendait aussi à ce qu’il revienne sur son discours contre les étrangers. Rien de cela. La presse internationale a eu en face d’elle, un Homme d’Etat plein d’humours. C’est plutôt la presse qui se verra chargée « Les journalistes ont écrit des bêtises », se défend Blocher et d’ajouter « On m’a comparé à Heider et à LEPEN. Je suis un politicien libéral qui met en avant les intérêts de la Suisse». « Je ne connais pas LEPEN. Il est peut être même mieux que ce qu’en disent les journalistes».


Photo: Carole Reiss

INTERVIEW DE MADAME LA CONSEILLERE NATIONALE

Publié le, 30 juin 2004 par

« L’Intégration permettra à la Suisse de rester un pays de paix ».

Selon la Conseillère nationale LILIANE MAURY PASQUIER ( entretien)

Par Maman Astou

Vous êtes, l'exemple parfait de ce que l'intégration réussie peut donner au pays d'accueil. Vos ancêtres lointains sont des Africains, qui seraient même venus du Nord du Sénégal, aujourd'hui vous êtes une occidentale très fière. Est ce aussi la raison de votre engagement au sein de la francophonie pour le respect de la diversité culturelle?

Il est difficile de savoir pour quelles raisons l'on s'engage et quelles causes l'on défend et je ne peux donc pas vous dire si mon ascendance y est pour quelque chose. Mais je suis persuadée de la richesse de chaque culture et de l'intérêt de l'ensemble de l'humanité à laquelle j'appartiens de permettre le développement de toutes les cultures qui la composent.

LE COMMISSAIRE DE NEUCHATEL, OLIVIER GUENIAT, SUR LES TRACES DES DEALERS


Par Egwn
Vaste débat, il y a encore énormément de choses à dire sur le sujet hypercomplexe de la drogue et de la criminalité des étrangers. Le marché de la drogue est caractérisé par son dynamisme, sa souplesse et sa capacité à s’adapter à des contraintes changeantes. Le dernier rapport mondial sur la drogue informe que près de 185 millions de personnes, soit près de 3% de la population mondiale, ou 4.7% de la population entre 15 à 64 ans sont consommatrices de drogues.

Pourquoi moi et pas les autres ?

Publié le, 30 juin 2004 par

Par El Hadji DIOUF

Il n’est pas rare de noter des actes de racisme en Occident. Il est même arrivé que d’honnêtes citoyens d’origine africaine fassent l’objet de ce qui peut s’apparenter à des bavures policières. Les tentatives d’intégration des populations d’origine africaine achoppent souvent sur des modes individuels ou collectifs de différenciation raciale qui placent la race noire au bas de l’échelle Quel est l’africain qui ne s’est jamais posé cette question qui stigmatise sa vulnérabilité. Pourquoi moi et pas les autres ?

Delachaux Yves Patrick
Appointé de Gendarmerie à la Police de Genève (Suisse)
Formateur en relations interculturelles et communautaires
Romancier, auteur du livre Flic de Quartier (éd. Zoé, 2003)

L’extrait suivant du livre Flic de Quartier (Delachaux, 2003), caractérise, me semble-t-il, les préoccupations éthiques des policiers, aujourd’hui amenés à se questionner sur leurs pratiques de maintien de l’ordre, essentiellement de la tranquillité publique et de la protection des personnes et des biens, et sur le rapport qu’ils entretiennent avec les communautés migrantes, ceci dans une société en voie de complexification et dans laquelle les apports culturels des uns et des unes doivent rester une richesse, et non devenir un prétexte de heurts et de racisme… mais qu’en penser ?