Ont collaboré à ce numéro

 Amb. BETTY KING
 Amb. Laura Lasserre
 Amb. Ridha Bouabid
 Château rouge
 Festival Grenoble
 FIFOG
 Jacques Weber
 M. Boubacar B. Diop
 M. Doudou DIENE
 M. Jean Fr. FIORINA
 Mme Hilary R Clinton
 Opus One
 Oumar El Foutiyou Ba
 Oupa Diossine Loppy
 Pdt Ahmed Ben Bella
 Pdt. Abdou DIOUF
 Pierrette Herzberger
 US Mission Geneva
 Usine à Gaz

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

LE MALI: CHRONIQUE D’UNE RECOLONISATION PROGRAMMEE.

Publié le, 10 avril 2012 par Forum pour un Autre Mali (FORAM)

  

«Que les chèvres se battent entre elles dans l’enclos est préférable à l’intermédiation de l’hyène». (Proverbe bamanan)

1.Le Mali dans l’ordre cynique du monde

Mis en lumière par l’amputation des deux tiers de son territoire, le coup d’État du 22 mars 2012 et l’embargo total de la CEDEAO, l’extrême vulnérabilité du Mali tient d’abord à la trahison des élites. Elles se voilent la face, réfutent tout débat de fond sur les enjeux de la mondialisation capitaliste. Désormais, tout est clair: la recolonisation du pays à travers les politiques néolibérales entre dans une nouvelle phase qui obéit au schéma libyen avec l’intervention directe de l’OTAN en moins.
 
L‘impérialisme collectif avait besoin d’exploiter, comme à Benghazi, les rancœurs et les rancunes d’une partie de la population qui a le sentiment d’être marginalisée. La rébellion touareg faisait parfaitement l’affaire. La revendication des deux tiers du territoire malien par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) vient d’être satisfaite avec la complicité de la «communauté internationale».
 
L’os malien étant bien moins dur à briser que l’os libyen, il suffisait de mettre à profit l’état de déliquescence de l’armée nationale et de fermer les yeux sur la progression des assaillants lourdement équipés d’armes sophistiquées en provenance des arsenaux libyens pour que le tour soit joué.