Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Agé de 75 ans, M. Charles Bonnet ancien professeur à l’Université de Genève, a opté pour une carrière d’archéologue. Très réputé en Europe, il est part au Soudan pour travailler dans ce pays qui l’intéresse beaucoup du fait de son grand intérêt pour l’égyptologie. C’est ainsi qu’il poursuit son travail entre l'Egypte et le Soudan avec l’idée de se mettre à la disposition des populations pour leur faire profiter de son expérience.   Très vite au contact des Soudanais, il s’est rendu compte qu’il fallait faire de la formation. C’est ainsi qu’il a invité à Genève des spécialistes africains et peu à peu, il y a des échanges qui sont de qualité entre l’Europe et l’Afrique. Il est par ailleurs co-directeur de deux équipes d’archéologues d’une dizaine de personnes chacune. Ces équipes englobent européens et africains notamment des Egyptiens et des Soudanais.

NOUAKCHOTT- La Mauritanie est en proie à des crises graves et multiformes qui peuvent d’un jour à l’autre dégénérer en conflits et hypothéquer son existence.   

La crise politique :  

Elle est due à l’usurpation de l’autorité suprême par un officier félon, dévoré par l’ambition et l’exercice du pouvoir. Il est réfractaire aux règles démocratiques et ne reconnaît pas les accords scellés dans le cadre des coopérations et relations internationales. 

De jour en jour, l’orientation despotique, démagogique, familiale et clientéliste du pouvoir issu du coup d’Etat du 6 Août 2008 se confirme. La grande tendance du régime militaire est d’opérer de manière large à l’éviction des tendances de bonne gouvernance, de tolérance et de respect du droit. Toutes ces valeurs qui ont été portées par l’avènement au pouvoir du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, démocratiquement élu en 2006, sont remplacées depuis par l’incurie, le mépris des lois et l’achat des consciences. Les putschistes imprimèrent au mouvement de rectification une allure de révolution des voyous, qui du reste n’a pas de précédent dans l’histoire de la Mauritanie post indépendante. 

Par Rachid MOUSTAPHA*   

Le 5 février 2009, le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine a exigé « le retour immédiat à l’ordre constitutionnel en Mauritanie » et a imposé des sanctions à l’encontre des putschistes, en particulier le refus de leur accorder des visas, des restrictions sur leurs voyages et le gel de leurs avoirs bancaires et financiers. C’est un signal fort adressé par l’Afrique au quarteron de militaires qui refusent, depuis le 6 août 2008, le rétablissement immédiat des institutions légitimes, constitutionnelles et démocratiques issues des élections législatives et présidentielles respectivement organisées en novembre 2006 et mars 2007. C’est un signal fort adressé par l’Afrique au peuple mauritanien pour réaffirmer que le coup d’Etat du 6 août 2008 ne passera pas et que les démocrates mauritaniens ne sont pas seuls dans leur combat pour la restauration de l’ordre constitutionnel.