Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Ce décompte est fait par l’Agence France Presse.

Les responsabilités politiques

1. François Mitterrand: Président de la République Française (1981-1995)

2. Allain Juppé : Ministre des affaires étrangères (1993-1995)

3. François Léotard : Ministre de la défense (1993-1995)

4. Marcel Debarge : Ministre de la coopération (1992-1995)

5. Hubert Védrine : secrétaire général à la présidence de la République (1991-1995)

ROLE DES NATIONS-UNIES

L’ONU a commandité une enquête sur son action au Rwanda avant et pendant le génocide. Dans son rapport, la Commission indépendante d’enquête conclut en dénonçant l’échec absolu de l’Organisation dans sa mission de paix au Rwanda. La Commission dénonce en particulier l’incapacité de l’Organisation, qui disposait pourtant d’une force de 2500 hommes, à arrêter ou limiter les massacres. L’acte le plus illustratif de cet échec par abandon est la décision prise le 21 avril 1994 par le Conseil de sécurité, à l’unanimité, de retirer le contingent de la MINUAR et de laisser sur place une force symbolique de 270 hommes, au moment même où les massacres atteignaient leur plus haute intensité.

LES FAITS REPROCHES A LA FRANCE

Publié le, 15 septembre 2008 par

Contribution à la conduite de la guerre

L’enquête de la Commission a permis de constater que, contrairement aux déclarations officielles, l’aide militaire française à la conduite de la guerre a été multiforme et souvent
directe, comme dans le cas de la collecte de renseignements militaires, de supervision stratégique et opérationnelle de la guerre, de contribution en feu d’artillerie ou de minage par des militaires français.