Ont collaboré à ce numéro

 Amb. Ridha Bouabid
 El Hadji Gorgui Wade
 Festival Tous Ecrans
 Jean Michel Jarre
 M. Emmanuel Cuénod,
 M.André Klopmann
 OMPI, Ismael Lô
 OMS

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Rencontre avec André Klopmann, écrivain, co-auteur de Genève sang dessus dessous

Publié le, 08 octobre 2014 par El Hadji Gorgui Wade Ndoye

André Klopmann, le musée ambulant !

M. Klopmann allie rigueur et fantaisie. Il est, sans nul doute, sur les traces d’un Albert Cohen, ou de l’immortel Eric Orsenna grand admirateur de Leopold Sedar Senghor, et tant d’autres encore… André Klopmann est un musée vivant, ambulant, un écrivain prolixe, un fonctionnaire consciencieux au service de l’Etat. Malgré les contraintes liées à sa fonction, il a su garder cette part de liberté et d’imagination créatrice qui font l’écrivain (Rencontre)

ContinentPremier.Com : Vous êtes co –auteur de Genève Sang Dessus Dessous, publié chez Slatkine, comment est né ce livre ?

 André Klopmann : D'une proposition de Pierre Maudet, le ministre de la police, à 5 auteurs genevois. Nous avons accepté et produit chacun une fiction originale. Pas de contraintes, si ce n'est celle-ci: l'obligation d'une intrigue à Genève . Bien normal. Le livre sort en marge du bicentenaire de la police genevoise. À chacun ses thèmes et son époque. Nos histoires se complètent bien. Mes partenaires Corinne Jaquet, Éric Golay, Luc Jorand et Sandra Mamboury sont de fines plumes. Nous nous sommes bien amusés. Le livre est réussi.

 De « Le sourire de la panthère » d’Eric Golay, en passant par « une mémoire d’éléphant » de Corinne Jaquet, du « Meurtre aux Déilices » de Luc Jorand,  à «  l’Homme qui court » d’André Klopmann, jusqu’à «  La petite robe noire » de Sandra Mamboury, le lecteur peut identifier lieux, les personnages, grâce à des références culturelles et spatiales proches du vécu partagé. Ainsi, les auteurs ont eu l’ingénieuse idée de rendre possible l’identification pour le lecteur connaisseur qui peut vivre au plus près les intrigues et leur dénouement, il y participe effectivement, et cela rend les enquêtes plus palpitantes encore.