Ont collaboré à ce numéro

 Alpha Ayandé
 Amadou Bâ
 Axelle KABOU
 Blaise Lempen
 Fesman III
 Gilles Labarthes
 Ibrahima Faye
 IDE
 IKER CASILLAS
 Khadim Ndiaye
 les Intrigants
 Mamoussé DIAGNE
 Mamoussé DIAGNE,
 Michel Sidibé
 Ousmane Sow HUCHARD
 Prix Vasco Sanz
 Salam Sall
 Sandrine Salerno
 Solène MATSUSHITA
 Thônex art spectacle
 UIP,Etat de Genève,
 Université de Pékin

Compte Utilisateur

Audios



Souscription

Le groupe

Directeur de publication
· Elh Gorgui W NDOYE

Rédacteur en chef
· Elh Gorgui W NDOYE

Comité de Rédaction
· El hadji DIOUF
· Papa Djadji Guèye
· Responsable Informatique
·
Alassane DIOP

Responsable Gestion
· Cécile QUAN

Webmaster
· REDACTION

Contact

Adresse
   Salle de Presse
   N0 1 Box 35
   8, Avenue de la
   Paix Palais des Nations Unies
   1211- Genève 10 Genève Suisse.
Téléphones

   +41 22 917 37 89
   +41 76 446 86 04

Service

Publicités, Abonnements et Souscriptions

Téléphone
· Suisse:
   +41(22)917 37-89
   +41(76)203 61-62

Ou envoyez un courriel à Info@ContinentPremier.com

Sarkozy et l’Afrique : un culte du secret !

Publié le, 31 mars 2011 par Chrystel Dayer

Sarkozy et l’Afrique : un culte du secret ! 

 "Il (Nicolas Sarkozy, ndlr) n'aime pas l'Afrique", voici les premiers mots du livre Sarko l'Africain, publié aux Editions Hugo, la semaine dernière. Le livre est présenté, hier, au Club de la Presse, par l’auteur, l’ethnologue et journaliste suisse, Gilles Labarthe, accompagné de son éditeur. Le journaliste d’investigations et fondateur de l’agence de presse Datas, a déjà publié des livres d’enquêtes sur l’Afrique. Dans Sarko l’Africain, Gilles Labarthe montre un Nicolas Sarkozy aux soldes d’affairistes en remontant aux sources même de la politique du Président français pour mieux saisir sa stratégie africaine qui est plus dans une logique de continuité que celle de la rupture annoncée tambour battant.

 


AXELLE KABOU NE CROIT PAS A UN « PRINTEMPS ARABE » EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE. «

Publié le, 17 mars 2011 par El hadji Gorgui Wade Ndoye

Nous Africains subsahariens, ne vivons pas dans des dictatures, dans des systèmes politiques si totalisants qu’ils finissent, par l’emprise de leur maillage policier, la répression, la surveillance continue, par asphyxier des populations réduites au mutisme par la terreur », explique Axelle Kabou à ContinentPremier. Pour l’auteure camerounaise, il faut une promesse forte entre le dictateur et son peuple, un sentiment d’appartenance national très fort, ce qui n’est pas le cas en Afrique Sub-saharienne où, en dehors de deux ou trois promesses électorales vite oubliées, aucun pacte ne nous nous lie à notre classe politique. 

GENEVE- Le nouveau livre d’Axelle Kabou «Comment l’Afrique en est arrivée là), présenté comme un outil de bon niveau pour être à même de penser les futurs possibles de l’Afrique en connaissance de cause, sonne, également, comme une espèce de désenvoûtement, en ce sens qu’il donne la possibilité de penser, de réfléchir à ciel ouvert, loin des cercles fermés des élites et intellectuels africains. Dans une longue interview, à paraître, accordée au magazine panafricain ContinentPremier.Com, à propos de son nouveau livre«Comment l’Afrique en est arrivée là), écrit vingt ans après l’ouvrage tonnerre « Et si l’Afrique refusait le développement » (Harmattan 1991), la polémiste camerounaise donne son avis sur l’actualité en Afrique du Nord qui se débarrasse de son élite dite corrompue.


 

Auteur : Blaise Lempen est journaliste, secrétaire général de la Presse Emblème Campagne (PEC). Diplômé du Centre universitaire d'enseignement du journalisme de Strasbourg et docteur en sciences politiques de l'Université de Lausanne, il est correspondant à l'ONU à Genève et auteur de plusieurs essais politiques. 

C’est le titre du dernier livre du Député écologiste, Ousmane sow HUCHARD, Soleya Mama de son nom d’artiste, paru en juillet 2010 aux Editions « Le Nègre International de Dakar » dirigées par Elie Charles MOREAU.